Poêle à granulés : les clés pour ne pas se tromper

13

Aussi esthétique que le poêle à bûches mais affichant un rendement encore plus élevé, le poêle à granulés à tout pour plaire ! On vous aide à choisir le modèle qui réchauffera votre intérieur.

Exit les traditionnelles bûches de bois, ici ce sont des bâtonnets cylindriques appelés granulés ou pellets qui sont brûlés. Or, cette substitution a de multiples avantages.

Côté écologie, ce combustible est issu du compactage des sciures et des copeaux produits par les scieries. Il s’agit donc de déchets de bois recyclés. De même, le poêle à granulés émet très peu de pollution dans l’air et n’est jamais limité par les plans de protection communaux, à l’inverse de certaines cheminées.

Mais le principal intérêt de cet équipement, c’est qu’il produit bien plus d’énergie que ce qu’il n’en consomme. En effet, comme le confirme l’Agence de la transition écologique ( Ademe ), un appareil à pellets a un rendement excellent pouvant atteindre, voire dépasser, 90 %, alors que celui d’un poêle à bûches classique se situe entre 70 et 85 % ( ce qui est déjà très bien ). Seul bémol : le modèle à granulés a besoin d’une résistance électrique pour fonctionner. Ceci dit, c’est ce qui lui permet d’assurer un rendement beaucoup plus régulier.

Chauffer de tous poêles

Il existe différents types de poêles à granulés qui ont tous une façon bien spécifique de diffuser la chaleur dans la maison. L’appareil à convection naturelle doit, par exemple, être placé au centre de votre domicile puisqu’il n’utilise que ses sorties d’air, sans aucun ventilateur, pour chauffer votre intérieur. Son atout : il est donc très silencieux. Moins contraignant, la convection forcée par un ventilateur permet de pulser l’air chaud dans la pièce et de la diffuser rapidement et partout, peu importe l’emplacement du poêle. Plusieurs niveaux de puissance sont en général proposés pour limiter les nuisances sonores.

Pour réduire au maximum vos factures de chauffage, le mieux est par ailleurs d’opter pour un poêle à granulés canalisable. Un réseau de tuyaux va ainsi permettre de pulser l’air dans les autres pièces et pourra même chauffer l’étage.

Les éléments déterminants

À l’heure de comparer les offres des différentes marques du marché, vous devez avoir en tête certains critères. Sachez tout d’abord que le niveau de puissance de votre futur appareil est essentiel. Et, contrairement à une idée répandue, il ne faut surtout pas le surdimensionner ! Les poêles sont en effet conçus pour fonctionner à plein régime, sans quoi ils polluent davantage et s’encrassent plus vite. À titre indicatif, un modèle de 10 kW suffit pour une maison correctement isolée de 100 m2. Faites aussi attention à la capacité du réservoir de votre nouveau poêle ( de 15 à 35 kg ), sachant que les sacs de pellets sont lourds. L’alternative est sinon d’opter pour un dispositif de remplissage automatique fonctionnant à l’aide d’un capteur de niveau.

Chiffres : quel budget prévoir ?

Si le prix moyen d’un poêle à granulés est estimé à un peu plus de 3 000 € pour 8 kW, il peut varier du simple au double en fonction des différentes options et programmes disponibles. De même, le design pèse beaucoup dans la balance ! Il faut en outre ajouter le coût de l’installation. Ceci dit, si vous faites appel à un professionnel agréé, vous pourrez bénéficier du coup de pouce financier du crédit d’impôt transition énergétique ( CITE ), jusqu’à fin 2020, ou de MaPrimeRenov’ ( sous conditions de ressources en 2020 et pour tout le monde en 2021 ).

Z.P.

Photos © Lorflam