La Disco Soupe swingue contre le gaspi

288

Née des mouvements de lutte contre le gaspillage alimentaire, la Disco Soupe incarne une nouvelle façon de sensibiliser le plus grand nombre à cette question.
De barbante, la chasse au gaspi est devenue festive et fait étape pour la première fois à Nancy le 3 mai prochain.

C’est la place Charles III qui a été choisie pour accueillir cette grande rencontre populaire. Chaque Nancéien est convié gratuitement, équipé d’un économe ou autre éplucheur. A disposition du public, des légumes ou des fruits invendus ou de 3ème main. Toute cette verdure qui finit ses jours habituellement dans les poubelles des hypermarchés et des moyennes surfaces. Abîmés, invendus et impossibles à donner à des associations car en trop petites quantités, ces légumes seront collectés la veille par les organisateurs de la Disco Soupe dans une sélection de surfaces de ventes de l’agglomération nancéiennes, contactées au préalable. Le jour J, chaque participant est convié à découper, éplucher, récupérer un fruit ou un légume et le transformer en soupes, salades ou jus de fruits. Pas de recette pré-établie, « l’inspiration viendra en fonction des aliments récoltés et triés la veille, confie l’un des futurs cuistots. » ET peut-être aussi un peu de la musique qui donnera la cadence aux éplucheurs-découpeurs. Groupes locaux et DJs ont répondu présents pour faire swinguer les marmites toute la journée.

LM27-029 LM27-030

Un mouvement plus large

Mouvement national inspiré des « Schnippel Disko » organisées en Allemagne par le mouvement Slow Food, les Disco Soupes ont vite trouvé leur public en France, dans cette démarche de sensibilisation au gaspillage alimentaire par l’action. Le but étant de faire changer les réflexes : «Nous devons pouvoir faire évoluer les comportements, explique Sébastien Leflond, co-organisateur de l’événement. D’une façon plus continue c’est ce que nous essayons de faire tout au long de l’année avec notre concept Partage Ton Frigo, qui cherche à mettre en relations des personnes unies par le même esprit de lutte contre le gaspillage alimentaire. »
Aujourd’hui, selon cette association, on estime à 30% la proportion en France de fruits et légumes qui partent à la benne pour «Délit de faciès ». Comprenez : une poire irrégulière, une pomme légèrement tachetée. Tous ces fruits que l’on sélectionne naturellement sur les étals, sans intention de mal faire, geste qui participe pourtant au gaspillage. «Prendre ensemble un  repas à base de produits qui devaient être jetés est une façon festive de faire prendre conscience de tous ces enjeux », poursuit Sébastien Leflond.

LM27-031

Poursuivre l’expérience

A bien distinguer de la célèbre Fête de la Soupe nancéienne, même si les deux mouvements partagent quelques membres motivés, la Disco Soupe n’est en rien un concours, mais bien un mouvement de sensibilisation.
L’idée est de pérenniser cette initiative pour l’instant unique. «Nous essaierons de créer un réseau de glaneurs, afin de renouveler l’opération. Car il faut savoir que les grandes surfaces vont bientôt être taxées sur leurs bio-déchets. C’est une occasion à saisir, car tout le monde sera alors gagnant. Et pour une distribution facilitée nous allons essayer d’utiliser le réseau déjà existant des Frigos Collectifs que l’on trouve dans certaines entreprises ou collectivités ou même les Frigos Partagés chez les particuliers. On en compte une cinquantaines, mis en relation par une application sur Smartphones… »
Une photo, une mise en ligne et beaucoup de bonne volonté derrière. Le frigo, symbole de la consommation individuelle du XXe siècle deviendrait alors le fer de lance d’une nouvelle façon de consommer : fraîche, collective, locale et sans gaspillage…

Plus d’infos sur :
www.facebook.com/DiscoSoupe
Le 3 mai de 10h à 17h place Charles III