Belle pierre de Bourgogne

289

Comme la Charente, la Bourgogne possède une pierre très prisée pour les revêtements.

Exploitée depuis près de dix siècles, la pierre naturelle de Bourgogne fait partie du patrimoine historique et culturel français : on la retrouve en effet dans de nombreux monuments et édifices (c’est elle, par exemple, qui recouvre le sol du Louvre). Elle peut être utilisée aussi bien pour les revêtements intérieurs qu’extérieurs (sols, escaliers, allées de jardin, margelles et plages de piscine, vasques ou fontaines). Roche calcaire de teinte jaune, ocre, rose, blanche ou bleutée, parfois tâchée ou veinée, la pierre de Bourgogne se décline en soixante-dix variétés, ce qui lui permet de s’intégrer à tout type de décoration et d’offrir une gamme de prix assez vaste, pouvant aller d’une dizaine à une centaine d’euros le mètre carré. C’est également un matériau qui apporte de l’authenticité et un certain cachet, d’autant qu’il se patine avec le temps, auquel il résiste d’ailleurs parfaitement. De plus, la pierre de Bourgogne constitue un bon isolant thermique naturel : elle protège du froid en hiver et de la chaleur en été – ce qui favorise les économies d’énergie. Enfin, dernier argument en sa faveur, elle est écologique. Elle ne libère aucune émanation toxique et absorbe l’humidité. Son exploitation est gérée selon les préceptes du développement durable et sa mise en forme ne provoque presque pas de pollution. En dépit de ses nombreuses qualités, la pierre de Bourgogne présente aussi quelques inconvénients. En raison de sa masse, elle exige un support très résistant. De plus, sa pose demandant une technique particulière, elle doit être impérativement mise en place par un spécialiste. Enfin, son entretien se révèle contraignant, notamment pour les revêtements extérieurs : ils nécessitent d’être régulièrement hydrofugés et traités contre la mousse et les moisissures.

C.S.