L’ardoise tient le haut du pavé

419

L’ardoise est au sommet de sa forme. Elle se permet même de quitter le toit des maisons pour s’inviter avec style dans la cuisine ou le salon. Il est temps de faire les présentations…

Matériau de construction, l’ardoise a longtemps été majoritairement utilisée en couverture de toiture, voire en façade. Cette variété de schiste issue de la compression et de la cuisson de sédiments d’origine volcanique présente une inaltérabilité qui, associée à son esthétique, la prédisposait à des usages extérieurs. Mais l’ardoise intègre aujourd’hui la gamme des matériaux de décoration intérieure et ses nombreux avantages la situent parmi les plus convoitées. En une époque où le gris n’en finit plus d’être tendance et où le bleu se décline à l’infini, sa couleur est un atout de choix. Elle peut varier du gris souris au gris anthracite, en flirtant avec le noir, se teinter de violine, de vert, de bleu, se parer de reflets métalliques ou mordorés, oxydés… Des coloris naturels qui évoluent avec le temps sans s’altérer mais en prenant une jolie patine ! Et cette absence d’artifice explique aussi l’engouement que suscite le schiste ardoisier.

vn55-044

Du sol au plafond

Si la France demeure une grande consommatrice d’ardoise, les fermetures de carrières s’y sont succédé au siècle dernier. Seules quelques régions pratiquent encore son extraction, le Maine et Loire en tête, la Corrèze, la Bretagne, les Pyrénées… Le reste de la production provient désormais d’autres pays, comme l’Espagne, le Canada, le Brésil, l’Italie, la Chine… Cette diversité se retrouve dans ses coloris : il existe plus de 30 nuances différentes selon les lieux d’extraction mais aussi la profondeur des couches dans le filon. Satinée et lisse en finition adoucie, mate, striée ou ondulée, en finition clivée… quel que soit son façonnage, l’ardoise a un grain très fin. Contrairement aux idées reçues, elle est résistante et ne se casse ni ne s’effrite facilement. Sa structure interne feuilletée l’empêche de se fendiller et son coefficient de résistance aux chocs est équivalent à celui du granit. Elle ne craint pas la chaleur et trouve donc une place privilégiée dans la cuisine, que ce soit pour la réalisation de plans de travail, de crédences, de panneaux ou de tablettes. Elle se glisse même à table sous forme de sets ou d’assiettes… Non poreuse, elle s’entretient aisément mais, au même titre que pour le bois, l’inox ou le verre, il n’est pas conseillé de prendre un plan de travail en ardoise pour une planche à découper !

 vn55-045

Ambiance minérale

Ses facultés d’imperméabilité et sa nature antidérapante lui font gagner sa place dans les pièces les plus humides de la maison. Les murs en ardoise recevront sans dommage les projections d’eau de la salle de bains. Receveur de douche, vasque, tablier de baignoire, plan de toilette gagneront à son contact un style et une distinction incomparable. Au sol comme sur les murs, par petite touche ou en revêtement, l’ardoise apporte une classe unique qui combine noblesse et sobriété, authenticité et confort. Sa couleur et sa matière permettent de miser sur l’harmonie ou de jouer sur les contrastes. Les différents formats, les aspects de surface – depuis les carreaux polis jusqu’aux barrettes brutes de sciage, au relief irrégulier et aux nuances changeantes – autorisent des résultats très différents et tout aussi séduisants. La bonne conductivité thermique de l’ardoise en fait un matériau bien adapté au chauffage par le sol. De plus, grâce aux nouveaux traitements antitaches, son entretien quotidien s’effectue à l’eau chaude légèrement savonneuse. Il n’est pas encore temps d’effacer l’ardoise !

Marie Vanhamme