Jeunes oreilles en danger

263

Dévoilée à l’occasion de la rentrée des classes, une étude internationale menée par Hear the World révèle que le niveau sonore dans les classes a un impact considérable sur la santé physique et la réussite scolaire des élèves.

Perte auditive et performance universitaire

Avec un niveau sonore moyen de 60 décibels dans les salles de classe, les élèves rencontrent des difficultés à comprendre leurs professeurs, dont la portée de voix est estimée en moyenne à 65 décibels. Avec un bruit de fond élevé et permanent, il est très difficile pour les étudiants, avec ou sans problèmes auditifs, de suivre les cours. Il en résulte bien souvent une baisse de l’attention et de la motivation. En classe, les nuisances sonores proviennent souvent de multiples sources, ce qui rend les choses d’autant plus difficiles à gérer. Il existe pourtant des appareils auditifs et des systèmes FM adaptés pour améliorer la compréhension orale et permettre ainsi aux étudiants touchés de suivre les cours plus facilement et donc d’augmenter leur performance et de gagner en motivation. Le bruit dans les classes n’est pas la seule raison de cette perte auditive chez nos étudiants. Plusieurs chiffres inquiétants ressortent de l’étude de Hear the World. Ainsi, 55 % des 14-19 ans écoutent de la musique sur leur MP3 ou sur leur téléphone mobile plus de trois heures par jour, au moins cinq à six jours par semaine ! Une fréquence alarmante quand on sait qu’une exposition prolongée à 80-85 décibels ou une exposition de plus de quinze minutes à hauteur de 100 décibels peuvent conduire à une perte auditive.

www.hear-the-world.com/fr