Aménagement du jardin : une question de métrage

251

Les vacances sont l’occasion d’embellir son jardin. Néanmoins un propriétaire n’a pas tous les droits chez lui. Les aménagements importants sont en effet encadrés par la loi.

Prenons le cas classique de l’installation d’une piscine. Accessible dès 3 000 € en hors-sol et pouvant dépasser les 50 000 € pour les modèles de standing, ce bassin privé fait rêver quatre Français sur dix, selon la fédération professionnelle. En bois, en béton ou en polyester, de forme ronde, carrée ou hexagonale, le choix est multiple en la matière. Mais saviez-vous que sa taille pouvait être contraignante ? Un bassin hors-sol installé trois mois maximum dans l’année ou une piscine fixe n’excédant pas 10 m2, n’impliquent aucune autorisation administrative. En revanche, au-delà de cette superficie, une déclaration préalable en mairie est nécessaire pour pouvoir faire construire sa piscine idéale. Ce n’est qu’après un délai de un mois sans réponse, indiquant la non-opposition de la collectivité, que le chantier pourra débuter. Attention : la municipalité a encore deux mois pour contester les travaux devant le tribunal administratif. Quant aux bassins couverts, si l’abri fait plus de 1,80 m de haut, quelle que soit la taille de la piscine, il faudra obtenir un permis de construire. De quoi rendre la note plutôt salée.
La plupart des autres installations courantes dans un jardin peuvent être réalisées librement, avec quelques réserves tout de même. Trampoline, tonnelle et serre de jardin sont ainsi logés à la même enseigne : ils impliquent une déclaration préalable, voire un permis de construire (selon les dimensions), au-delà d’une implantation de plus de trois mois dans l’année. En ce qui concerne les cabanes de jardin, pergolas et autres barbecues fixes, ils ne dépendent que de la volonté de leur propriétaire en dessous de 12 m de hauteur et de 5 m2 de superficie. Mais si vous comptez ajouter une belle et grande véranda à votre maison, il faudra passer par la case permis de construire.
Avant de vous lancer, vérifiez également les dispositions du plan local d’urbanisme, qui peut imposer des restrictions supplémentaires à l’installation de ces équipements d’extérieur.