Les Défis du Bois 3.0 retrouvent le chemin de la construction !

1154

Après une édition 2020 annulée, le Défis du Bois 3.0 auront bien lieu cette année, du 25 mai au 1er juin sur le sur le Campus Bois de l’ENSTIB à Épinal.

Les étudiants du Master 2 Génie Civil parcours « Architecture Bois Construction » de l’École Nationale Supérieure des Technologies et Industries du Bois ne manquent pas d’idées et mettent toute leur énergie au service de cette 16e édition des Défis du Bois 3.0 : « Comme la saison 2020 a été annulée, nous avons repris les projets de l’an dernier et nous les avons confiés aux étudiants de la promotion 2021 » explique Franck Besançon, enseignement à l’École d’Architecture de Nancy. « C’est quelque chose que nous voulions expérimenter depuis longtemps » souligne Caroline Simon, enseignante à l’ENSTIB. « L’idée ici est de bonifier les sujets et d’adapter les idées aux contraintes d’aujourd’hui. » Étape obligatoire dans leur formation, les étudiants sont répartis par tirage au sort en 10 groupes homogènes et seront aidés par des Compagnons du Devoir et 10 autres étudiants européens d’universités partenaires. 

Structures pérennes 

Les Défis du Bois 3.0 voient pour la 6e fois la formule lancée en 2015, visant à concevoir et fabriquer des structures pérennes esthétiques et pratiques, différentes les unes des autres et adaptées aux sites auxquels elles sont destinées, qu’ils soient urbains, publics ou privés, pour un usage environnemental. Il s’agit d’inscrire l’ancrage de la manifestation dans les enjeux actuels, numériques et environnementaux, tout en intégrant une dimension professionnelle toujours plus forte.

Si le thème 2021 ne sera dévoilé au grand public que lors du premier jour de construction, les étudiants, eux, planchent déjà sur la conception de leurs projets : « Nous sommes dans la phase de finalisation des plans de fabrication. Nous devons nous servir des réserves de bois de l’an dernier et nous affinons les commandes des matériaux supplémentaires : vis, menuiseries, isolants biosourcés, vitrages… » détaille Caroline Simon. Petit à petit, les créations prennent vie, tantôt fantaisistes, artistiques, tantôt équilibrées, cohérentes, toujours créatives et d’un haut niveau de technicité. Elles sont le reflet de la personnalité des équipes. « Les étudiants doivent faire face à un certain nombre de contraintes : l’étanchéité du bois, une composante très importante dans leur réalisation, mais aussi respecter un cahier des charges précis, prêter attention à l’économie de matière en lien avec les enjeux environnementaux, penser à l’aspect pratique de l’assemblage de leurs modules… » ajoute Franck Besançon.  

8 jours et 7 nuits 

À partir du 25 mai, les « Défiboiseurs » auront 8 jours et 7 nuits pour mettre sur pied leurs constructions : « À la fin, toutes les équipes seront gagnantes mais une se démarquera. Nous les jugerons sur le respect du cahier des charges, sur les aspects esthétique et structurel, mais aussi sur l’histoire qu’ils nous raconteront autour de leurs projets. » Si les conditions sanitaires le permettent, scolaires et visiteurs pourront se rendre sur le site de l’ENSTIB pour admirer les étudiants à l’œuvre. 

Inventés en 2005, les « Défis du Bois » se révèlent être une véritable épreuve initiatique permettant de vivre une expérience de partage et de créativité, répondant à des contraintes de temps, de matériel et d’inventivité. Et quoi de plus naturel que de faire vivre ces Défis du Bois 3.0 dans notre région Lorraine composée à 35,5% de forêts !

Des constructions qui vivent ! 

Les structures « Tutti Modular » créées en 2016 pour une collectivité territoriale (la C2VRM) ont d’ores et déjà atteint leurs objectifs d’animation du territoire, à travers des animations culturelles et sociales, un peu partout sur le territoire.

Les 10 « Swingcase », studios à musique, créés pour l’École Polytechnique en 2017, accueillent depuis la rentrée, les élèves musiciens, pour la pratique de leur instrument, sur le Campus de Palaiseau.

Les 10 cabines de contemplation, réalisées en 2018, pour les Jardins Botaniques Jean-Marie Pelt de Nancy Métropole, ont trouvé leurs places, au coeur d’un site remarquable, et ont accueilli des milliers de visiteurs.

Les 10 stations de valorisation des déchets organiques, construites en 2019 pour le SICOVAD, ont trouvé leur place et leur utilité, dans 10 lieux publics et privés du département des Vosges.

Pauline Overney

Plus d’infos : defisbois.fr ou enstib.univ-lorraine.fr

Photos © DR