La déco swag nous fait swinguer

464

La décoration prend un coup de jeune et affiche son côté « swag ». Cette tendance décomplexée mise avant tout sur l’humour et la bonne humeur pour mieux réveiller l’ado qui somnole en nous…

Les humeurs de la mode ne touchent pas seulement la fashion sphère et la décoration aussi a désormais ses mouvements saisonniers. Cet hiver, deux tendances se côtoient sur les grands podiums du design, dont l’un des principaux représentants, le salon Maison & objets, vient tout juste de se terminer : le froid style scandinave, minimaliste et pragmatique, et l’énigmatique tendance « swag », dont on nous rebat les oreilles sans que personne semble réellement savoir ce qui se cache derrière ces quatre lettres. Le swag, c’est le cool, le beau, le chouette, le branché, bref une certaine idée de l’avant-garde réinterprétée par nos ados. À l’origine, le terme vient du verbe anglais « to swagger » qui signifie « se pavaner », « soigner son style et le montrer ». En décoration, il représente surtout un esprit décalé, usant et abusant d’accessoires pour mettre l’humour et le mouvement à l’honneur, tout en faisant un grand pied-de-nez à la morosité ambiante.

LM15-031

Place au chahutage

Le swag, c’est de la couleur, de l’énergie et de la bonne humeur dans la maison. Piochant là où bon lui semble, télescopant les genres et les époques, ce style de décoration bouscule toutes nos catégories et emprunte ses éléments à la bande dessinée, aux nouvelles technologies ou même au surréalisme. S’il utilise parfois des objets classiques, c’est pour mieux les détourner de leur mission originelle. Un téléphone rétro se transforme en pot de fleurs, une bulle à messages commente un cadre photo, la vaisselle de grand-mère se teinte de coloris fluo… Allergique au sérieux, le swag malmène nos certitudes et nos valeurs pour mieux afficher son caractère iconoclaste, poussant sans vergogne l’humour jusqu’à l’irrévérence et la plaisanterie jusqu’à la provocation…

LM15-032

Éviter l’overdose

On l’aura compris, à vouloir être swag, on finit parfois par le devenir un peu trop. S’il est appréciable de glisser un peu de bonne humeur dans la déco, on a vite fait de perdre son latin parmi tant de simulacres et de trompe-l’œil. Coussins cupcake, repose-cuillère en forme d’éclaboussure de sauce tomate, faux tubes de dentifrice et vrais porte-brosse-à dents… L’inflation d’objets superflus et de gadgets inutiles guette le « swagueur » imprudent. Pour éviter l’indigestion, il est plus agréable de miser sur de petites touches qui seront d’autant mieux mises en valeur : le papier peint orné de grilles de mots croisés sera charmant… sur un unique pan de mur ; le guéridon Louis xv revêtu de jaune fluorescent se fondra à merveille dans votre salon d’un blanc immaculé ; l’horloge monumentale ornée de détails baroques suffira à elle seule à rehausser le décor ascétique de votre chambre à coucher… Entre swag et mauvais goût, toute la différence se cache dans la nuance. Et puisque la couleur taupe s’annonce déjà comme le coloris vedette de la saison, on n’hésite pas à relever cette teinte faussement terne de petites touches plus vives. Le fluo, le style circus ou les Lego surdimensionnés, déjà présentés l’an dernier, sont ainsi parfaitement à leur place dans cet univers. L’hiver ne sera peut-être pas très chaud, mais la décoration, elle, n’aura pas froid aux yeux !

Mélanie de Coster