Dans les coulisses du théâtre avec La Mousson d’été

1826
Mousson d'été 2020_édition des 25 ans_Privés de feuilles les arbres ne bruissent pas de Magne van den Berg © Boris Didym

Beaux mots et belles lettres vont résonner prochainement, lors de la traditionnelle Mousson d’été. Un événement qui permet de redécouvrir le théâtre dans sa forme la plus méconnue des spectateurs.

Vivre le théâtre de manière spontanée, c’est l’expérience proposée par la Mousson d’été. Un événement qui s’installe chaque année à la fin de l’été dans l’abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson et qui offre un espace privilégié pour laisser s’exprimer son art. « Le principe est simple. Une troupe d’une vingtaine d’acteurs est présente de manière éphémère et s’empare de textes qui ont été initialement choisis par les comités de lecture pour cette manifestation », explique Jean Balladur, directeur adjoint de La Mousson d’été. Ensuite, c’est la mise en espace qui s’opère devant le public. « C’est en quelque sorte un premier jet, les acteurs prennent le texte en main et le lisent avec quelques intentions de jeu », précise-t-il. La Mousson d’été a, par ce biais, la volonté de dévoiler aux spectateurs les coulisses du théâtre. Avant la pièce finalisée à laquelle chacun peut assister, il y a ce que l’on appelle la mise en bouche du texte. L’ambiance est particulière, sans pression puisqu’il n’y a pas de création de spectacle en jeu. Finalement, ce moment de création spontanée est aussi un moyen pour les comédiens de prendre beaucoup de plaisir et de s’amuser à interpréter ces textes. 

« Le théâtre va au-delà des frontières »

Mousson d’été 2020, édition des 25 ans – Privés de feuilles les arbres ne bruissent pas de Magne Van Den Berg © Boris Didym

Derrière cette volonté de ne pas présenter la pièce terminée, il y a aussi cette envie de valoriser les textes, puisque c’est grâce à ces derniers que l’événement existe. D’ailleurs, il tient à cœur à La Mousson d’été de pouvoir compter sur la présence des auteurs choisis. Ainsi, tous sont vivants et résident en France comme à l’étranger. « Cette année, nous avons des auteurs de France, d’Australie, de Norvège, d’Argentine, d’Uruguay, de Slovénie, etc. Le théâtre va au-delà des frontières. Nous sommes tous humains et quelles que soient nos nationalités, le théâtre est un point de rencontre », insiste le directeur adjoint. Des rencontres justement sont prévues avec les différents auteurs lors de cet événement afin de parler de l’écriture mais aussi des textes qui rendent compte du monde d’aujourd’hui. « Le théâtre amplifie les choses et renvoie chacun à ses propres sensibilités », détaille Jean Balladur. La Mousson d’été permet donc de beaux échanges en perspective.

Une lecture de Clovis Cornillac

Parmi les comédiens présents pour cet événement, il y en a un qui se veut particulièrement attendu. Il s’agit de Clovis Cornillac bien connu du grand écran. Il s’apprête à retrouver son premier amour, le théâtre et sera présent pour une lecture de « l’âge tendre », un texte de l’auteur américain Jacques Brant. Ce texte raconte l’histoire de Martin, un jeune texan qui prend un emploi de gardien dans un centre de rétention pour migrants clandestins sans savoir qu’il va devoir garder des enfants que l’on a retiré de leurs parents. Petit à petit, il s’attache à eux mais voit arriver une drôle d’épidémie. Durant une semaine, les visiteurs de La Mousson d’été pourront découvrir des textes poignants à l’image de celui-ci ainsi que des spectacles, rencontres et concerts.

Marine Prodhon

La Mousson d’été se déroule du 23 au 29 août à l’abbaye du Prémontrés de Pont-à-Mousson. Les réservations sont obligatoires pour assister aux mises en espace (jauge limitée). Le port du masque et pass sanitaire sont requis. Retrouvez le programme sur www.meec.org

Photos © Boris Didym, dr