Comment choisir le vitrage de ma véranda ?

409

Havre de paix, synonyme de douceur de vivre, une véranda est un cocon de charme et de confort. Mais avant de profiter de ses attraits, il est indispensable de bien réfléchir au choix du verre qui la compose.

La véranda se distingue par son toit et ses parois en verre permettant une infiltration optimale de la lumière. Compte tenu de l’augmentation constante du prix des systèmes de chauffage traditionnels et des contraintes liées à l’utilisation d’une cheminée, de plus en plus de foyers y ont recours pour se réchauffer, grâce à son apport en lumière solaire. En 2014, une étude du bureau d’études thermique Cardonnel Ingénierie commanditée par le SNFA (Syndicat national de la construction des fenêtres, façades et activités associées) a ainsi démontré que la construction d’une véranda pouvait réduire nos besoins en chauffage de quelque 28 %. En jouant le rôle de tampon thermique, cette cage à lumière permet de stocker la chaleur pour la redistribuer dans la maison. Alliance parfaite d’esthétique arty et d’économies, l’installation d’une véranda véritablement efficace d’un point de vue thermique implique toutefois de faire les bons choix. En l’occurrence, la qualité de l’isolation et le passage de la lumière dépendent directement du vitrage.

image1

image2

Le vitrage simple : peu cher mais riche en inconvénients

D’une épaisseur allant de 6 à 10 millimètres, le vitrage simple est, en toute logique, le plus abordable des modèles que nous allons détailler. Toutefois, si sa finesse permet de jouir d’une excellente luminosité, il possède de nombreux inconvénients, occasionnant insidieusement des frais supplémentaires.

En premier lieu, s’il est appréciable de profiter d’une belle lumière pour vaquer à ses occupations, une trop forte intensité peut vous éblouir et gâcher votre plaisir. C’est pourquoi, face à ce genre de situation, il est requis d’opter pour un verre à contrôle solaire, destiné à repousser les rayons. Ce que n’offre bien évidemment pas le verre ordinaire…

Deuxièmement, le vitrage simple fournit une isolation thermique plus que médiocre, rendant votre pièce glaciale en hiver et caniculaire en été. Pour éviter ces extrêmes, il est impératif de l’équiper ne serait-ce que de rideaux ou d’un store, afin de filtrer la lumière et de diminuer son impact. Si cela ne s’avère pas suffisant, vous devrez effectuer des travaux d’isolation.

En outre, si vous avez d’ores et déjà opté pour ce type de vitrage, vous devrez sans aucun doute ajouter un système de ventilation pour éviter l’apparition de buée. Autant de raisons qui expliquent que cette solution soit tombée en désuétude.

Le double vitrage : le plus courant

Composé de deux vitres séparées par un mince filet de gaz isolant, en l’occurrence l’argon, ou par un espace d’air déshydraté, le double vitrage reste à ce jour la solution la plus fréquemment adoptée par les futurs propriétaires de vérandas. Son épaisseur située entre 20 et 26 millimètres offre une meilleure isolation que son prédécesseur. Très efficace et plébiscité depuis de longues années, le double vitrage s’impose comme la référence actuelle pour réguler les apports solaires estivaux et gérer les déperditions hivernales. Mais cela pourrait bien changer dans les prochaines années avec la démocratisation progressive du triple vitrage…

image3

Le triple vitrage : un résultat optimal au prix fort

D’une épaisseur moyenne de 44 millimètres, bien qu’elle puisse varier de 36 à 54, le triple vitrage offre une isolation thermique optimale sans pour autant nuire à la luminosité. Si ce dernier système possède de nombreuses qualités en termes d’efficacité et de confort, son prix pour le moins élevé peut le rendre prohibitif pour la plupart des consommateurs.

Quel que soit le modèle pour lequel vous optez, vous pouvez toujours l’optimiser avec des verres spécifiques. Outre le modèle à contrôle solaire cité précédemment, vous pouvez miser sur un verre autonettoyant, capable de détruire les composants organiques venant recouvrir sa surface, ou pour du verre feuilleté, résistants aux chocs et aux effractions.

Maintenant que nous avons listé les avantages et les inconvénients de chaque type de vitrage, il n’appartient qu’à vous de prendre la bonne décision en accord avec votre budget.

Le vitrage en polycarbonate est une excellente alternative au verre. Très résistant aux chocs, plus abordable et il offre une isolation optimale été comme hiver et reste une valeur sûre pour le toit de votre véranda.

Ce matériau n’est toutefois pas dénué d’inconvénients. Translucide plutôt que transparent, moins raffiné que le verre, il n’offre pas la même luminosité et peut avoir tendance à jaunir au fil du temps.