Manufacture : un Acte IV explosif

5873
"Derrière le Hublot..." © Christophe Raynaud De Lage

Le Théâtre de la Manufacture livre, en cette fin de saison 2023/2024, une programmation solaire, audacieuse, drôle, en forme de feu d’artifice.

Programmé les 13 et 14 mai, « Climato Quoi ? » est la traduction concrète de la volonté de Julia Vidit, directrice du Théâtre de la Manufacture, d’encourager la création partagée, fruit d’un travail au long cours rassemblant des professionnels du théâtre (ici, Guillaume Cayet, auteur et dramaturge, Julia Vidit pour la mise en scène et les comédiens Morgane Deman, Sébastien Poirot et Sacha Vilmar) et des acteurs amateurs (en l’occurrence, issus d’ateliers de la Manufacture, ou de la pratique libre). Pour « Climato Quoi ? », des lycéens sensibles à la question climatique se sont également portés volontaires, tandis que les élèves du Lycée Marie Marvingt étaient mis à contribution pour la fabrication de costumes. Pour l’écriture du texte, Guillaume Cayet a collaboré avec d’autres amateurs autour d’un atelier d’écriture, et dialogué avec des chercheurs, des militants. Thématique choisie ? Les enjeux climatiques, l’écologie, ce que l’homme fait sur la planète, comment ce que nous produisons est ce qui nous détruit… Enracinée dans le big bang, « Climato Quoi ? » apparaît comme une fresque théâtrale et chorale, sur fond de science et d’humour.

Elles avaient présenté, à l’occasion du festival Micropolis, « La Reproduction des Fougères », et fait, par la même occasion, l’éducation à la sexualité des adolescents-spectateurs présents… Du 23 au 25 mai, le collectif Les Filles de Simone présentera « Derrière le hublot se cache parfois du linge », spectacle qui nous plonge dans le quotidien, non sans turbulences, d’un couple ordinaire. Le point de départ ? Un couple hétérosexuel en pleine psychanalyse. En agitant les stéréotypes dans lesquels nous nous construisons, en mettant en lumière le poids du patriarcat et de nos codes culturels, en jetant une lumière crue sur la charge mentale le plus souvent dévolue à la femme, le spectacle donne un coup de pied (salutaire) dans la fourmilière. Absurde, insolent, drôle, décapant ! 

Du 31 mai au 1er juin, le plateau du théâtre sera confié à de jeunes artistes de la Région Grand Est : Anette Gillard (autrice) et Sacha Vilmar (metteur en scène et comédien). Artiste compagnon du Théâtre de la Manufacture, Sacha Vilmar a contribué à différents projets et spectacles menés depuis un an. Objectif, pour Julia Vidit, de ce partenariat au long cours : donner de la visibilité à de jeunes créateurs, à la fois auprès du public et des professionnels. Fasciné, depuis son plus jeune âge, par les affaires de faits divers, Sacha Vilmar livre cette fois-ci, en tandem avec Anette Gillard, « Adieu mes chers cons », farce loufoque inspirée d’une grande affaire tristement célèbre. Réunis au beau milieu d’une forêt de sapins, cinq corbeaux (maîtres chanteurs) débattent de « l’affaire de l’enfant ». Grâce à un téléphone opportunément placé, ces individus peu recommandables deviendront, chacun à leur tour, victime d’un autre corbeau. Le coupable se trouve-t-il parmi eux ? Ce qui leur arrive a-t-il un lien avec « l’affaire » ? Manipulant, avec subtilité, l’horreur et le sensationnel, le spectacle met en lumière l’animalité des hommes engagés dans une quête de vérité. Les ressorts ? La démesure, l’absurde, la drôlerie.

Adieu mes chers cons © Vincent Muller

Le théâtre partout, pour tou.te.s

Fervente défenseuse de l’itinérance, Julia Vidit a sollicité Marilyn Mattei, autrice associée à la Manufacture, pour mettre une nouvelle création sur les routes « Pour quoi faire ? ». Particularité de ce spectacle : il a déjà été joué, et revient dans une nouvelle version, avec Julia Vidit dans le rôle de « la mère ». Pensée comme une comédie, l’histoire commence lorsque soudainement, une heure sur les 24 journalières disparaît dans le temps, provoquant le chamboulement total des habitudes de vie des uns et des autres. Au sein du foyer familial, un jeune homme, « le fils », décide de ne plus quitter sa chambre. Ses interactions avec l’extérieur sont réduites à l’intervention, chaque jour à la même heure, d’une livreuse Uber qui lui livre le même plat. Interlocutrice devenue médiatrice, cette dernière transmettra aux parents une lettre dans laquelle leur fils explique les raisons de son retrait du monde. Tout au long de la pièce, la même journée se répète à l’infini, et à chaque fois, les parents tentent de modifier le scénario pour sortir de cette situation inextricable. Qu’est-ce qu’une heure ? Comment une heure manquante peut déséquilibrer des repères que l’on croyait acquis ? Dans cette œuvre aux airs de tourbillon, le comique de répétition fait mouche.

Pour Quoi Faire ? © Emilie Salquèbre

Impatient.e de découvrir les contours de la saison 2023/2024, de connaître la suite ? Rendez-vous le 16 juin !

Programmation, horaires, lieux des représentations sont à retrouver sur www.theatre-manufacture.fr
Photos © Bénédicte Dacquin, Sam And Max Photo,  Lucie WDL, Benpi, DR