Les avantages de la VMC

278

Votre habitation a des problèmes d’humidité, de polluants ou de poussière ? Installez une VMC.

Un logement parfaitement isolé se heurte parfois au problème du renouvellement de l’air. Un inconvénient que résout la ventilation mécanique contrôlée (VMC) en assurant une introduction permanente d’air frais, capté à l’extérieur, mis en circulation, puis rejeté par le toit via un système de conduits et de bouches d’aération.

La VMC simple flux

L’air est capté au niveau des menuiseries dans les pièces dites sèches, grâce à des systèmes plus ou moins sophistiqués (autoréglables, acoustiques…). Le flux circule ensuite en empruntant des passages aménagés sous les portes. Les bouches d’aération sont installées au plafond des salles d’eau ou des cuisines. Le groupe d’extraction, qui contrôle le dispositif, est placé dans les combles ou sur une terrasse. La VMC simple flux fonctionne de manière constante, avec un débit d’air régulier. Dotée de la fonction hygroréglable, elle capte automatiquement ce flux en fonction du taux d’humidité.

La VMC double flux

Le principe de circulation de l’air reste le même, mais les avantages sont supérieurs. Ainsi, l’air frais aspiré et l’air vicié rejeté passent à travers un échangeur. Cet appareillage permet de récupérer les calories l’hiver et d’économiser jusqu’à 20 % de dépenses en chauffage. À l’inverse, l’air introduit l’été est refroidi, pour un plus grand confort. Deux circuits doivent être installés (un pour l’air aspiré, un pour l’air rejeté).

Pose et tarifs

Même simplifiée, l’installation d’une VMC est très technique. Elle doit donc être réservée aux professionnels ou aux bricoleurs avertis. Les tarifs varient de moins de 100 à près de 300 € pour une VMC simple flux, et de 600 à plus de 2000 € pour une double.

Frédéric FERRAND