Quels matériaux pour ma véranda ?

388

Très appréciée pour ses grandes baies vitrées, la véranda se compose d’une toiture et d’une ossature en bois, en PVC, en aluminium ou encore en acier. À vous de trouver le matériau le mieux adapté…

Autrefois considérée comme une annexe de la maison, la véranda est désormais une pièce vitrée qui fait pleinement partie de l’habitation. Si ses avantages étaient d’abord esthétiques et pratiques, ils sont aujourd’hui également bioclimatiques. Le soleil entre naturellement par les baies vitrées et permet de réaliser d’importantes économies d’énergie. Raison de plus pour en installer une…

Le bois

Le bois est le matériau traditionnel de la charpente d’une véranda. Outre son caractère chaleureux et indémodable, il est apprécié pour ses qualités isolantes et sa forte résistance aux couvertures massives (tuiles, ardoise), ce qui en fait un produit adapté aux profils porteurs. Cependant, il noircit avec le temps, et nécessite donc un entretien tous les deux ou trois ans.

PVC

Moins esthétiques, les vérandas en PVC sont généralement blanches, même si les profils peuvent désormais être teintés. Les propriétés isolantes du PVC sont correctes, à condition que le matériau soit de qualité afin de subsister aux variations de températures. S’il se dégrade irrémédiablement avec les années, il s’entretient en revanche facilement avec un peu d’eau et de savon. Contrairement à la robustesse du bois, la fragilité du PVC le destine aux vérandas non porteuses et de petite taille.

LM02-033

Aluminium

L’aluminium s’apparente au PVC, en mieux. Plus robuste, il s’adapte aux profils porteurs et aux grandes vérandas ; plus durable, il est inoxydable et se nettoie facilement. L’aluminium avec rupture de pont thermique est aussi un très bon isolant et, en plus, se décline sous de multiples couleurs. Forcément, son tarif est un peu plus cher que celui du PVC.

LM02-034

Acier ou fer forgé

L’acier et le fer forgé sont des matériaux de luxe qui s’accordent à tous les types de vérandas. Beaucoup plus onéreux (compter de 40 000 à 50 000 euros pour un espace de 20 m2 contre 15 000 à 25 000 euros pour les modèles en bois, en aluminium ou en PVC), ils plaisent surtout pour leur style prestigieux. Leur prix élevé n’est pas nécessairement synonyme de qualité, puisque l’acier est un piètre isolant qui requiert en outre un traitement spécial contre la corrosion. Le choix de ces matériaux est donc avant tout architectural : que ne ferait-on pas pour un peu de cachet !

LM02-035

Et le vitrage ?

Les vitres de la véranda peuvent être en verre ou en polycarbonate. Le premier, en simple, double ou triple vitrage, existe en plusieurs qualités, de la version autonettoyante aux modèles anti-UV en passant par le verre feuilleté, pour plus de solidité. Il offre une grande luminosité et ne se dégrade pas au fil des ans, mais isole très mal (chaleur insupportable en été) et coûte assez cher. De plus, toutes les ossatures ne le supportent pas. Le bois est alors son meilleur allié. Les vitres en polycarbonate, ondulé ou alvéolaire, isolent bien mieux, sont plus résistantes aux chocs, moins onéreuses, mais nécessitent en contrepartie un nettoyage régulier pour restituer un maximum de luminosité.