LA FÈVE REINE EN LORRAINE

934

Dans les coulisses de l’infiniment petit, version Epiphanie. C’est en Lorraine, à Domrémy-la Pucelle, dans les Vosges, que se trouve l’une des deux dernières fabriques de fèves artisanales. La maison Nex continue de perpétuer une tradition qui renaît chaque année après Noël.

Des fours et de la pâte, mais sans l’odeur du beurre qui cuit. Ambiance plutôt labo de dentiste pour cet atelier en face de la maison natale de Jeanne d’Arc.
Quand la terre est presque cuite on l’appelle le « biscuit », les moules sont là, un presse agrume a été improvisé pour presser le mélange dans les petits réceptacles.
A peine le temps de terminer le moulage en forme de blasons lorrains, qu’il faut déjà enfourner. 1000 degrés et quelques instants plus tard, le travail est presque prêt. Il faudra ensuite peindre et émailler l’ensemble. Parler de petits bijoux n’est donc pas exagéré.
Trois semaines d’activité dans l’année. Difficile de faire plus concentré. Alors on ne chôme pas quand l’hiver pointe son nez. Aux fourneaux, Christel Nex, héritière d’une maison qui donne dans la fève depuis deux générations. A l’origine, le père, Roland qui est venu à la fève un peu par hasard. Un peu, car l’homme était céramiste. Par hasard, parce que toute l’aventure des fèves dans la famille vient de la création d’un…pin’s. Souvenez-vous, ces petites broches des années 80-90. A Domrémy, le pin’s a forcément pris des allures de souvenirs à la gloire de Jeanne d’Arc. Nous sommes en 1992, et le pin’s à l’effigie de la Pucelle rencontre un vif succès. Autant continuer dans les petites pièces et la famille se spécialisera dès lors dans la fève. Et le marché existe : « de plus en plus de pâtissiers veulent mettre de jolies fèves originales. Certains viennent même avec des croquis pour avoir la fève de leurs rêves », explique Christel Nex.

LM41-033 LM41-035 LM41-036

Une dizaine de collections est proposée chaque année pour alimenter en fève toute la France et, grâce à internet, l’Europe. Les bonnes années, près de 100 000 fèves inondent la planète galette, mais toujours dans un esprit artisanal.
Déjà à l’origine de la Place Stanislas en fève en 2013, Christel avait également illustré la légende du Sotré, le fameux lutin des Vosges. Pour 2015, le choix se porte sur ce puzzle Saint Nicolas ou bien sur les fèves de la Pucelle qui illustrent la vie de Jeanne d’Arc.

Les nouveautés de l’année sont à retrouver dans les enseignes nancéiennes, ces reproductions miniatures de vases chez Christian George avenue du Maréchal Juin,  le puzzle Saint-Nicolas à la maison Cadici dans la vieille ville, ou les huit têtes de Saint-Nicolas chez Rémy Durand à Houdemont. Avis aux collectionneurs !

 Plus d’info sur : www.fevesnex.fr