Les bébêtes du jardin

303

Qu’elles aient six, quatre ou même pas de pattes, de nombreuses bestioles ont trouvé dans votre jardin un petit éden qu’elles contribuent à protéger et à entretenir. Sachez apprécier leurs efforts !

Aussi apaisants et tranquilles qu’ils paraissent, les jardins exultent de vie. On y rencontre une faune dense et variée qui participe activement à l’entretien de votre terrain et à votre confort, même si elle souffre parfois d’une mauvaise réputation.

Les amis du jardinier

Les aficionados de la bêche et autres accros de la binette le savent : les espaces verts abritent bien des alliés. Les vers de terre comptent parmi les plus précieux : ces vaillants petits ouvriers aèrent la terre en la fouissant et enrichissent les sols en créant de l’humus qui nourrira les plantes. En effet, en creusant des galeries, ils permettent à l’eau et à l’air de mieux circuler vers les racines tandis que leur digestion permet d’accélérer la décomposition des matières organiques qui jonchent le sol, comme les feuilles mortes par exemple. Il convient donc de les protéger et même de leur rendre les lieux plus accueillants afin qu’ils prolifèrent. Pour ce faire, il suffit de quelques mesures simples : en retournant la terre aux heures les plus chaudes de la journée, on épargne les vers, qui préfèrent se réfugier dans les profondeurs du sol en quête de fraîcheur. Une zone de compost sera pour eux un véritable palais, où ils proliféreront à grande vitesse. Si vous ne possédez pas de bac à compost, vous pouvez simplement jeter régulièrement quelques épluchures, feuilles de thé ou autres débris végétaux dans votre jardin, où ils serviront de banquet. Dans un autre ordre d’idée, vous pouvez également verser un peu de vinaigre en bordure du terrain : les lombrics en sont friands, et ils rappliqueront rapidement !

Contre les envahisseurs, d’autres bébêtes prennent les armes. Les crapauds sont particulièrement friands de limaces et ils défendront courageusement vos salades, pour peu qu’un habitat confortable se trouve à proximité.

LM26-061

Vive les mares en somme !

Le hérisson, pour sa part, aime à varier ses menus, auxquels figurent les escargots, les araignées, mais aussi les vers et les crapauds ! Ce jardin va devenir un vrai panier de crabes !

Si vous préférez les fleurs aux légumes, vous avez sans doute subi les assauts des pucerons, et vous êtes peut-être même adjoint les services des coccinelles, leurs terribles prédateurs naturels. Attention cependant : à l’heure où les insecticides chimiques ont mauvaise presse, la bête à bon dieu s’est posée comme une alternative naturelle et l’on a pu la commander sur catalogue très facilement. Malheureusement, une bonne partie des coléoptères achetés pour protéger les plantes proviennent d’Asie. Or, ces coccinelles, les harlequins Harmonia axyridis, remplacent peu à peu les espèces européennes, qui ne résistent pas aux parasites apportés par leurs homologues asiatiques. L’invasion va être difficile à enrayer… Mieux vaut donc faire confiance à la nature plutôt que de tenter de lui donner un coup main, au risque d’aggraver le problème…

LM26-062

Une grande claque aux petits bzzz

Si les espaces verts regorgent de moustiques et autres bestioles peu sympathiques, ils abritent aussi de quoi tenir cette vermine à distance ! Les chauves-souris en sont les plus friandes : elles peuvent en chasser plus de cinq cents par heure ! Dès lors, mieux vaut faire abstraction de leur mauvaise réputation : en échange de votre protection, elles vous épargneront bien des piqûres.

Les oiseaux sont également très gourmands. Le problème, c’est qu’ils aiment enrichir leur régime insectivore de quelques graines ou fruits. N’hésitez pas à planter quelques buissons à baies pour étancher leur appétit végétarien : ils satisferont ainsi celui-ci sans attaquer vos plantations, et tout en vous débarrassant des insectes importuns.

Sidonie Joly