Là-Haut sur la Colline, acteur du vivre ensemble

5870
Canal Sarre - Etang du Stock © un Monde à Vélo

Programmée du 6 au 9 juillet, cette 10e édition de Là-Haut sur la Colline déploie une programmation diversifiée favorisant la rencontre.

Association culturelle d’éducation populaire encourageant, par ses actions, le vivre ensemble, FESTI-EUROLIVE rassemble des membres venus d’horizons divers, ayant en commun une foi profonde en l’être humain. Elle fonde son action sur les valeurs humanistes et européennes : le respect de la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, l’État de droit et le respect des droits de l’Homme. C’est dans ce cadre qu’elle déploie tous les deux ans, Là-Haut sur la Colline, rendez-vous culturel et civique en appelant à l’écologie, la culture, la jeunesse, la société, l’intergénérationnel, la solidarité.

« Va, vis, apprends ! – Les apprentis-sages de la vie ». C’est sur ce thème, acté collectivement à l’issue de la dernière édition, que se tient cette année le Festival. La formule renvoie aux priorités dégagées par le groupe de réflexion : « permettre à chacun de trouver sa place, d’être acteur de sa vie et de s’engager pour et avec les autres ». Cet engagement traduit l’ambition de l’association organisatrice, FESTI-EUROLIVE, à faire de la culture et de la musique un outil de cohésion. Le sociologue Edgar Morin assurera la présidence d’honneur de cette édition 2023.

L’Allemagne en invité d’honneur

En fervent défenseur de l’esprit européen, le Festival met systématiquement un pays à l’honneur. Pour cette édition, il s’agit de l’Allemagne ! Une invitation qui fait écho au 60e anniversaire du Traité de l’Elysée, lequel marqua la réconciliation de la France avec son voisin allemand après plusieurs décennies de conflits. En hommage à ce lien fraternel qui unit depuis nos deux nations, le Festival accueillera des élus de Karlsruhe ainsi que des universitaires et des artistes. La journée de clôture de cette 10e édition, dimanche 9 juillet, sera marquée par une grande fête de l’amitié franco-allemande, ou Oktoberfest !

Pour le reste, si la manifestation multiplie les concerts, en mêlant habilement artistes confirmés et talents émergents, musiciens locaux et européens, Là-Haut sur la Colline ne se réduit pas à une programmation musicale enthousiasmante. Il se veut le médiateur de débats constructifs sur des thèmes brûlants (via des espaces-paroles, des conférences, une agora et des grands débats), et fera également place à différentes formes d’art et de publics… ainsi qu’à des jeux de plein air, des ateliers de découverte, et même un salon du livre avec la présence d’auteurs !

1 conviction, 6 orientations
Cette édition 2023 s’est construite sur la conviction que « les citoyens, pour être éclairés et responsables, doivent être disposés à apprendre tout au long de leur vie ». De ce postulat découlent 6 axes de réflexion, qui seront déclinés tout au long de l’événement. Ils portent sur : l’écologie intégrale, la gestion des émotions, l’esprit critique, les dimensions de notre humanité, la rencontre de grands témoins contemporains.

___________

La musique au service du vivre ensemble

Fidèle à son ambition de favoriser le vivre ensemble, le Festival 2023 déploie une programmation musicale éclectique et rassembleuse.

Du 6 au 9 juillet, sur la grande scène, les têtes d’affiche se succéderont sans se ressembler. Jeudi 6 juillet, Luc Arbogast, révélé au grand public dans The Voice en 2013, présentera aux spectateurs VIA ANTIKA (la voie Antique), concept original qui fait de lui le troubadour, l’ambassadeur, le passeur, le créateur. Il y alterne classiques de la musique médiévale et compositions personnelles, dont un morceau chanté en plusieurs langues et hymne universel.

Pour « Quand ? », titre lucide, engagé et humaniste, Trois Cafés Gourmands avait collaboré avec la personnalité préférée des Français : Jean-Jacques Goldman… Vendredi 7 juillet, le groupe présentera « La promesse », troisième album résonnant comme la promesse d’un foisonnement chanson et pop, d’une générosité infaillible et d’une énergie inébranlable. Célébration des premières fois, ce disque atteste, comme les précédents, d’un formidable goût des autres ! Ce même jour, le public retrouvera, sur scène, le collectif allemand jazz-funk-soul-électro The Mimikoto Project, un artiste incontournable de la scène kabyle et de la musique du monde, Akli D..

Samedi 8 juillet, ce sera au tour de l’ultra-populaire BLACK M de fouler la grande scène ! L’artiste qui a révolutionné le paysage du rap français présentera « La Légende Black Tour », concentré d’énergie et de grand spectacle. Avant lui, Keblack, popularisé pour avoir fait danser Paul Pogba et Patrice Evra en plein Euro 2016 grâce à son titre « J’ai déconné », se produira au son des tubes issus de « Premier étage », premier album certifié disque d’or, et des deux opus suivants. Enfin Juliette Emrose, dont le style mélange la pop, le hip-hop, l’électro et le classique, exposera son univers holographique et coloré.

En parallèle, sur les deux scènes gratuites installées au sein du Village, se relaieront des artistes régionaux et européens, ainsi que des formations de danse, du théâtre, des percussions corporelles, de slam, de musique du monde…

Battle de Breaking
Samedi 8 juillet, la compagnie Tempor’Air, basée à Épinal, proposera, en plein cœur de Festival, un battle de Breaking (breakdanse), sport récemment érigé au rang de discipline olympique. Concrètement, de nombreux danseurs (bboys et bgirls) et groupes (crews) venus de toute la France ainsi que d’Allemagne et de Belgique, se mesureront les uns aux autres, avant d’être départagés par un jury de renommée internationale. Les inscriptions démarreront à midi, pour début du Battle à 14h30. 8e, quart, demi-finales et finale plus tard, les remises de prix se tiendront à 18h !

___________

Libérer la parole

Là-Haut sur la Colline multiplie les ateliers et espaces-paroles encourageant les échanges d’idées, dans le respect.

La Haut sur la Colline, 2021 © DR

Être source d’inspiration, voilà la vocation première de ce festival protéiforme et unique en son genre ! Et pour inspirer et créer l’émulation, tous les moyens sont bons. Aux concerts s’ajoute donc un méli-mélo d’initiatives – conférences, tables rondes, spectacles, ateliers… – pensées pour susciter l’échange, réfléchir collectivement, envisager des solutions… et donner à chaque spectateur matière à envisager le monde, et sa vie, différemment.

Temps invitant au débat, à la confrontation d’idées et à la construction partagée de voies éclairantes, les espaces-paroles porteront sur six axes prédéfinis : « Citoyenneté, apprendre tout au long de sa vie », « Écologie intégrale », « Vivre avec ses émotions », « Esprit critique », « Comment réenchanter le monde » et « Témoins des apprentissages ». À chaque fois, les intervenants, placés dans le public, présenteront le thème avant de faire circuler la parole.

Parmi les intervenants-experts invités de cette 10e édition figurent des responsables politiques, des chefs d’entreprises, des journalistes, des universitaires, ainsi que des acteurs locaux. Cette mixité s’explique par la volonté des organisateurs de mêler le théorique au concret, la recherche à l’expérience de terrain, la réflexion à l’action. Parmi les temps forts de ce grand volet réflexif, signalons la grande conférence inaugurale, programmée le 6 juillet à 20h, et intitulée « Développons le pouvoir d’agir ! ». Une agora, organisée le dimanche, permettra de faire la synthèse de tous ces temps d’échange.

Entretien avec Odile Delhaye, membre de FESTI-EUROLIVE et responsable du Village des initiatives et des expériences

En quoi ce festival est-il singulier ? 

En ce qu’il poursuit l’objectif tout à fait original de mélanger citoyenneté, écologie et culture, tout en faisant se rencontrer des publics qui, a priori, ne se croiseraient pas. C’est une aventure particulièrement enrichissante !

Comment faites-vous en sorte que cette mixité ait réellement lieu ? 

À travers plusieurs animations organisées toute l’année, nous sollicitons nos partenaires associatifs sur un thème précis : le numérique, la transition en cours, l’école de la vie… Ces rendez-vous qui rythment l’année nous permettent de créer un réseau et de mettre les différentes structures en relation. Par ailleurs, nous associons le jeune public à la programmation. La première journée du festival, celle du 6 juillet, est d’ailleurs dédiée aux scolaires d’Épinal, qui sont conviés à différents ateliers réflexifs.

À quoi tient, selon vous, le succès de cet événement ?

À son programme ambitieux porté par des bénévoles engagés. À son aptitude à mêler fête et espérance qui fait sens, tout en interrogeant chacun de nous sur sa capacité à agir. À sa faculté à mobiliser, à créer une synergie de personnes de tous horizons décidées à changer le monde.

Propos recueillis par Cécile Mouton

Du 6 au 9 juillet, Parc du Cours à Epinal • Programmation et billetterie sur www.la-haut-sur-la-colline.fr
Publireportage - Photos © Là Haut sur la Colline, Gérard Louis, DR