Quelle tuile pour mon toit ?

783

Pour les toitures, la tuile de terre cuite reste le revêtement privilégié de 70 % des habitations.

Ce matériau ancestral accumule les avantages : solide et durable, il est aussi imputrescible et incombustible, tout en résistant à la pollution et aux intempéries. L’entretien est facile et peu coûteux. La tuile en terre cuite est déclinée selon des besoins spécifiques et des critères régionaux.

La tuile canal

L’aînée de la famille a été inventée par les Romains et introduite en France vers 3 000 avant J-C. Elle est composée de deux parties, dites « de courant » (posée en dessous) et « de couvert » (par-dessus). Chacun des éléments est de forme conique et se bloque par glissement. Cette forme de gouttière est particulièrement appropriée aux toits peu pentus des régions ensoleillées. L’eau des fortes pluies du printemps est ainsi évacuée rapidement.

La tuile plate à bout carré

Elle a conquis majoritairement l’Est et le Nord de la France en s’inspirant des lauzes de pierre et des ardoises. Plus étanche que la tuile canal, elle est plus ergonomique pour des toitures à forte pente qui favorisent l’écoulement des eaux de pluie et des neiges d’hiver. Elle s’adapte aux géométries complexes : tourelles, toitures courbes, ogives…

La tuile à emboîtement

Née avec la révolution industrielle, la petite dernière est appelée communément « tuile mécanique » du fait de sa fabrication mécanisée. Elle remplace le principe de recouvrement des tuiles plates ou canal
par un moulage sur les bords de la partie visible, apportant plus de stabilité. La partie dégagée, le pureau, est plus importante, entraîne un nombre moindre de tuiles au mètre carré et réduit le coût. La toiture est aussi allégée. Il existe différents types d’emboîtement qui privilégient l’aspect ou la recherche d’économie et de gain de temps de pose.

Nathalie Guillebert

Traitement des tuiles

La rénovation redonne à votre toit ses qualités esthétiques et prolonge la durée de votre habitation.
Avec le temps, le toit subit une érosion naturelle :

  • son aspect se ternit,
  • il est sali par les poussières,
  • il est taché par les mousses, lichens et champignons …

Quand ils deviennent trop importants ces éléments représentent un véritable danger pour votre toiture.
Mené par des professionnels, le traitement des tuiles se fait en 3 étapes :
Le nettoyage : éliminer toutes les tâches, poussières, résidus de pollution et autres mousses et champignons à l’aide d’un appareil haute pression.
La préparation : traitement des tuiles effectué avec des produits à pouvoir antifongique.
La rénovation : assurer l’étanchéité à l’aide d’un revêtement coloré ou non.

PUBLI-REPORTAGE