Ma cabane au fond du jardin : comment la choisir ?

37
© iStock

En bois, en métal, en PVC ou en résine, la cabane de jardin est un aménagement extérieur à la fois pratique et esthétique. Voici quelques pistes pour vous aider à faire le bon choix.

Un abri de jardin répond à un besoin précis. Rangement pour les outils, atelier de bricolage, lieu de stockage pour le bois, local à vélo ou encore nouvelle pièce à vivre dédiée à la détente, la cabane peut avoir de nombreuses utilisations. Pensez donc à vous poser les bonnes questions avant de vous lancer dans votre projet.

Quelle taille ?

Afin de circuler aisément dans l’abri, il est conseillé de choisir une hauteur minimale de 2,20 m. Quant à sa surface, on distingue généralement trois catégories de tailles de chalet.

Un abri de jardin permet d’apporter de l’espace supplémentaire, tout en étant décoratif  © José Marcos Architecteurs

Idéal pour entreposer des outils, des produits d’entretien, des combustibles et des petits appareils comme une tondeuse et des vélos, un abri de moins de 5 m² vous dispense de toute démarche administrative et convient aux petits budgets. Si vous souhaitez pouvoir stocker des équipements plus volumineux, un abri compris entre en 5 et 10 m2 sera plus indiqué, en n’oubliant pas d’effectuer une déclaration préalable de travaux en mairie.

Enfin, si vous voulez aménager un vrai espace de vie supplémentaire (comme une cuisine d’été, une chambre d’amis, une salle de jeux ou encore un coin jacuzzi), misez plutôt sur une cabane de 10 à 20 m2, également soumise à une déclaration de travaux.

Attention, au-delà de ce seuil, un permis de construire est indispensable ! De même, si votre terrain se situe dans un secteur sauvegardé (zone agricole, forestière ou naturelle), des règles spécifiques peuvent s’appliquer. Renseignez-vous donc en amont auprès de votre municipalité.

Quel matériau ?

Le choix du matériau dépendra de plusieurs critères comme le budget, le rendu esthétique, la solidité ou l’entretien. Traditionnellement utilisé pour les cabanes, le bois s’intègre naturellement dans le jardin et apporte un aspect chalet authentique. Vous pouvez opter pour un bois brut (à peindre ou lasurer) ou autoclave (qui a subi un traitement en profondeur afin d’être protégé des agressions) et parmi différentes essences, du pin (bon marché) au sapin en passant par l’épicéa ou le cèdre, haut de gamme et imputrescible. S’il est résistant et isolant, ce matériau nécessite néanmoins un certain entretien.

Le métal a aussi ses adeptes. Résistants et faciles à assembler, les abris en acier (galvanisé ou laqué) ou en aluminium (très léger) pèchent cependant par une performance isolante assez faible et ne se plaisent pas trop en bord de mer. Réservé aux petits stockages, le PVC est économique mais résiste moins bien dans le temps. Enfin, la résine, très esthétique mais plus onéreuse, s’adapte à tous les climats, se monte facilement et se nettoie simplement à l’eau.

© iStock

Quelles options choisir ?

Après la base constitutive de votre cabane, il s’agit de s’intéresser à ses ouvertures et accessoires.

Si vous optez pour un abri de petite taille qui sert uniquement de rangement et souhaitez optimiser tout l’espace mural disponible, les fenêtres ne seront pas utiles. Si vous choisissez d’en faire une pièce où vivre ou travailler, elles seront en revanche essentielles pour faire entrer la lumière. De même, si vous stockez un salon de jardin ou une grosse tondeuse par exemple, il vaudra mieux opter pour une double porte, coulissante ou à battants, afin de faciliter leur manipulation.

Prenez garde, la plupart des abris sont vendus sans plancher, disponible en option. Il sera pourtant nécessaire si vous souhaitez rigidifier la structure et l’isoler des remontées humides ou encore apporter du confort à une pièce à vivre.

Enfin, vous pouvez ajouter d’autres accessoires comme un appentis, un auvent, une terrasse, une gouttière ou encore des menuiseries et des finitions spécifiques (charnières réglables, grilles de ventilation, quincaillerie de porte, etc.) en fonction de vos besoins mais aussi de votre budget.

La bonne idée : penser aux fondations !

Pour que votre abri dure dans le temps, il faut qu’il repose sur des fondations solides. Vous pouvez choisir de l’installer sur une dalle en béton stable et durable, à l’aide de pavés autobloquants, des dalles de terrasse ou des parpaings, capables de supporter un poids conséquent, ou encore des plots en béton ou en PVC, plus simples à poser. Enfin, pour éviter les dégâts liés à l’humidité, surtout si votre abri devient habitable, pensez à poser un film d’étanchéité ou une bâche entre les fondations. ± V.B

Focus : et pour le toit ? 

Vous avez le choix entre une toiture traditionnelle à deux ou trois pans, un modèle à un pan, ou un toit plat à l’allure plus contemporaine. Côté matériaux, plusieurs solutions sont possibles. Économique, facile à installer et étanche, le « roofing » est un ensemble de panneaux d’aggloméré de 1 à 1,5 mm d’épaisseur et recouverts de feutre bitumé. Ce dernier peut être également construit à partir de shingle. Ces plaques bitumées, posées comme des tuiles d’ardoise, sont plus épaisses résistent bien aux intempéries et sont disponibles en plusieurs couleurs. Enfin, on peut utiliser des plaques en acier plates ou ondulées, à la fois bon marché, légères et résistantes.

Photos © istock