La santé du bout des doigts

299

Une pression par-ci, une palpation par-là… Les médecines douces soignent les petits maux du quotidien d’un simple geste de la main !

Issus de cultures différentes, réflexologie et shiatsu partagent des pratiques assez proches. Ces deux thérapies douces entendent en effet contrer certains dysfonctionnements du corps par une méthode de régulation en douceur obtenue par le massage de certains points spécifiques de notre anatomie. Facilement assimilables, les rudiments de ces techniques per-mettent ainsi à tout un chacun d’entretenir sa santé jour après jour et de soulager certaines pathologies en complément d’éventuels traitements. Découverte…

Le shiatsu

En japonais, le terme shiatsu signifie littéralement « pression digitale ». Cette technique de massage très ancienne est apparue il y a plusieurs milliers d’années, se développant à partir des grands principes de l’acupuncture dont on a retrouvé des traces matérielles sous forme d’aiguilles en pierre datant de plus de neuf mille ans. Cette branche spécifique de la médecine chinoise substitue à l’action des aiguilles celle de la pression exercée par les doigts sur les points d’acupuncture. En ce sens, elle est désignée parfois par les termes « acupression » ou « digitopuncture ». Faisant appel à plus de huit cents points répartis sur le corps, la pratique du shiatsu à un niveau professionnel requiert de longues années d’apprentissage et de pratique. Mais guidé pas à pas par les nombreux ouvrages pédagogiques parus sur la question, il est possible de s’en approprier les techniques élémentaires et de l’utiliser sous forme de massages thérapeutiques sur soi ou sur les autres.

 

  • Le shiatsu en pratique.
    Le masseur shiatsu utilise différentes parties de son corps choisies en fonction de la pression recherchée. Coudes, paumes, doigts, pouces et parfois même genoux sont ainsi mis en œuvre au cours de la séance. Outre le massage global qui permet un rééquilibrage du corps dans son ensemble, le shiatsu peut également être employé pour traiter les troubles et affections courantes. En dehors de certaines zones difficiles d’accès, l’acupression thérapeutique peut même être réalisée sous forme d’auto-shiatsu. Cette pratique permet ainsi de soulager certains problèmes respiratoires (rhume, mal de gorge, bronchite, asthme…), digestifs (diarrhée, constipation…), urinaires (cystite…) et bien d’autres encore.

La réflexologie

Cette discipline est la synthèse de plusieurs cultures thérapeutiques issues d’Inde, d’Égypte et de Chine. Comme l’acupuncture, elle repose sur l’idée que le corps est traversé par de puissants canaux énergétiques appelés méridiens, dont les blocages et les dysfonctionnements sont à l’origine des maux dont nous sommes victimes. Contrairement au shiatsu qui travaille sur l’ensemble du corps, la réflexologie a pour terrain de prédilection les terminaisons des membres, soit les pieds et les mains, considérés comme des zones d’action privilégiées particulièrement riches en points énergétiques. Outre les bienfaits du massage global qui, comme pour le shiatsu, permet d’interagir en profondeur avec la circulation des énergies, le travail réflexe de certains points spécifiques va permettre de prévenir et de soigner en douceur les petits maux du quotidien.

  • Quelques applications.
    La réflexologie plantaire et manuelle peut être employée pour soulager des maux aussi divers que la toux, les otites, les règles douloureuses, les insomnies ou les troubles menstruels…

À lire

Viennent de paraître dans la collection « Mon cours de massage »
des éditions Marabout deux guides pratiques permettant de s’approprier toutes les techniques de la réflexologie et du shiatsu. Illustrés de nombreux « pas à pas » en images, ils offrent une approche pédagogique et pratique enrichie par les précieuses explications de Denis Lamboley, docteur en médecine spécialisé en médecine chinoise et en acupuncture.

Prix public indicatif : 10€ l’ouvrage.