Le Corbusier et Jean Prouvé, histoire d’une rencontre

81

Le Musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges présente l’exposition « Le Corbusier, Jean Prouvé : Proches à distance » jusqu’au 17 décembre. 

Deux grands noms de l’architecture du 20e siècle. S’ils avaient une sincère et profonde admiration l’un envers l’autre, Le Corbusier et Jean Prouvé n’en avaient pas moins une approche différente sur l’architecture. Mais leur rencontre était inéluctable. Leur collaboration était réelle, même si elle apparaît, en regard de leurs œuvres respectives, des plus modestes. Estime réciproque, bricolages complices, tentatives inabouties et réalisations que l’on finit par oublier tant elles appartiennent à un paysage connu : voici comment l’on pourrait évoquer le travail conjoint de ces deux architectes. 

Cette exposition, organisée par le Musée Pierre-Noël, avec le soutien de la Fondation Le Corbusier et du Musée National d’Art Moderne ( Centre Pompidou / Centre de Création Industrielle ) regroupe des photographies, des croquis et des plans des projets communs des deux hommes. Plusieurs pièces de mobiliers et des éléments architecturaux dessinés par les artistes sont également exposés. 

Les projets présentés au musée 

L’aéro-club de Doncourt-lès-Conflans amène Le Corbusier et Jean Prouvé a travaillé avec Jacques et Bernard Ogé, père et fils. À l’époque, Philippe Serre, élu de Meurthe-et-Moselle, réussit à faire intervenir Le Corbusier pour la reconstruction de ce bâtiment, détruit pendant la guerre. Ce dernier co-signe le permis de construire en 1951. Au final, l’aéro-club de Doncourt-lès-Conflans est fortement marqué par l’empreinte de Prouvé avec ses deux coques inversées d’envergures distinctes, la plus ample couvrant le corps principal. 

Les deux architectes se retrouveront lors de la construction des Maisons rurales de Ligny-sur-Marne ( 1955-1957 ). Ici les deux styles se rejoignent : habitation en étage portée sur des pilotis dégageant de l’espace pour une remise et une voiture et des maisons accolées deux à deux sont la patte de Le Corbusier. L’emploi important du métal et l’esthétique des baies arrondies signalent la part importante de la contribution de Jean Prouvé. 

Meuble passe-plat de l’Unité d’habitation de Briey, vers 1963, Le Corbusier, Musée Pierre-Noël, acheté avec le soutien du Fonds Régional pour l’Acquisition des musées © MPN

Actions culturelles 

Le Musée Pierre-Noël organise, en parallèle, un cycle de trois conférences sur les thèmes « Les constructions invisibles, architecture et composition musicale » avec le compositeur Pierre Thilloy le 16 octobre, « L’architecture et le béton, mes coups de cœur de photographe » avec Christophe Guery le 13 novembre et « Jean Prouvé et Le Corbusier, compagnons de route ou frères ennemis » avec le producteur et réalisateur Richard Copans le 11 décembre. 

Le jeune public n’est pas en reste puisque les 7-15 ans sont invités, lors d’un workshop en trois temps ( 17 octobre, 14 novembre et 12 décembre ), à réinterpréter les thématiques abordées par l’exposition, guidés par l’illustratrice Emilie Thieuleux. Les plus petits ( 5-9 ans ) pourront, eux, fabriquer et décorer une habitation colorée et festive lors de l’atelier « Ma maison est un sapin ! » le 5 décembre prochain. 

Pauline Overney

Jusqu’au 17 décembre au Musée Pierre-Noël à Saint-Dié-des-Vosges. Ouvert le lundi et du mercredi au dimanche de 13h30 à 17h30. Renseignements : 03 29 51 60 35 ou ca-saintdie.fr/decouvrir/musee-pierre-noel 
Photos © CASDDV, Karine Laine, MPN