Segmenter pour mieux régner

158

Pour faire face à une concurrence acharnée et pour répondre à des conducteurs de plus en plus exigeants (pour qui le label écologique ne suffit plus), les constructeurs modifient en profondeur leur offre de véhicules familiaux.

Il est loin le temps où le segment des familiales était facilement reconnaissable : des voitures aux dimensions généreuses, de l’espace à revendre et un look des plus neutres. Concurrence acharnée et multiplication des usages obligent, les constructeurs ont dû diversifier leur offre pour faire main basse sur l’une des parts les plus importantes du grand marché de l’auto-mobile. À tel point que la familiale « classique » tend à disparaître au profit d’une multitude de modèles répondant aux besoins de plus en plus hétéroclites des conducteurs.

L’après virage vert

2008 a été une année faste pour la familiale, qui progressait nettement sur le plan de la consommation et de l’écologie. À la trappe, donc, les gros 4X4 éminemment protecteurs, mais diablement gourmands. BlueEfficiency, EfficientDynamics, BlueMotion, EcoFlex… pas un constructeur n’hésita à se ruer sur ce nouveau réservoir de croissance que représenta alors le virage vert. Crise économique, hausse du prix du pétrole et incitations gouvernementales aidant, le secteur des familiales vertes a connu, en 2009, un essor sans précédent. Mais la donne est déjà en train de changer, l’intérêt écologique semblant diminuer au profit d’un plaisir de conduite retrouvé. La familiale d’aujourd’hui se doit donc d’être peu gourmande, certes, mais également efficace, polyvalente, compacte et jouissant d’un design valorisant. Rien que ça.

La métamorphose

Quelle que soit sa cible, la familiale 2011 se fait donc plus racée. De la citadine compacte ragaillardie (voir la Kia Picanto ci-dessus) à la berline sous vitamines (cf. la refonte très musclée de la Mercedes Classe C) en passant par le SUV qui se veut plus agressif (Chevrolet Captiva, Peugeot 4007, future Citroën DS5…), ou le break boosté (BMW Série 5 Touring), les nouveaux modèles intègrent parfaitement cette évolution du marché. Même des déclinaisons plus excentriques et multisegments se transforment au gré des exigences contemporaines, comme la Renault Kangoo II, dont la nouvelle version est attendue pour le 15 juin prochain. Le grand bénéficiaire de cette importante vague de fond est sans conteste le consommateur, qui se retrouve de fait devant un seul embarras, celui du choix.