Les secrets du bassin de jardin

381

Les bassins de jardin recueillent un succès grandissant, en offrant, à domicile, un espace naturel qui associe faune et flore. Voici tout ce qu’il faut savoir avant de soulever votre première pelletée de terre…

Quelle que soit la taille du jardin, un plan d’eau aménagé permet à toute la famille d’apprécier un espace naturel où la faune et la flore s’épanouissent pour le plaisir des yeux. Choisir de construire un bassin de jardin représente un certain investissement, son entretien et son aménagement doivent donc être bien réfléchis. Découvrez, étape par étape, comment concrétiser ce projet qui est une garantie de joie et de détente pour les grands… comme pour les petits !

Choisir l’emplacement

Pour garantir un caractère naturel et un bon équilibre de l’écosystème, le bassin doit être le plus grand possible et comporter une zone de 1 mètre de profondeur au moins dans laquelle les poissons seront à l’abri du gel et des trop fortes températures. Choisissez un emplacement bénéficiant d’un ensoleillement direct de 5 à 6 heures par jour au maximum, afin de limiter le développement indésirable des algues Pour faciliter l’entretien, prévoyez dans le plan un accès à toutes les zones et optez pour un environnement non polluant : évitez, par exemple, de placer le plan d’eau sous les arbres ou à proximité de plantes à traiter par insecticides ou engrais. Tenez compte du sous-sol (conduites existantes, câbles enterrés) et pensez à la sécurité des jeunes enfants en limitant l’accès au bassin. Dernier conseil : la meilleure période pour les travaux est le printemps ou le début de l’automne. Le travail est alors plus agréable et les précipitations plus rares…

Construire son bassin

En matière de construction, plusieurs choix s’offrent à vous. Prêts à poser, ronds, ovales ou rectangulaires, les bassins préformés en matière plastique s’intégreront parfaitement à votre jardin. Attention à leur taille et à leur profondeur qui sont généralement réduites. Il est possible, sur un terrain à faible pente, de mettre à la suite plusieurs de ces bassins qui formeront alors des déversoirs avec d’agréables cascades. Autre option : la construction « maison » d’un bassin réalisé à partir d’une bâche souple ou liner. Ces bâches existent dans toutes les dimensions, ce qui permet de varier la forme du bassin, sa taille et sa profondeur. Le contour sera défini préalablement par une corde au sol. On creuse en se plaçant à l’intérieur du bassin pour aller vers l’extérieur. On se place donc au niveau de la zone qui sera la plus profonde pour remonter vers les bords. En fonction de la profondeur définitive que l’on souhaite obtenir, on creusera 30 cm de plus qui seront ensuite comblés par 10 cm de sable pour recouvrir, aplanir et égaliser la surface sur laquelle reposera le bassin et jusqu’à 20 cm de gravier (pouzzolane) qui formera le sol du bassin. Le liner est positionné sur la couche de sable propre afin de limiter les risques de perforation. Son but est de garantir l’étanchéité du bassin. La mise en place d’une pompe est ensuite essentielle pour alimenter les filtres, les fontaines ou les cascades. Ces mouvements d’eau sont souvent considérés comme le cœur du bassin.

LM09-046

Mettre en eau

La mise en eau s’effectue généralement au printemps. On évite ainsi les périodes de fortes pluies et les grands froids. L’eau du robinet est la plus appropriée pour remplir le bassin. Cependant, ce n’est pas une « eau de rivière » : après remplissage, elle doit être traitée à l’aide d’un conditionneur tel que Tetra Pond AquaSafe qui va neutraliser le chlore agressif désinfectant l’eau du robinet (ou eau de conduite), lier les métaux lourds tels que le cuivre, le plomb, etc. et enrober les muqueuses fragiles des poissons d’une couche protectrice. L’utilisation d’eaux de pluie, généralement polluées au voisinage des villes et des routes, est déconseillée. Leur qualité n’est pas garantie. De plus, après récupération, leur stockage en cuve peut concentrer de nombreux sels métalliques indésirables. Elles doivent être obligatoirement coupées avec une eau plus minéralisée.

Introduire les plantes

Outre leur rôle décoratif, les plantes contribuent activement à l’équilibre biologique du bassin. Assimilant les nitrates et autres sels formés par la transformation des déchets azotés comme substances nutritives, elles sont ainsi une prévention naturelle à la prolifération des algues indésirables. Elles fournissent en outre l’oxygène nécessaire à la vie aquatique. Les plantes de rive comme le myosotis, l’iris ou la salicaire peuvent être situées aux abords immédiats du bassin, en zone humide. Peu visibles, et donc non décoratives, les plantes immergées (myriophylles, élodées, cératophylles) contribuent à l’équilibre du bassin en concurrençant les algues parasites et en fournissant l’oxygène. Plantes incontournables du plan d’eau, les nénuphars offrent enfin une large palette de couleurs (blanc, jaune, rouge, orangé, bleu) et ajoutent une touche finale à cet aménagement bucolique.

LM09-047

Introduire les poissons

Les poissons prennent une part importante dans l’écosystème qu’est un bassin de jardin. Leur rôle ne se limite pas à donner vie au bassin : ils utilisent pour leur respiration l’oxygène dissout dans l’eau et rejettent du gaz carbonique qui sera assimilé à son tour par les plantes lors de la photosynthèse. Ces dernières, en retour, produiront l’oxygène qui leur est nécessaire. Le choix des espèces proposées est vaste mais on doit tenir compte du volume du bassin et du type de poissons. Avec les conseils d’un vendeur spécialisé, sélectionnez les plus adaptées. Carpes koï, comètes, shubunkins et esturgeons sont quelques-unes des espèces de bassin les plus emblématiques…

Conseils

  • Dès l’installation, prévoyez l’alimentation électrique via un câble enterré répondant aux normes de sécurité, disposé à une profondeur suffisante et hors d’atteinte des bêchages éventuels.
  • Immergez toujours la pompe avant sa mise en marche. Une pompe amorcée hors de l’eau est automatiquement endommagée.
  • Pour plus d’informations : www.tetra.net