La télémédecine, l’innovation au service de votre santé

26

La téléconsultation désormais entièrement prise en charge par la Sécurité sociale permet de simplifier l’accès à un médecin pour des patients rencontrant des problèmes de mobilité. Les progrès technologiques ainsi que le déploiement de l’internet haut débit, rendent aujourd‘hui possible l’exercice de la médecine à distance.

La téléconsultation est une consultation comme une autre. C’est le médecin traitant ou un spécialiste qui la mène. Seule obligation : il faut avoir rencontré physiquement son praticien habituel au cours des 12 derniers mois. Si les délais sont trop importants ou si le patient n’a pas de docteur référent, un autre médecin peut réaliser la téléconsultation. Il suffit de prendre rendez-vous en spécifiant qu’il s’agira d’un acte en ligne. Le médecin envoie ensuite un lien au patient, afin que celui-ci se connecte, à la date retenue, à une plateforme internet dédiée ou à une application sécurisée. N’imaginez pas échanger avec votre toubib via Skype ou WhatsApp : le praticien doit en effet être obligatoirement équipé de matériels et logiciels informatiques spécifiques, qui garantissent la sécurité totale des données médicales échangées. La téléconsultation peut se faire seul, de chez soi sur son canapé, comme depuis un bungalow sur son lieu de vacances. Il suffit d’avoir un ordinateur ou un appareil nomade disposant d’une caméra et d’une connexion internet de bonne qualité. Les personnes qui n’ont pas de matériel adéquat ou d’accès au web peuvent se rendre dans une « cabine » ou un « chariot de téléconsultation ». Ces lieux d’accueil commencent à se multiplier sur le territoire, dans les maisons de santé, les Ehpad ou certains sièges d’administrations publiques. Les « télépatients » peuvent également demander de l’aide à un pharmacien ou à un infirmier. Le médecin lui-même peut imposer la présence d’un professionnel de santé auprès du patient ou demander que la téléconsultation se transforme en consultation en chair et en os selon la gravité des symptômes. L’envoi de documents, comme la photo d’une plaie ou un bilan sanguin, est également possible.

Un acte médical remboursé

Le diagnostic peut être rapidement posé. Une fois la consultation achevée, le médecin envoie l’ordonnance. Celle-ci arrivera soit par voie postale soit par voie électronique et pourra comprendre la prescription de médicaments, mais aussi, selon les cas, d’examens complémentaires. Il ne reste plus alors qu’à l’imprimer avant de se rendre à la pharmacie la plus proche. Pendant ce temps, le médecin, après avoir rédigé un compte rendu de la consultation qui sera versé au dossier médical de la personne auscultée, éditera la feuille de soins. La carte Vitale ne pouvant être lue à distance, le patient fait l’avance et sera ensuite remboursé par la Sécurité sociale. La téléconsultation sera facturée par le médecin au tarif de 25 € comme une consultation en face-à-face (30 € pour certains types de consultations). La téléconsultation est prise en charge comme une consultation classique : 70 % remboursés par l’Assurance maladie et 30 % pris en charge par la complémentaire. Les dispositifs spéciaux (ALD, femmes enceintes, bénéficiaires de la CMU-C ou de l’ACS) sont aussi pris en compte.

 Photos © ISTOCK, city presse, cco