L’abécédaire de la cuisine

81
Cuisine ouverte, fermée ou avec des angles, à chaque pièce correspond une implantation adéquate. ©Thinkstock

Plan en G, en U, en I, en L ou parallèle, la configuration d’une cuisine ne se choisit pas au hasard ! Elle doit s’adapter à l’espace disponible et tenir compte de votre mode de vie.

Bien avant de choisir le design, l’électroménager, les accessoires et le mobilier, rénover sa cuisine, c’est avant tout décider de son implantation. En U, en L, en G, en parallèle ou en I, les choix d’aménagement sont multiples, mais ils dépendent des mètres carrés disponibles et doivent prendre en compte certaines contraintes techniques. Pour choisir le plan de cuisine qui correspond le mieux à votre espace, suivez le guide…

Le bon plan des petits espaces

Concevoir les plans de sa future cuisine lorsqu’on dispose d’une petite pièce est toujours l’option la plus complexe. Les contraintes sont en effet quasi inexistantes lorsque la place ne manque pas ! Pour ces espaces restreints, les plans en I sont les plus adaptés. Ils conviennent en effet parfaitement aux cuisines dites « en couloir », c’est-à-dire à la fois longues et étroites. Il s’agit en fait d’un linéaire simple, très facile à aménager puisque le mobilier standard suffit amplement, et les contraintes d’angles n’existent pas. Sachez toutefois que, pour une telle cuisine, une largeur d’1,80 m est nécessaire et que dans les pièces les plus exiguës, l’effet couloir peut être accentué.

Pour les cuisines fermées et ouvertures sur le salon

Si vous disposez d’un espace plutôt spacieux (entre 10 et 15 mètres carrés) ou si vous souhaitez une cuisine ouverte sur le salon, le plan en parallèle, c’est-à-dire en face-à-face, sera le plus adéquat. Dans une pièce fermée, cet aménagement permet d’investir deux murs opposés et de maximiser ainsi les rangements. Attention à respecter tout de même une largeur d’1,20 m entre les deux rangées pour se déplacer confortablement. Avec une cuisine ouverte, le plan en parallèle permet d’implanter au sol un grand comptoir ou un îlot convivial.

©Thinkstock

Optimiser les angles

En revanche, lorsqu’il faut aménager des angles, les plans de cuisine en L sont les seules alternatives possibles. Cette implantation représente d’ailleurs une cuisine vendue sur deux ! Adapté aux moyennes et grandes surfaces, ce type de profil a un double avantage non négligeable, celui de profiter d’un vaste plan de travail et de limiter les déplacements, garantissant ainsi une meilleure accessibilité. Pensez toutefois à prévoir un retour de 1,20 m minimum.

La convivialité avant tout

Enfin, il existe encore des configurations qui font de la convivialité leur maître mot ! C’est d’abord le cas des plans en U, que l’on retrouve dans les cuisines fermées présentant différents volumes. Mais ils s’adaptent également aux grandes pièces à vivre afin de délimiter justement l’espace cuisine et le salon. Pensez alors à regrouper chaque zone de travail (cuisson, plan de travail et évier) sur chaque pan, afin d’optimiser le triangle d’activité et de réduire les déplacements inutiles. Cette implantation permet ainsi de concevoir un lieu de vie familial et agréable. Mais elle présente toutefois des inconvénients. Le principal ennui réside dans le fait que la cuisine en U doit tenir compte des angles. Il faut donc pour cela opter pour des rangements spéciaux, notamment pivotants, afin de ne pas perdre de place inutilement.

Quant au plan en G, il est spécifiquement dédié aux cuisines ouvertes. Il est souvent doté d’un retour bar, généralement plus haut que le plan de travail, ou d’un prolongement de ce dernier aménagé en coin repas. Cette configuration est idéale si l’on cherche à profiter d’un bel espace.

M.K