Un chauffage… au poêle

270

À la fois écologiques et confortables, les poêles à granulés offrent de nombreux avantages.

Au premier coup d’œil, les poêles à granulés ressemblent à de classiques poêles à bois. Ce mimétisme n’est pas fortuit, ces appareils utilisant les mêmes consommables d’origine organique. Mais si les modèles classiques consument de traditionnelles bûches, la nouvelle génération a recours aux pellets.

Avantages

Les granulés de bois sont produits à partir de sciures et de copeaux non traités, déshydratés et comprimés, ce qui leur confère des caractéristiques exceptionnelles. La première est leur densité énergétique, offrant de très hauts rendements lors de la combustion. La seconde est leur facilité d’utilisation : pas de bois à couper ni de bûches à stocker et peu de cendres ou de rejets. Les pellets, d’un diamètre de six millimètres, sont faciles à manipuler. Il suffit de charger le réservoir pour assurer, selon l’intensité de chauffe, un à plusieurs jours d’autonomie. Couplés à des dispositifs électroniques, ces poêles accèdent à des prestations dignes de leur temps. Ils sont programmables et peuvent se piloter par télécommande. Ils s’avèrent en outre écologiques et leurs émissions réduites de polluants permettent de bénéficier de crédits d’impôts.

Inconvénients

Ces poêles sont encore chers. Le pellet lui-même est coûteux, et, selon les régions, pas si aisé à dénicher. Nécessitant une alimentation en électricité, ces appareils ne peuvent fonctionner en cas de coupure. Ils n’ont pas la longévité des poêles classiques et leur flamme n’est pas aussi belle.

Gamme

Très étendue, elle court des modèles entrée de gamme à moins de 2 000 € à des poêles à 6 000 € (10 kW – 300 mètres cubes de chauffe), voire bien davantage, en fonction du design, des matériaux ou de la technologie utilisés.