Ces petites réparations qui peuvent rapporter gros

302

En dépit de sa valeur sentimentale, la maison demeure avant tout un investissement. Et pour que celui-ci résiste aux affres du temps, il convient d’entretenir son domicile régulièrement. Découvrez ces petites routines qui permettent d’éviter les grosses dépenses.

Comme tous les propriétaires du monde, les Français sont très attachés à leur logement. La période de récession que nous traversons semble même renforcer davantage leur amour du home sweet home. Selon une étude réalisée par l’Ifop pour la Fédération des magasins de bricolage et publiée fin 2012, 91 % des sondés avancent qu’en période de crise, « se sentir bien chez soi est fondamental ». Devançant en effet les postes Épargne et Loisirs, le budget consacré à la maison reste une priorité, et sept Français sur dix envisagent de réaliser des travaux au sein de leur habitation. Il est pourtant des routines qui, bien que n’améliorant pas fondamentalement le bâti, permettent avant tout de ne pas précipiter la dégradation de ce dernier, et donc d’engager des réparations. C’est un fait : l’entretien régulier préserve l’édifice et ménage les économies.

Toiture, gouttières, murs

Le toit a une importance déterminante dans la salubrité de la maison. Une inspection régulière et le changement subséquent des éléments (tuile de terre cuite, béton ou ardoise…) déplacés ou endommagés sont gages de longévité. Si la toiture est couverte de mousse ou autres végétaux, un traitement spécial peut être appliqué. Il est recommandé d’utiliser des produits contenant peu d’agents polluants et de procéder au préalable à une séance de brossage énergique. L’usage d’un jet d’eau à haute pression est déconseillé car il pourrait rendre les tuiles poreuses. Une fois monté sur le toit, on en profitera pour contrôler l’état des gouttières, remplacer les parties abîmées, les débarrasser de ce qui les encombre et les laver à grandes eaux. De même, on réparera les possibles fissures, infiltrations ou autres signes d’humidité relevés au cours de l’inspection des murs. Il existe des tas de recettes pour nettoyer les cloisons extérieures, et notamment les crépis. L’une des formules les plus basiques consiste à les décrasser au jet d’eau à haute pression, en prenant soin de ne pas trop insister. Toutes les grilles d’extraction de l’air seront à cette occasion débarrassées de leurs saletés.

Fermetures

S’il est bien entretenu, le bois supporte magnifiquement le poids des ans tout en apportant cachet et chaleur à l’habitation. On le sait : les boiseries sont durablement protégées par une couche de peinture ou de lasure. La procédure est simple : on ponce ou on décape, on brosse, on dépoussière puis on applique soigneusement une couche de revêtement. Attention aux choix des produits ou même aux couleurs, souvent réglementées. Qu’ils soient en bois ou en métal, on procédera ainsi avec les volets, fenêtres, portes, portails et même clôtures. Joints et verrous seront ensuite vérifiés, et les gonds graissés. Pour les volets roulants, il est conseillé de nettoyer régulièrement les éléments (tablier, lames, coffre d’enroulement…). S’ils sont en PVC, un bon coup d’eau relevée de savon noir suivi d’un rinçage au jet haute pression fait l’affaire. Lubrifier les glissières permet en outre au volet de conserver sa fluidité de mouvements. Pour une terrasse ou des meubles d’extérieur en bois, on lave à la brosse et à l’eau ou au jet haute pression, puis on applique un traitement en fonction de l’essence.

Chauffage

Si votre logis est équipé d’une chaudière fonctionnant au gaz, au fioul ou au bois, d’un poêle, d’une pompe à chaleur ou d’un climatiseur, vous ne pouvez y couper : un professionnel qualifié doit prendre en charge l’entretien annuel de votre installation. L’avantage est qu’ainsi vérifié, l’appareil de chauffage durera plus longtemps, demeurera sobre en énergie et polluera assez peu. Concernant les cheminées, le ramonage est obligatoire, mais il peut être réalisé par l’utilisateur. Ce décrassage est une procédure simple (passer un hérisson sur toute la longueur du conduit), mais physique qui, réalisée en hauteur, est donc potentiellement dangereuse. Les bûches de ramonage, utilisées entre deux ramonages mécaniques pour un entretien régulier, ont pour leur part leurs limites et sont assez controversées. Mais quel que soit son équipement, un particulier aura tout intérêt à dépoussiérer et à nettoyer régulièrement les filtres des climatisations réversibles, à extraire l’air des radiateurs de la maison, à contrôler conduits et joints, à vérifier niveaux, bacs et pressions et à dégager les aérations…