Poêle à granulés, limiter sa consommation de pellets

1609
© iStock

S’équiper d’un poêle à granulés pour faire des économies est une bonne idée, étant donné qu’à l’heure actuelle, le bois reste le moins cher pour se chauffer. Néanmoins, il faut savoir bien gérer sa consommation de pellets afin de ne pas faire flamber la facture…

Face à la hausse des tarifs du gaz et de l’électricité, les Français optent de plus en plus pour le bois pour se chauffer l’hiver. Comme l’indique l’Observatoire des énergies renouvelables, chaque année, les poêles font davantage d’adeptes, qu’ils fonctionnent avec des bûches ou des granulés. Le prix du bois est en effet le plus stable du marché et, avec un budget moyen de 650 € par an, ce combustible reste le plus économique pour les ménages. Mais face à ce succès fulgurant, les pénuries de pellets ont fait flamber la facture des consommateurs. L’heure est donc à la sobriété énergétique. On vous livre quelques conseils pour économiser vos granulés cet hiver…

Optimiser son appareil

Le premier réflexe à avoir pour ne pas surconsommer de pellets, c’est de choisir le bon poêle à l’achat ! Plus votre appareil sera bas de gamme, plus il sera énergivore. En effet, il faut se fier à sa puissance : les poêles à deux puissances seulement seront les moins perfectionnés, tandis que les modèles les plus optimisés répondront à vos besoins de façon précise, ce qui permettra de faire des économies de combustible. Mieux vaut donc opter pour un appareil plus cher à l’achat mais moins gourmand en granulés au quotidien.

L’option de programmation est également un critère à prendre en compte. Configurer des plages horaires de chauffe aux moments les plus opportuns vous permettra d’économiser jusqu’à 20 % de votre consommation.

Enfin, rien n’est plus énergivore qu’un poêle encrassé ! Votre appareil consommera forcément plus s’il n’est pas régulièrement ramoné. Deux fois par an, on fait donc appel à un professionnel qui effectuera un nettoyage dans les règles de l’art.

Bien gérer la température

L’autre critère important à prendre en compte est la température à laquelle vous chauffez votre intérieur. Plus vous augmentez les degrés, plus votre consommation de pellets sera importante. Il est donc conseillé de ne pas programmer votre poêle au-dessus de 20 °C, sachant que chaque degré supplémentaire engendre une surconsommation de 7 %. Cela dit, selon le modèle de votre appareil, il faudra effectuer quelques tests afin de trouver la température la plus confortable pour vous. Il faut parfois en effet indiquer une température plus élevée ou plus basse pour obtenir celle souhaitée.

Ne négligez pas non plus l’isolation de votre logement ! Une maison bien isolée, notamment au niveau du toit et des combles sera forcément moins énergivore. En cas de ponts thermiques, votre poêle devra tourner à une puissance élevée pour atteindre la température programmée. Sans déperdition de chaleur, vous économiserez 10 à 20 % par an d’énergie.

De la qualité des pellets

Enfin, c’est une évidence, mais la qualité des pellets est également importante. Il est primordial de choisir des granulés certifiés Flamme verte, Qualibois, DIN+, EN+ ou encore NF Biocombustibles solides. Il s’agit de pellets premium, donc au prix plus élevé, mais avec des performances plus intéressantes et surtout ce sont des produits plus respectueux de l’environnement.

L’astuce : pour minimiser le coût de votre combustible, pensez à faire le stock en période estivale, lorsque les tarifs des pellets sont plus accessibles.

Le ventilateur pour disperser la chaleur

Rarement utilisé par les propriétaires de poêle à bois, le ventilateur est pourtant un accessoire qui peut vous permettre d’économiser jusqu’à 30 % de combustible. Il se fixe sur votre appareil de chauffage et permet de disperser la chaleur dans toute la pièce sans consommer d’énergie supplémentaire. Pour un prix d’achat compris entre 30 et 150 €, vous pourrez économiser plusieurs kilos de granulés.

M.K

Photos © iStock, DR