« Un NJP au grand cœur »

92
Folamour

Programmation en plein air, quelques soirées à la salle Poirel et à La Manufacture, une collaboration avec L’Autre Canal, une dizaine de parcs investis pour « Parcs en fête » : du 3 au 17 octobre, Nancy Jazz Pulsations prendra une tournure « collector », avec la passion qu’on lui connaît ! 

Un énorme cœur rouge au beau milieu d’une « joyeuse machinerie musicale ». Quentin Klein, le designer de l’affiche NJP 2020, a tapé dans le mille : le festival fait battre le cœur de Nancy depuis 47 ans. Pulsation, battement, tempo… Le cœur de l’équipe de NJP bat à l’unisson depuis des semaines pour proposer, malgré les difficultés, une édition à la hauteur de sa réputation : « Le maître-mot de cette année est définitivement “adversité” » reconnait Thibaud Rolland, le directeur et programmateur de Nancy Jazz Pulsations. « Nous avons oscillé entre attente, déceptions et espoir pour fixer une programmation qui sera, cette année, en plein air au parc de la Pépinière mais aussi à la salle Poirel, à La Manufacture et à L’Autre Canal. » 

Il a fallu repenser toute la programmation 2020, déjà bien avancée en mars dernier : « Certains artiste ne peuvent pas sortir de leur pays à cause de la crise sanitaire par exemple donc nous devons nous adapter. Plusieurs têtes d’affiche sont déjà reportées en 2021. Pour cette année, il y en aura moins mais il y aura de belles découvertes ! C’est ce qui fait l’ADN du festival d’ailleurs : être dénicheur de nouveaux talents ! » 

Mezerg Orkestar, Folamour, Suzanne, Pomme…

Cette année, le chapiteau de la pep’ se transforme en une scène à ciel ouvert. Le Magic Mirror lui, prendra des airs de guinguette. Niveau programmation, du beau monde se succédera sur la scène : le 8 octobre par exemple, la soirée réunira Léon Phal Quintet ( lauréats du Nancy Jazz Up ! ), Ashley Henry et le musicien bricoleur Mezerg Orkestar. Le 9 octobre, place à Zoufris Maracas et leurs hymnes joyaux à la vie et à la liberté ! « Il y aura aussi Folamour à ne pas louper le 10 octobre » s’enthousiasme Thibaud Rolland. 

De son côté, la salle Poirel accueillera André Manoukian et son « chant du périnée » le 7 octobre. Les stars de la nouvelle scène francophone Suzane et Pomme auront chacune leurs soirées, respectivement les 12 et 14 octobre. À La Manufacture, le jazz résonnera intensément avec Laurent Bardainne et Tigre D’eau Douce, Laurent Coulondre, Mammal Hands et Sophie Alour entre autres.

Laurent Bardainne, Tigre d’Eau Douce © Agnes Dherbeys

« Parcs en fête » !

Du 14 au 17 octobre, NJP profite de l’installation de « L’Été Indien » à L’Autre Canal pour décentralisé certains de leurs concerts : « Le samedi est très dense au niveau de la programmation, nous travaillons actuellement à installer une deuxième scène pour faire jouer tous les groupes » explique Thibaud Rolland. À l’affiche de cette soirée du 17 octobre : Glauque, San Salvador, Charlotte Adigery, Flying Orkestar ou encore Minera.

Le célèbre rendez-vous de milieu de festival, « Pep’ en fête » se transforme en « Parcs en fête » le dimanche 11 octobre avec pas moins de 10 parcs de la ville investis : « Nous devons rassembler mais sans grande foule donc nous avons décimé la programmation à la Pépinière, aux parcs Sainte-Marie, de la cure d’air, Olry, Charles III pour ne citer qu’eux. Ça permet de faire rayonner NJP dans toute la ville avec des événements toujours gratuits ! »

Situation exceptionnelle oblige, NJP a revu cette année ses tarifs et proposent toutes les soirées à 12 euros en tarif plein et à 7 euros en tarif réduit : « Nous espérons ainsi ouvrir le festival à un plus large public. Cette année, ça sera un NJP au grand cœur, avec générosité et convivialité ! » Plus qu’à croiser les doigts pour que l’été indien que l’on connaît en ce moment à Nancy dure jusqu’au moins d’octobre ! Pauline Overney

Du 3 au 17 octobre • Renseignements et réservations : 03 83 35 40 86 ( pas de réservation par téléphone ) ou [email protected]nancyjazzpulsations.com • port du masque obligatoire et respect des règles de distanciation sociale s’appliqueront sur les sites

Photos © DR, Agnes Dherbeys