Retourner sur les bancs de l’école

388

Si les voyages forment la jeunesse, les études l’entretiennent. Les amphis universitaires ne sont pas réservés aux étudiants et le plaisir d’apprendre se passe d’examens.

On peut apprendre à tous les âges. Il n’y a qu’à observer l’évolution du monde professionnel pour le croire : désormais, les formations ne sont plus réservées aux nouveaux venus sur le marché du travail, loin s’en faut ! Les périodes de professionnalisation s’adressent ainsi uniquement aux personnes de plus de 45 ans ou pouvant justifier de vingt ans de carrière. Quand l’heure de la retraite a sonné, il reste aussi possible de suivre des cours, diplômants ou non. Les universités permettent ainsi d’assister à leurs enseignements en tant qu’auditeur libre : le cours est le même que ceux des étudiants…, le stress des examens en moins ! Le coût est aussi inférieur à celui d’une inscription classique (entre 40 et 140 € selon la faculté) mais les places sont limitées. Toutes les filières ne proposent d’ailleurs pas cette option. Les Universités du temps libre (appelées aussi Universités tous âges ou UTA) permettent également de se former dans de nombreux domaines sans chercher à obtenir un diplôme. Créées dans les années soixante-dix, elles regroupent aujourd’hui plus de 75 000 étudiants répartis dans toute la France. Le catalogue des formations est vaste : les langues et l’informatique se taillent la part du lion, mais les lettres, les sciences ou les arts ne sont pas oubliés. Destinées à un public qui a, par définition, le loisir de s’occuper, ces UTA proposent parfois aussi des activités sportives, des randonnées, des cours de cuisine et autres. Les cours ont lieu en semaine et en journée et sont ouverts à tous, sans distinction de niveau scolaire ni professionnel. Les frais varient de 50 à 150 € et sont même réduits pour les personnes non imposables. Il est enfin possible de se cultiver facilement de chez soi grâce aux conférences accessibles en ligne, via les vidéos de l’Université de tous les savoirs ou grâce à la webradio de l’Institut de France.

imageArticle1

Diplôme en poche

Se former pour le plaisir est agréable… mais obtenir un diplôme peut aussi être valorisant. Là encore, il n’y a pas de date limite pour passer des examens. Les universités sont ouvertes à tous les publics et l’expérience professionnelle peut même permettre de gagner du temps, en étant dispensé de certains cours par exemple. Il en va de même lorsqu’on opte pour les cours par correspondance. Si le Cned reste la référence dans ce domaine, de plus en plus d’écoles proposent aussi des formations à distance. Il suffit de se présenter aux examens… et de ne pas oublier de venir récupérer son diplôme ! La formation continue répond au même principe, avec des cours à suivre le week-end ou en soirée. Ces deux options demandent néanmoins une véritable motivation, même si certains cursus peuvent s’étaler sur plusieurs années.