Cinq points à connaître avant de végétaliser les abords d’une piscine

5138
© iStock

Lieu de vie durant la saison estivale, la piscine gagne à être mise en valeur par une végétalisation environnante agréable. Agréable oui, mais il faut tout prévoir pour ne pas boire la tasse !

On ne plante pas n’importe quoi tout autour,  on limiter les rémanents !

Tous les éléments organiques qui tombent dans une piscine contribuent à troubler le bon fonctionnement de la filtration et de la désinfection. Les feuilles mortes qui se décomposent au fond de l’eau, ainsi que celles piégées en surface qui bouchent les skimmers, augmentent considérablement les besoins d’entretien. Si tous les végétaux caducs, qui perdent leurs feuilles bien après le temps des baignades, ne posent pas de problème, en revanche, les végétaux à feuillage persistant, dont la ramure se renouvelle tout au long de l’année, sont à proscrire dans un périmètre proche. Surtout les pins et autres grands résineux, qui se délestent d’une bonne partie de leurs épines durant la saison chaude. Le bambou perd lui aussi énormément de feuillage durant l’été, notamment les épaisses gaines qui enveloppent les jeunes turions.

Les végétaux parfaits

De nombreuses plantes ont la bonne idée de garder bien accroché sur elles leur feuillage mort. C’est le cas des yuccas, cordylines, agaves ou phormiums, mais aussi des palmiers (si votre région n’est pas fréquentée par les papillons et les charançons ravageurs). Les cycas et les cactées seront eux à garder en pot du fait de leur faible rusticité. Toutes ces plantes offrent en outre une ambiance exotique qui sied bien à la baignade. Les graminées par leur port vertical et leur feuillage graphique qui ondule avec le vent parachèveront le tableau de leur dynamisme.

On peut disposer un arbre aux alentours de la piscine afin de profiter d’une ombre fraîche. Cependant le développement des racines peut poser des problèmes au niveau des fondations du bassin. Mieux vaut donc s’orienter vers des espèces de petit gabarit type Sophora du Japon pleureur ou le catalpa « Nana », à placer à au moins cinq mètres de la plage, au sud ou au nord du bassin de manière à occulter le soleil uniquement aux moments les plus chauds et non pas en début ou en fin de journée.

Des fleurs au bon moment

Puisqu’on n’occupe l’espace piscine que durant la belle saison, faites en sorte que les floraisons s’épanouissent à ce moment-là. Privilégiez les floraisons estivales, longues si possible. Les sauges arbustives, gauras, perovskias, lauriers-roses, buddleias, bignones, véroniques arbustives, althéas, abélias et gattiliers sont intéressants à ce titre. Rien n’empêche autour d’une solide trame de fleurs d’été, d’ajouter des plantes à floraison printanière ou automnale afin d’allonger l’attrait du bassin en début et fin de saison.

Rien qui dépasse !

Au moment de la plantation, il faut prendre en compte le développement des plantes afin d’anticiper l’espace qu’elles occuperont à maturité . Une bonne anticipation vous évitera des tailles trop fréquentes. Précisons encore que les végétaux à épines sont à proscrire absolument aux abords immédiats des plages : agaves, yuccas, rosiers, pyracantha, berbéris, etc.

Benoit Charbonneau

© iStock
Photos © iStock, DR