Sous le parquet, la plage

277

Quand la terrasse en bois se prolonge jusqu’à la piscine, le spectacle est souvent esthétique. À condition que le bois ait été bien choisi…

Il suffit parfois de prolonger une terrasse de quelques mètres pour qu’elle devienne une plage, au bord de la piscine. Le bois des lames, déjà prévu pour un usage extérieur, résiste aux éclaboussures et aux traces de pieds mouillés. Quelques précautions permettent cependant de le protéger avec encore plus d’efficacité.

Il a la classe

Le bois est un matériau vivant. En fonction des années, mais aussi sous l’action du soleil, du vent et de la pluie, il vieillit, plus ou moins bien selon les cas. En dehors du grisaillement, qui peut avoir un certain charme, il faut surveiller les fissures éventuelles, voire l’apparition de champignons. Des traitements bisannuels avec une brosse et du savon sont ainsi recommandés, tout comme l’application de produits antifongiques. Certaines essences sont naturellement mieux protégées contre les agressions extérieures, on parle d’ailleurs de « durabilité naturelle ». Ces espèces sont délimitées en cinq classes, la plus élevée concernant les bois en contact permanent avec l’eau de mer (pour les bateaux ou les pontons, par exemple), la classe 1 étant réservée au mobilier d’intérieur. Cette classification varie selon l’humidité contenue dans le bois et peut également être obtenue par un traitement chimique ou thermique.

LM02-030 LM02-031

Ne soyez pas trop dur

Les bois durs résisteront mieux aux chocs divers, qui peuvent survenir très rapidement quand la terrasse est utilisée quotidiennement. Ils s’avèrent en revanche très tendres sous les pieds nus… et moins glissants que la pierre ou le carrelage. Les bois exotiques ont longtemps été préconisés pour cet usage, notamment pour leurs qualités imputrescibles, mais les techniques actuelles permettent de privilégier d’autres essences, y compris parmi celles puisées dans les forêts françaises.