Les hottes de cuisine

299

Fuyez fumées et graisses de cuisson. Les hottes auront raison de vous ! Que vous les souhaitiez discrètes ou décoratives, vous les trouverez sans peine dans toutes les cuisines.

Chaque année, il se vend en France un million de hottes de cuisine. Les modèles décoratifs représentent actuellement près de la moitié des ventes, tant ces appareils ont su s’imposer dans le décor. Certes les versions les plus design sont souvent plus chères que les autres – sachant que le panier moyen d’achat pour une hotte est de 240 € –, mais cela n’enlève rien à leurs capacités. Si le choix d’un style n’est pas très compliqué, celui du type d’aspiration s’avère en revanche, beaucoup plus ardu. Petit précis technique…

Dehors ou dedans

La majorité des hottes ont un système d’évacuation d’air vers l’extérieur. Elles sont cependant souvent réservées aux habitations individuelles ; en logement collectif, il faut généralement opter pour un modèle qui recycle l’air, à l’aide de filtres. Pour une efficacité optimale, il sera nécessaire de remplacer ceux-ci régulièrement. Le débit et la puissance sont ensuite à étudier de près : un appareil qui aspire moins de 300 m3/h sera généralement insuffisant. Pour être efficace, une hotte doit renouveler 10 à 12 fois le volume d’air de la cuisine en une heure. Pour une pièce mesurant 10 m2 et 2,5 m de hauteur sous plafond, il faut donc compter 25 m3 de volume d’air à renouveler. Multiplié par douze, cela donne exactement 300 m3. Une cuisine ouverte augmente considérablement ce chiffre !

LM13-032

Un peu de design

Les hottes peuvent se rendre invisibles, qu’elles coulissent derrière la table de cuisson ou se dissimulent sous un meuble de rangement. Il existe cependant de plus en plus de modèles décorés, souvent suspendus mais pas uniquement. Ils peuvent être pyramidaux, mais aussi carrés ou même arrondis. Des plaques de verre les habillent parfois de dessins colorés, comme chez Falmec ou Whirlpool. Les nouvelles technologies de recyclage, toujours plus puissantes, permettent d’imaginer des appareils qui semblent flotter dans les airs, juste suspendus par quelques fils. Cette technique diminue les contraintes d’installation et s’avère même utile dans le cadre de la RT 2012, vu qu’elle limite les éventuels ponts thermiques. Les hottes ont de l’avenir !

Mélanie de Coster