Cuisine ouverte et îlot central : les nouvelles tendances

480

Les petites cuisines fermées donnant sur une salle à manger ont fait leur temps. Entre espace ouvert sur la pièce à vivre et plan de travail central redéfini en coin repas, l’heure est au décloisonnement…

Si nos arrière-grands-mères pénétraient dans une cuisine d’aujourd’hui pour y préparer un repas, elles y perdraient certainement leur latin tant la tendance actuelle a bouleversé les codes de leur ancien territoire de prédilection : entre l’évier logé dans un îlot central, le plan de travail accolé à un bar servant de table à manger et le fait que tout ce petit univers prenne place au beau milieu du salon, il y a de quoi s’emmêler les casseroles ! Pour parer aux éventuelles critiques de notre chère aïeule, voici quelques arguments de poids en faveur de ces nouveaux espaces, et autant de conseils pratiques pour contourner les écueils qui lui donneraient raison !

Un espace adapté à la vie moderne

Révolutionnaire, ce nouveau plan d’aménagement qui, en quelques années, a su s’imposer comme un modèle de référence, ne se contente pas de modifier l’espace de la maison par pure fantaisie : il s’adapte à nos nouveaux modes de vie. Plus question, pour la ménagère, de passer de longues heures enfermée seule dans son antre. Aujourd’hui, il faut pouvoir cuisiner tout en aidant le petit dernier à faire ses devoirs de maths et en tenant de passionnantes conversations sur l’état du monde avec les invités surprises qui ont pris place au salon. D’ailleurs, notre ménagère n’est plus la seule à mettre la main à la pâte et la multiplication des cuistots impose, tout naturellement, celle des espaces de travail. Avec un ou deux îlots occupant le centre de la pièce ou placés perpendiculairement au mur, il devient facile de ne pas se marcher sur les pieds !

Un aménagement pensé en termes de gain de place

La mode est parfois une jolie façon d’accepter la fatalité et, en l’occurrence, la réduction drastique de nos espaces à vivre. Le prix actuel du mètre carré est tel que le moindre tiroir de rangement peut vous faire gagner quelques très chers centimètres d’espace vide dans des logements où celui-ci a souvent tendance à fondre comme peau de chagrin. Plus question dès lors de gaspiller de la place avec des meubles encombrants et peu fonctionnels. L’îlot central se dote de nombreux tiroirs de diverses tailles tandis que, sur les murs, des étagères ouvertes accueillent des objets plus décoratifs. Enjambant le plan de travail ou collé à ce dernier, le bar, de bonnes dimensions, permet de se passer d’une encombrante table dont on ne conservera qu’un modèle pliant pour les grandes assemblées. Enfin, l’électroménager, souvent massé sur un même mur dans un ensemble intégré, sait se faire lui aussi tout petit. Déclinés en version compacte, les appareils cumulent désormais les fonctions et s’alignent à l’horizontale pour être à portée de main.

Conseils pour une transition réussie

Ne forcez pas le destin : dans le cadre d’une construction ou d’une rénovation de fond en comble, l’îlot central prend tout son sens, mais quand il s’agit de faire du neuf avec du vieux, c’est une autre affaire. Sachez que dans un espace de moins de 15 m2, il est déconseillé de choisir cette solution. Pour circuler facilement, on doit au moins disposer de 90 cm autour de chaque côté du meuble… On pourra, dans certains cas, se tourner vers un semi-îlot, accolé à un mur.

Faites vos vœux : avant de vous lancer, veillez à bien définir les fonctions auxquelles devra répondre votre îlot. Sera-t-il consacré à la cuisson sur plaque, au lavage, au rangement, à la préparation, au repas ? Pour chacune de ces options, les contraintes varient. L’îlot équipé d’un évier soulèvera notamment le problème de l’arrivée d’eau et de l’évacuation. Dans certains cas, il sera indispensable de surélever la cuisine pour obtenir la pente nécessaire à l’écoulement. Pas question non plus d’avoir des câbles qui traînent partout dès qu’on veut brancher un mixeur. Pensez à installer des unités électriques intégrées dont les fils seront cachées dans le sol.

Ne lésinez pas sur l’aération : dans le cas d’une cuisine ouverte équipée d’un îlot central, l’aération devient plus qu’un simple confort. C’est une question cruciale. Imaginez un peu à quoi ressemblerait votre salon envahi par des odeurs de sardines… Et les livres de votre bibliothèque recouverts d’une épaisse couche de graisse à frire ! Le pôle hotte constituera donc un point important de votre budget. Préférez une hotte à recyclage qui, plus simple à poser, ne requiert pas de conduit vers l’extérieur. Son efficacité dépendra avant tout de sa motorisation et de son débit : dans l’idéal, l’appareil devra renouveler l’air dix fois par heure.

Samaké