Théâtre de la Manufacture : puissante Andromaque

3449
© L'Organisation

En mettant en scène Andromaque, visible du 15 au 19 novembre au Théâtre de la Manufacture, Élodie Ségui développe une « poétique de la catastrophe » plus qu’aboutie.

Elodie Ségui dirige l’Atelier de création L’Organisation, compagnie de théâtre des Hauts-de-France, et fabrique des spectacles alternant formes classiques et expériences immersives. Pour Andromaque, celle qui considère ses spectacles comme de la « cuisine moléculaire » fait de la scène de la Manufacture le lieu d’expérimentation, de manipulation des matières vivantes, et le socle d’un spectacle puissant, sans compromis ni compromissions. « J’ai installé le corps des acteurs dans un palais qui se détruit progressivement ». Ce palais instable de Pyrrhus constitue, de fait, le personnage quasi central, et particulièrement mouvant, d’une histoire en (dé)construction. Au centre, 6 acteurs, et une expérience aussi puissante que percutante.

Fidèle à sa manière de confronter, de faire s’imbriquer, les corps et la matière, Élodie Ségui aspire à réveiller nos désirs pour exposer ce dont nous sommes faits, jusqu’à la démesure. « L’esthétique du krach s’organise comme une poétique de la catastrophe. Comme Buster Keaton, s’il s’était prêté au jeu, j’ai poussé le tragique à la limite du burlesque ».

Pour la metteuse en scène, tout part de la scénographie et de la recherche de dispositifs invitant les corps des acteurs à s’exprimer, et le public, à vivre une véritable expérience sensorielle avec l’œuvre. Passant par tout le spectre du beau, elle « n’hésite pas à aller de la décomposition au sublime, au marécage, à la magnificence » en visitant « tous les endroits de la matière ». Car sans chaos, pas d’ordre, sans violence, pas de paix, et sans mort, pas de vie. En mettant en scène « la survie dans la destruction », Élodie Ségui met en lumière le désir, vital et brutal, de vivre et d’aimer.

Il était une fois Andromaque
« Andromaque » est une tragédie en cinq actes de Jean Racine, écrite en 1667. Oreste aime Hermione, qui aime Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui reste fidèle au souvenir de son mari, tué durant la guerre de Troie par Achille. Avec Astyanax, son fils, cette dernière est faite prisonnière par Pyrrhus, le fils d’Achille. Pyrrhus tombe amoureux de sa captive alors qu’il doit se marier avec Hermione, fille de Ménélas et Hélène. Andromaque résiste d’abord aux avances de Pyrrhus tout en essayant de protéger son fils ; elle acceptera finalement de l’épouser, pensant se tuer ensuite et laisser celui-ci élever Astyanax. En assassinant Pyrrhus, Oreste et ses compagnons la laissent seule maîtresse du royaume.

Autour du spectacle

Élodie Ségui s’installe au Théâtre de la Manufacture du 31 octobre au 14 novembre pour finaliser la création de ce spectacle. Cette résidence donnera lieu à différents moments de partage avec le public : répétition publique, atelier, rencontre, débat. La réservation est recommandée ! [email protected] ou 03 83 37 42 42.

Informations pratiques : Texte de Jean Racine, mise en scène Élodie Ségui • Atelier de création L’Organisation (Hauts-de-France) • Création du 15 au 19 octobre au Théâtre de la Manufacture CDN Nancy Lorraine • 10 rue Baron Louis à Nancy • Tél. 03 83 37 42 42 • www.theatre-manufacture.fr
Publireportage - Photos ©  L'Organisation, DR