Dans mon jardin d’Automne

464

A ceux qui pensaient que le printemps était l’unique saison des jardins, qu’il ne fallait évoquer la verdure qu’à l’époque des floraisons, des amours et du soleil naissant, l’automne répond par une série d’animations exceptionnelles et jour les prolongations. Avant que ne tombe l’hiver sur la Lorraine encore réchauffée par un bel été indien, il est temps d’aller à la rencontre de certains lieux incontournables.
Des jardins qui se déplacent, comme le Jardin Ephémère de la place Stan à Nancy. Animation phare de la fin du mois de septembre, la 11e édition rend hommage cette année à la première guerre mondiale avec « 1914 : paysages fortifiés ».
Des jardins qui proposent leur moment phare annuel en automne, comme les fameux Jardins fruitiers de Laquenexy près de Metz qui pendant trois jours accueillent une soixantaine d’exposants autour d’une fête des plantes et des saveurs du terroir qui vous aidera à passer l’hiver.
Des jardins qui continuent de vouloir faire partie du paysage, même en ville. « Jardins de ville, jardins de vie » fête cette année ses dix ans dans le parc du domaine de Montaigu à Jarville-la-Malgrange.
Alors, oui, l’été s’achève, mais non, on ne fait pas que ramasser les feuilles mortes avant de se blottir sous un voile d’hivernage. Et l’on profite une dernière fois des jardins.

Dans les coulisses du 11e Jardin Ephémère de Nancy
En ordre de bataille

La place Stanislas transformée en champ de bataille pour la commémoration de la Grande Guerre ? C’est possible ! Pas question de creuser des tranchées dans les pavés, pour évoquer la grande Histoire, les équipes des Parcs et jardins de la ville de Nancy ont relevé le défi, avec pour seules armes : plantes, fleurs, arbustes et beaucoup d’imagination.

A quelques jours de l’installation des 18 000 végétaux qui transformeront la tr ès minérale place Stanislas en  jardin extraordinaire, on s’imaginait trouver les serres municipales e pleine ébullition. En poussant la grille, pourtant, on pourrait presque entendre les abeilles butiner. Alignées en rangs serrés, les plantes sont prêtes. Les éléments de décors attendent, presque au garde-à-vous. A côté des serres, l’équipe Aires de jeux peaufine les derniers détails. « C’est la dernière ligne droite d’une partition qui a commencé à se jouer en novembre dernier, explique Pierre Didierjean, directeur des parcs et jardins de la ville de Nancy.
Pour la création de ce 11e Jardin éphémère, tout a été fait en interne. Nous avons la chance d’avoir beaucoup de compétences dans ce service et aussi beaucoup de gens passionnés qui imaginent chaque année un jardin sur un nouveau thème. » Après la Renaissance et Prouvé, le thème 2014 était tout trouvé avec les commémorations de la Grande Guerre. Illustrer les fracas des bombes, la violence des combats avec des fleurs ne leur pas fait peur. Le précédent jardin à peine remballé, l’équipe commence  déjà à réfléchir au suivant. Tout le monde participe, amène ses idées et ses envies. Seule contrainte à l’imagination : un budget riquiqui – 10 000 euros – pour faire rêver les visiteurs pendant un mois. «  Nous sommes les rois de la récup, sourit Pierre Didierjean, au défi d’inventer un beau jardin on ajoute celui de réutiliser matériaux et plantes d’une année sur l’autre. Tout est conçu et testé en interne. La logistique de l’installation réglée comme du papier à musique, permet d’installer le jardin en 4 jours. »

LM34-014 LM34-015

Raconter et cultiver

Inspiré du fort de Villey-le-Sec, « 1914, paysage fortifié » immerge les promeneurs dans une forêt de symboles de la Première guerre mondiale. 15 thématiques différentes et autant de tableaux pour raconter a vie des poilus et suggérer l’élan vital à travers le végétal. Parmi les 10 entrées possibles, on peut choisir celle qui traverse la prairie de fleurs sauvages bleues, blanches et rouges. Clin d’œil au coquelicot, symbole anglais associé à ceux qui sont morts lors de cette guerre, et au bleuet, emblème du souvenir français. Après la prairie, les premières tranchées sont dessinées au sol et plantées de fleurs et de graminées rouge-sang symbolisant la souffrance et l’horreur du conflit. Un peu plus loin, d’autres tranchées verticales seront recouvertes d’affiches de l’époque. Au gré de la balade – que l’on ne va pas dévoiler en entier pour préserver la magie – les visiteurs découvriront un hommage à Mondrian, pionnier de l’art abstrait en 1914. Le vin et le tabac – deux éléments essentiels pour le moral des troupes – sont évoqués dans deux tableaux saisissants. « Nous nous sommes fait prêter une douzaine de pieds de vignes et plus de 700 bouteilles (vides) de Bourgogne pour ce tableau, explique Pierre Didierjean, ce sera un endroit du jardin où les gens pourront s’asseoir. Presqu’en face plus de 20 variétés de tabacs seront présentées. Nous réutilisons cette année encore notre bassin. Il sera disposé à l’entrée en face de la mairie, et les visiteurs passeront sous deux jets d’eau qui symbolisent le jet des canons ».

LM34-016 LM34-017

De l’art de la guerre

Pas de guerre sans balles ni boulets de canons. Pour les évoquer les équipes ont décliné les sphères. Deux d’entre elles, en tôle rouillée, serviront de guides aux visiteurs sur la place. Les arbres et buis taillés en rond serviront d’écrin aux sculptures cylindriques d’un artiste lorrain, « lorsque j’ai vu les sculptures de Jean-No, j’ai eu un flash, sourit Pierre Didierjean. Nous avons la chance qu’il nous prête 8 de ses œuvres, 8 boules de métal qui collent parfaitement au thème ». Composé comme un tableau, le jardin éphémère n’est pas juste un « beau » jardin, il est un jardin qui a du sens. A découvrir à partir du 26 septembre.

Place Stanislas à Nancy
Inauguration le 26 septembre à 13h15
Visites guidées : le 29/09 à 14h, le 5/10 à 17h, le 7/10 à 14h le 8/10 à 14h et 16h, le 10/10 à 15h, e 15/10 à 14h, le 18/10 à 11h30, le 25/10 à 14h et le 31/10 à 14h.

Fête des Jardins et des saveurs en Moselle
Laquenexy, pour le plaisir…

Certains jardins sont à croquer, Laquenexy en fait partie. Réputé pour ses vergers depuis 1960 avec la première exposition fruitière, les jardins mosellans ont renouvelé l’expérience tous les ans depuis.

En 2005,  elle a été rebaptisée Fête des Jardins et des Saveurs. Véritable conservatoire, le verger près de Metz assure la pérennité du patrimoine génétique fruitier en permettant aux arboriculteurs de se le réapproprier. Grâce aux mécanismes de greffe maîtrisés par le Centre Fruitier, les particuliers peuvent réintégrer les variétés méconnues dans les vergers familiaux. Plus de 1 000 variétés différentes sont conservées ici.
Le site a conservé des variétés intégrées par les Allemands sous l’Occupation, mais aussi des variétés locales, non répertoriées. Chaque début d’automne, le site accueille plus d’une soixantaine d’exposants.
Les visiteurs en mal d’inspiration ou désireux de bien finir l’été y trouveront des idées pour leur balcon ou leur jardin. Ils découvriront de nouvelles plantes pour les embellir, des outils plus performants et des objets de décoration…  L’édition 2014 inaugure un nouvel espace entièrement consacré aux producteurs labellisés Mangeons Mosellan (miels, confitures, charcuterie) et aux viticulteurs de l’AOC Moselle.

LM34-018 LM34-019 LM34-020

Marquantes, les pommes marquées

Une des particularités de Laquenexy est sa spécialisation dans les pommes marquées.  Cette technique ancienne née en région parisienne est redevenue populaire dans les années 1970 au Japon. Les Jardins Fruitiers collaborent d’ailleurs étroitement avec une société japonaise spécialisée dans le marquage de pommes. Aujourd’hui seulement quelques sites dans le monde produisent des pommes marquées. Le résultat est une image très réaliste, un portrait ou un symbole qui vient décorer le fruit et apparaît au fur et à mesure de sa maturation. Histoire et technique des fruits marqués, une importante collection de pommes marquées sera mise en scène. Des signes astrologiques chinois, aux grandes marques de luxe français en passant par une série d’œuvres d’art, les visiteurs découvriront toute la finesse du marquage naturel tel qu’il est pratiqué dans les vergers des Jardins Fruitiers de Laquenexy. Quand le fruit se fait art, le public déambule dans les allées comme on flâne au musée. Jamais il ne fût si doux de tomber dans les pommes….

Du vendredi 3 au dimanche 5 octobre 2014
• De 14h à 19h le vendredi
• De 10h à 19h le samedi et le dimanche
• Jardins Fruitiers de Laquenexy, 4 rue Bourger et Perrin à Laquenexy
• Entrée : gratuit pour les moins de 16 ans – Tarif plein : 7€ – Tarif réduit : 5€
• Renseignements :
03 87 35 01 00