Planchers extérieurs : le choix du bois

252

Pour vos aménagements extérieurs, terrasses et plages de piscine, pensez au bois. Ses qualités sont nombreuses : esthétique et chaleureux, il s’adapte à des formes complexes difficiles à réaliser avec un pavage. Il est aussi léger et exige peu d’entretien. Pour qu’un plancher puisse être posé dehors, il est important qu’il résiste à la pluie et au gel afin d’être imputrescible. Certains bois le sont naturellement. Ce sont les espèces exotiques telles que le teck, l’iroko, l’ipé ou le jatoba. Mais gare à la consommation abusive de ces essences qui favorisent la déforestation des forêts tropicales. Moins connues, certaines espèces de nos climats tempérés conviennent à une utilisation en extérieur. Ce sont le pin douglas, le mélèze, le châtaignier et le robinier (faux acacia). Ils sont naturellement résistants aux insectes xylo-phages (à l’exception des termites) et aux champignons lignivores. Mention spéciale pour le bambou, un matériau très sain et d’une résistance supérieure à celle du chêne. En raison de sa structure, il ne craint ni la moisissure ni les insectes.

Traiter contre l’humidité

Quand le bois n’est pas naturellement résistant à l’humidité, il doit être traité. Deux solutions sont possibles : l’autoclave ou la rétification. La première nécessite un traitement à base de chrome, cuivre et arsenic. Elle se pratique de moins en moins en raison de la pollution qu’elle engendre. Mieux vaut privilégier la deuxième possibilité qui consiste à changer la structure moléculaire des fibres par réchauffement progressif. Le bois devient hydrophobe et insensible à la moisissure. Il peut être mis en œuvre pour des espèces sensibles à l’origine telles que l’épicéa, le pin ou le hêtre. Certains constructeurs relèvent le défi de l’aménagement extérieur en bois composite. C’est un produit écologique, puisqu’il est issu du recyclage de farines de bois récupérées dans les scieries.

J. BERNARD