Les couleurs sombres ne voient pas tout en noir

317

En matière de décoration, on cherche souvent à agrandir visuellement l’espace en utilisant des teintes claires. Les motifs plus foncés ont pourtant eux aussi un rôle à jouer.

La couleur blanche a beaucoup de mérite… mais elle peut également lasser. Les tons sombres font une plus grande impression, mais nous avons parfois peur de les utiliser. Il serait pourtant dommage de se priver de toute une partie de la palette chromatique ! Ne nous laissons pas enfermer dans les clichés : pour agrandir une pièce, n’importe quelle teinte peut s’avérer efficace, à condition qu’elle soit bien employée.

Pour souligner

Certes, peindre tous les murs en noir peut vite paraître oppressant. Par contre, marquer de son empreinte le tour d’une porte ou une unique cloison est beaucoup plus pertinent. Il est ainsi facile de créer un cadre qui mettra d’autant plus en valeur l’ambiance générale de votre décoration. Par ailleurs, peindre un unique pan de mur dans une teinte dynamique dirige le regard tout en générant un léger effet d’optique : la pièce aura l’air allongée, étirée vers cette tache de couleur. Un lé de papier peint plus foncé, placé à une position stratégique, créera également une rupture, bienvenue pour éviter la monotonie.

imageArticle0

Jeu de matières

Les peintures ne reflètent pas toutes les éclairages de la même manière. Plus elles sont mates, plus elles absorbent la lumière alors que les laques peuvent être étonnamment lumineuses. Il en est de même pour les objets de décoration : les rideaux, coussins ou tapis ne se distinguent pas uniquement pas leur tonalité. La matière est tout aussi importante. Un tissu en velours ne pourra pas jouer sur les effets de transparence comme son équivalent en lin. Pour alléger l’atmosphère, optons pour des voilages légers. Même le bleu marine peut être aérien quand il joue avec les rayons du soleil. Le relief peut également être suggéré grâce à des stickers ou à des papiers peints en trompe-l’œil.

imageArticle4

Déclinaison

Si les jeux de contraste sont bienvenus, il ne faut pas pour autant en abuser. Déclinons la teinte dominante pour harmoniser le décor : le violet s’assortira au lilas, le chocolat au beige et l’anthracite au gris perle. Affirmer ainsi nos choix permet d’adoucir le choc visuel qu’ils peuvent parfois provoquer. Évitons par contre de mélanger trop de couleurs vives dans la même zone, pour ne pas surcharger celle-ci. Afin de ne pas risquer les erreurs de goût, il est possible de s’appuyer sur une échelle colorimétrique, comme celles proposées par les fabricants de peinture. Ce genre d’outils est à glisser dans sa poche dès qu’un repérage en magasin est prévu : il permet de vérifier rapidement l’effet du jaune moutarde quand il est adossé à une cloison vert canard !

imageArticle1

Oser

Si des doutes subsistent, sachez que magasins de bricolage et boutiques de tissu proposent bien souvent de vous fournir quelques échantillons : n’hésitez pas à les utiliser afin de vérifier l’impact d’une teinte en situation réelle. Patienter quelques jours permet de constater comment cette dernière réagit à la luminosité ambiante… et même à votre humeur ! N’oublions pas que, s’ils ferment parfois l’espace, les tons plus foncés peuvent de la même manière créer un cocon sécurisant. Enfin, même s’il s’avère au final que cette peinture prune écrase la pièce de manière rédhibitoire, il n’y a rien de plus facile que de recommencer et d’opter alors pour une autre tonalité. En décoration, rien n’est jamais définitif.