Ford C-Max : monospace 2 en un

312

Leader des monospaces importés en France depuis 2003, le Ford C-Max se dédouble cette année en cinq et sept-places. Pour conserver son rang, il ne lésine pas sur les équipements et se dote de portes coulissantes.

Nous avons conçu une nouvelle plate-forme technique pour dix véhicules différents dans le cadre du projet One Ford » énonce Gereon Langen. Partagé entre son bureau d’études à Cologne et l’usine espagnole de Valencia, l’ingénieur en chef de ce programme illustre bien la démarche mondiale de Ford. Le nouveau C-Max en est l’image la plus récente. Un monospace compact, européen d’abord, mais dont l’une des versions tentera aussi le marché US. Car pour cette génération, au C-Max classique à cinq places, Ford ajoute un Grand C-Max à sept places.

Profil avantageux

De face, pas facile de choisir la version la plus aimable. Le C-Max et son grand frère ont le même visage, bien dans l’esprit du Kinetic Design qui anime la marque depuis plusieurs années. La large calandre en est l’élément le plus expressif. En suivant les lignes de la caisse, on découvre un corps nerveux que l’on devine agile. Le profil aux traits plus lourds est flanqué de portes coulissantes, gage de modularité. Plus long de 14 cm et plus haut de 6, le Grand C-Max s’impose à ceux qui ont besoin de prendre toutes leurs aises. Il propose sept places, de série, avec ce dispositif original pour un usage en six places : le siège central de la deuxième rangée s’escamote sous le siège de droite, ouvrant ainsi un couloir royal aux enfants en partance pour la troisième rangée. Cette configuration est proposée à 1 300 €, avec le même décor intérieur et la même planche de bord, complète et rationnelle. Un peu clinquant tout de même, à cause d’une surcharge de chrome et de plastiques peu assortis.

La route sans peine

On se retrouve donc derrière le même volant dans les deux cas, les gabarits différents ne changeant d’ailleurs rien à la conduite. Toutes les commandes s’imposent, sans excentricité. Ford n’a même pas cédé à la mode du frein de parking électrique. En revanche, il propose le système City Easy de stationnement automatique (300 €), qui en ravira quelques-uns. Le C-Max met également beaucoup de bonne volonté à offrir une route sereine. Il n’inflige aucun roulis, tout en offrant un vrai confort. Quant à la tenue, elle est époustouflante pour un monospace ! Le moteur essence 1.6 Ecoboost dans sa version 150 ch fait merveille sur les tracés sinueux, sans même élever le ton, bien servi par une boîte manuelle à six rapports. C’est la bonne pointure. On pourra lui préférer le TDCi 163 ch pour un usage plus soutenu. Mais pour ceux qui voient encore plus grand, Ford a d’autres atouts dans sa gamme : les S-Max et Galaxie. Un autre univers.

Avantages : Le choix de carrosserie, le confort, la tenue de route.
Inconvénients : L’ordinateur de bord, le design intérieur, le siège central.
Pour elle : les portes coulissantes et le volume.
Pour lui : l’intérieur à géométrie variable et le système audio Sony.