Rénovation : pensez aux matériaux écolos

10

Économies conséquentes, gain de chaleur : il est aujourd’hui primordial de bien isoler son habitat et en particulier ses combles. Tout d’horizon d’un chantier prioritaire…

L’isolation de fond en comble

L’isolation est l’un des principaux leviers pour réaliser des économies substantielles. Quand on sait que plus de 30 % des calories perdues par une habitation s’échappent  par la toiture, on comprend à quel point il est capital de bien aménager et isoler ses combles. Si l’investissement de départ peut paraître lourd, il est, dans tous les cas, amorti en moins de cinq ans. De plus, pour inciter les gens à avoir recours à des ressources propres et durables, le gouvernement a bien compris qu’il fallait faire rimer écologie et économie et prévoit des crédits d’impôt  conséquents (jusqu’à 23 % pour l’isolation des toitures dans le cadre de travaux combinés). Avec de tels abattements, il serait dommage de passer à côté du vaste éventail de choix et de performances que les progrès réalisés par les fournisseurs, dans les revêtements et matériaux, offrent.

Les revêtements

Cette offre se divise en deux grandes catégories.

  1. La première comprend les matériaux épais. Le plus souvent, il s’agit de laine minérale (laine de verre et laine de roche) qui sont projetées dans les combles et dans les murs à l’aide de souffleurs. Bon nombre de produits naturels ou recyclés viennent enrichir le paysage. La laine de mouton est couramment utilisée, la plume de canard, le coton recyclé (dérivé de vêtements usagés) et le chanvre, aussi. La qualité de ces matériaux dépend de leur épaisseur (entre 10 et 20 cm) et de leur facteur R : la résistance thermique. Cet indice croissant de performance allant de 0 à 6,5 est déterminant. Les matières naturelles dépassent rarement 3 R pour 10 cm. Il faut donc penser à aménager une épaisseur conséquente. Leurs prix ne dépassent pas les 6 euros le m2.
  2. Plus fins (1 cm), plus résistants (R>5), plus faciles à installer mais nettement plus chers (15 euros le m2), les isolants minces représentent la deuxième catégorie de solution. Ils sont composés de plusieurs couches extra-fines mêlant métaux, ouates naturelles et mousses.

Il ne vous reste plus, ensuite, qu’à aménager vos combles en prenant en compte l’exposition (surface vitrée), l’espace et la flexibilité pour ainsi descendre en dessous des 150 Kwhep/m2/an  voulus par le Grenelle de l’environnement et approcher les 30 Kwhep/m2/an des maisons les plus performantes.