Vandœuvre : musicalement vôtre !

249

Entre Rencontres de la Chanson et concert de Sainte Cécile, la Ville de Vandœuvre célèbre, avec les grands Nancéiens, la musique d’hier et celle d’aujourd’hui.

Les Rencontres de la chanson, entre passé et présent

La chanson française fait partie de l’ADN de Vandœuvre. C’est donc en toute logique que l’orangerie du Domaine du Charmois accueillera, à terme, la Maison de l’Histoire de la Chanson (MaHiCha), lieu destiné à conserver
180 000 vinyles, affiches, livres et autres documents précieux lorsqu’il s’agit de retracer l’histoire de la chanson française. Autre preuve de cet intérêt manifeste et historique de Vandœuvre pour la chanson française : les Rencontres de la Chanson. Elles accueillent, chaque année depuis dix ans, une programmation variée faite de concerts, d’expositions, de rencontres, de conférences et d’ateliers. La 10e édition de cette manifestation tout public aura lieu du 17 au 26 novembre. À l’affiche, Bernie Bonvoisin, les nancéiens Grands Voyageurs, HayeL, Barbara par Laurent Viel… Mais aussi un hommage filmique à Michel Bühler, une conférence sur « La banlieue en chanson », la chanson réaliste de Carco-Mac Orlan (ici reprise par le comédien, metteur en scène et chanteur lyrique Michel Hermon), la voix atypique de Jérémie Bossone, ou encore la chorale régionale « Les Hurteloups ».

« La programmation est l’œuvre de l’association « Les Amis de la MaHiCha », qui regroupe des centaines de personnes en France. Nous récoltons les désirs des uns et des autres pour produire quelque chose de cohérent et diversifié », explique Jean-Pierre Becker, qui chapeaute la manifestation. Et si le passé a ici bonne presse, le présent n’en est pas oublié pour autant. « La chanson commence en 1850 avec la création de la SACEM. Nous faisons donc en sorte de célébrer 175 ans d’histoire, tout en faisant de la place aux chanteurs actuels ». Au-delà de ces Rencontres, la Ville de Vandœuvre organise régulièrement des concerts de chanson française, et ce, toute l’année. Le plus souvent gratuits, ils sont l’occasion, pour l’équipe municipale, de fédérer la population vandopérienne autour d’une programmation large.

Les Rencontres de la Chanson, 10e édition • Du 17 au 26 novembre 2023 • Programmation détaillée sur Vandœuvre.fr

Sainte Cécile, jouez pour nous !

Fêtée chaque 22 novembre, Sainte Cécile, patronne des musiciens, fera l’objet d’un concert organisé par l’Orchestre d’Harmonie de Vandœuvre, dimanche 19 novembre à 15h30, sur la scène de la salle des fêtes Bernie Bonvoisin. L’ensemble, dirigé depuis 2019 par Arnaud George, interprètera « Ouverture Cubaine », « Rhapsody in blue » et « Un Américain à Paris », triptyque d’œuvres signées Georges Gershwin. Créé en 1991 sous l’égide de la Ville de Vandœuvre, l’Orchestre Philharmonique se compose de 80 musiciens et musiciennes professionnels ou amateurs de bon niveau, en majorité issus de Vandœuvre et du bassin nancéien. Son niveau d’interprétation quasi professionnel se met au service d’un répertoire varié, parfois peu connu ou même inédit (dans le cas de commandes d’œuvres originales). Membre de la Confédération Musicale de France, il est, incontestablement, une belle vitrine du savoir-faire des orchestres à vent à la française.

Dimanche 19 novembre à 15h30 • Salle des fêtes Bernie Bonvoisin • Entrée libre, dans la limite des places disponibles

________________________

Bernie Bonvoisin, indéfectible engagé

L’artiste multicarte se produira, samedi 18 novembre, au sein de la salle vandopérienne qui porte son nom, et nous fait la promesse d’un show substantiel et engagé.

Bernie Bonvoisin truste les Rencontres de la Chanson

Tête d’affiche de la 10ème édition des Rencontres de la Chanson 2023, Bernie Bonvoisin revient sur scène avec un cinquième album solo, « Amo Et Odi ». Un album de chansons engagées, empreintes de blues, de country, et de titres en forme d’arme de poing contre le cynisme ambiant, le manque d’empathie et le voyeurisme déshumanisant. Dans cet opus, le leader de Trust défend des valeurs auxquelles il croit : la solidarité, l’acceptation des autres avec leurs différences, l’être primant sur l’avoir. Sa colère, il la malaxe pour en faire le matériau de sa création. Avec pudeur et sensibilité, il évoque son enfance et ses parents disparus, ose le piano/voix. Comme il le fait lorsqu’il réalise ou écrit, Bernie Bonvoisin nous prouve que la révolte et l’indignation n’ont pas d’âge, et qu’il continue, pour sa part, à tracer sa route artistique en restant connecté à son temps, et fidèle à ce qu’il est.

Vous vous produirez bientôt à Vandœuvre dans une salle qui porte votre nom. Quel sentiment cela vous inspire-t-il ?

J’ai été très surpris quand Stéphane Hablot, venu avec son fils à l’un de mes concerts, m’a annoncé que le conseil municipal avait validé sa proposition. C’est un privilège d’habitude réservé aux morts !

©Vincent Muller

« Amo Et Odi », votre 5e album solo, vient après « Organic », paru en 2010. Treize ans, c’était le temps nécessaire pour reprendre la plume ?

C’est une question d’opportunité. Ce disque est issu d’une proposition que m’a faite le directeur du label avec qui travaille Trust. Nous étions en plein second confinement et j’ai accepté le projet, sans me mettre la pression. Finalement, tout s’est fait rapidement et en une dizaine de jours de studio, nous avions enregistré 18 titres sur les 30 créés pour l’occasion. Le CD en comprend 13 ; les 5 autres ont vocation à figurer sur un double vinyle à venir.

Dans cet opus à la fois politique et tendre, vous naviguez entre l’universel et l’intime. Comment l’avez-vous conçu ?

Tout projet solo se doit d’être personnel. Je l’envisage comme un laboratoire, la possibilité de créer l’espace musical le plus proche de ce que l’on écoute. Je pars de ce qui m’interpelle, me bouscule. Pour le reste, on essaie, on construit, on déconstruit. Le titre « Amy » est, par exemple, issu d’une improvisation qu’un ingénieur du son a eu le réflexe de capter grâce à un micro suspendu.

Vous dites que votre spectre musical va de La Callas à Led Zep… Qu’écoutez-vous en ce moment ?

Beaucoup de country, de rap latino, de blues. J’aime la mixité dans tout, et dans la musique, je la trouve essentielle. Je n’ai pas de chapelle, et veille seulement à garder ma curiosité, ma capacité d’émerveillement aux êtres et aux choses, et à être dans une constante ouverture d’esprit.

Propos recueillis par Cécile Mouton

Le concert de Bernie Bonvoisin aura lieu samedi 18 novembre à 20h30 à la salle des fêtes Bernie Bonvoisin, Allée de Champagne, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy • Tarif : 15€, gratuit pour les moins de 16 ans • Infos sur Vandœuvre.fr  • billetterie sur infoconcert.france.billet.com

PUBLIREPORTAGE – Photos ©  Ville de Vandœuvre, Vincent Muller, DR