L’Enstib, du bois à la plume

646

À l’École nationale supérieure des technologies et industries du bois d’Épinal, le 27 septembre dernier, les Dîners Insolites ont grignoté la deuxième moitié de leur saison. Jusqu’au 13 décembre prochain, ils vont continuer à enchanter les sens de leurs convives et chanter la Lorraine. Récit d’une soirée exceptionnelle.

« Savez-vous où le dîner a lieu ? » Il est presque 19 heures. D’ordinaire arpentées par des étudiants, les allées de l’Enstib d’Épinal accueillent ce samedi 27 septembre des visiteurs inhabituels. Tout l’esprit de cette soirée réside dans les quelques minutes de flottement avant l’ouverture officielle du dîner insolite. Les invités connaissent le lieu, les artistes présents et le menu mais ils ignorent encore pour quel voyage ils embarquent. Une aventure gourmande en pays inconnu. Porté par le Pays d’Epinal-Cœur des Vosges, l’opération investit depuis 2010 des endroits d’exception. Jusque-là elle s’était surtout concentrée sur le département vosgien. Cette année un des objectifs des 68 rencontres de la saison est d’emporter aussi le cœur de toute la Lorraine : moulin de Xamontarupt, petit théâtre italien de Contrexéville, hôtel de ville de Baccarat ou de Bar-le-Duc, cloître des Récollets à Metz… Au milieu d’œuvres d’art, bercés de musique et nourris de mets fins, 2000 participants ont déjà eu la chance d’expérimenter ces espaces originaux.

Du bois au papier

Ce soir, les organisateurs ont transformé le hall d’une aile de l’Enstib en restaurant gastronomique : la lumière est tamisée, les nappes rouge et orange répondent aux feux doux des bougies qui illuminent l’escalier et se répondent en éclat dans les verres des convives. Pour aiguiser l’appétit de ces visiteurs incongrus, Pascal Triboulot, le directeur de l’école, affûte d’abord leurs esprits. À travers les locaux, les amphithéâtres et le parc des machines, il dévoile les différents champs d’application proposés aux ingénieurs formés ici. « Nous ne sommes pas des forestiers ou des sylviculteurs. Nous, les arbres, on les aime quand ils sont à l’horizontal », lance-t-il avec malice. Une espièglerie partagée par un autre hôte d’importance de la soirée : l’écrivaine Jeanne Cressanges. Venue présenter son dernier recueil de nouvelles « Rencontres », l’auteure trouve naturellement sa place dans l’univers du bois. Des chênes centenaires de la forêt de Tronçais dans son Bourbonnais natal, elle est passée aux sapins vosgiens de celle de Darney, avec la même passion.

LM35-013 LM35-014 LM35-015

Voyages savoureux

Après la lecture d’un de ses textes, écrit spécialement pour l’occasion et pour l’endroit, l’heure des délices est venue pour la cinquantaine d’invités. Aux casseroles, le chef du Bon Gîte à Senones, Philippe Thomas, a choisi des ingrédients de saison, simples mais savoureux, dans l’élaboration de son menu : pressés de céleri, artichaut et foie gras ; parmentiers de homard ; croustillants de pigeonneau ; crémeux de roquefort puis pommes au four relevées d’une sauce caramel au beurre salé. Du haut de leurs chevalets, les portraits d’animaux du photographe Vincent Munier corsent les mets de leur poésie sauvage. Un voyage en appelle un autre. Les ballades de Jean Elliott Senior nous emmènent sur les routes d’un folk coloré et Jeanne Cressanges, l’œil pétillant, partage avec ses voisins sa gourmandise pour l’écriture, pour la vie, pour les rencontres. Et pour les Vosges aussi… puisqu’elle s’en fera le chantre dans son prochain ouvrage, « Mes Vosges : itinéraire amoureux ». Mais ça, c’est un autre voyage. En attendant, la Lorraine continuera à se dévoiler dans ses dîners insolites jusqu’en décembre. 34 rendez-vous avant la fin, ne ratez pas le coche.

Pour voir les lieux et dates des prochains dîners insolites :
www.dinersinsolites.com