La Lorraine en bouteille

567

Quiche, pâté, macarons, baba au rhum, la Lorraine ne manque pas de douceurs et de spécialités. Mais quel goût a-t-elle en bouteille ? A la découverte de ses richesses, à hauteur de verre.

La bière de Lorraine : le retour d’une duchesse

LM24-038Pour trouver des traces de brassage de bière en Lorraine, il faut remonter très loin. Nos ancêtres les Gaulois fabriquaient et buvaient déjà cette boisson proche de la cervoise, chère à Obélix et Astérix. Ils lui attribuèrent même un dieu : Sucellos. Plusieurs siècles et tonneaux après, la bière est restée un breuvage de choix. « Même la cour de Stanislas Leczinski en buvait », raconte Benoît Taveneaux, directeur de l’association du musée de la Brasserie, à Saint-Nicolas-de-Port. Il précise que le bon roi Stanislas avait sa chope attitrée, en cristal évidemment. Par la suite, la région reste à la pointe du brassage grâce à l’arrivée de technologies nouvelles, amenées par les exilés alsaciens de 1870.
Selon Jean-François Drouin, directeur associé des Brasseurs de Lorraine, « La bière moderne a été inventée dans cette région » : une blonde désaltérante, légère avec une pointe d’amertume. Au plus fort de la production, 350 brasseries se disputent le marché de ce liquide à la robe dorée. Mais les petites sont mangées par les plus grosses, Heineken, Stella Artois ou Kronenbourg. Finie la belle tradition du brassage au pays du chardon. Depuis une quinzaine d’années, des brasseurs reprennent le flambeau, les Brasseurs de Lorraine en tête. « Nous nous battons pour redonner à la bière ses lettres de noblesse. Elle a été trop longtemps assimilée à un produit de beuverie et dépréciée par rapport au vin », regrette M. Drouin. Tous les goûts et toutes les couleurs se retrouvent dans les douze bières de la brasserie mussipontaine : blonde, ambrée, blanche. Et pour renouer avec celle des origines, les Brasseurs de Lorraine ont créé « le Loup Blond », en référence au houblon, un des ingrédients indispensables d’une boisson immortelle.

LM24-033 LM24-034 LM24-035 LM24-036 LM24-037  LM24-039  LM24-042 LM24-043

Vins : construire une identité

LM24-041S’il existe une tradition de la bière en Lorraine, ce n’est pas le cas pour le vin. Le vignoble régional est divisé en trois zones : côtes de Toul, de Moselle et de Meuse. Les Côtes-de-Toul sont classées en AOC depuis 1998, les Côtes de Moselle depuis 2010. Pendant longtemps, ces vins ont traîné une image de boissons de piètre qualité. Grâce à une nouvelle génération de viticulteurs, plus spécialisés et plus audacieux, la cote des produits du terroir lorrain remonte doucement et sûrement. Jérôme Diguet, un des deux propriétaires de la Cave du Faubourg à Nancy, retrace cette évolution : « auparavant, le Gris-de-Toul était le porte-drapeau des vins du Toulois. Il était apprécié pour son côté fruité, acidulé. Mais le Gamay, le cépage qui le compose, n’est pas le plus noble et les vignerons ont commencé à en développer d’autres, comme l’Auxerrois ou le Pinot noir ». Par ces mariages subtiles, les viticulteurs de la région ont obtenus des blancs « fruités et ronds aux arômes de fruits jaunes », des rouges « boisés, gourmands », comme l’indique le caviste nancéien. Mais qu’apportent les sous-sols de Lorraine aux vignes et à leurs fruits ? Les terres calcaires procurent une structure au vin, une minéralité aussi. Du nord au sud, les différentes expositions des vignobles ajoutent sa richesse à la palette vinicole lorraine. « Les moins bons ambassadeurs des vins de Toul, ce sont les Lorrains ; ils restent sur une mauvaise réputation », déplore Jérôme Diguet. Malgré tout, certains domaines se distinguent comme le Domaine Regina. Même la Cave du Faubourg s’est lancée dans la production de Côtes-de-Toul avec son « Clos Saint-Luc ». Les Lorrains redécouvrent les blanc, rouges et rosés de leur région avec plaisir et curiosité.
De la robe dorée de la bière aux belles jambes des vins lorrains, le tour de table s’achève. Il ne manque plus qu’un soupçon de mirabelle pour achever le repas. La Lorraine, c’est aussi ça : une reine des prunes déclinée sous toutes ses formes. Eau-de-vie, liqueur, pour aromatiser un dessert ou pimenter un cocktail, ce fruit paré de jaune reste le bel emblème de la région.