L’éco-prêt à taux zéro voit double

248

Voilà déjà sept ans que les ménages peuvent profiter d’un prêt à taux zéro, baptisé éco-PTZ, pour financer les travaux d’amélioration de la performance énergétique de leur logement. La somme est alors plafonnée à 30 000 € remboursables sur 10 ans, voire 15 ans pour certains chantiers. Seules conditions pour y prétendre : que l’habitat utilisé comme résidence principale ait été construit avant 1990 et que les travaux soient réalisés par une entreprise RGE (« reconnue garant de l’environnement »).

Jusqu’à présent toutefois, un seul éco-PTZ pouvait être sollicité à la fois par foyer. Un décret du 3 août, avec entrée en vigueur rétroactive au 1er juillet, a cependant changé la donne en créant un éco-prêt complémentaire. Dorénavant, lorsqu’un particulier emprunte moins que le plafond maximum, il dispose d’un délai de 3 ans pour contracter un deuxième éco-PTZ jusqu’à atteindre une somme globale de 30 000 €. L’occasion, pourquoi pas, d’engager des travaux d’économie d’énergie supplémentaires !

À noter : ce chantier doit en revanche porter sur un autre poste que le bouquet de travaux initial. En d’autres termes, si vous avez changé votre mode de chauffage grâce au premier éco-PTZ, vous pourrez par exemple vous attaquer à l’isolation avec le second. J.P.

Photo © iStock, DR