Celebrate women l’inspiration faite femme(s)

4019
Prends ma forme © Julie Peiffer Photographies

Photographe de l’intime, Julie Peiffer dédie une exposition aux femmes qui nourrissent sa créativité d’artiste. Ode à la puissance féminine, Celebrate women est à voir jusqu’au 12 mars au sein du Château de Madame de Graffigny.

Vus de l’extérieur, les photographes semblent aller d’obsessions en monomanies, de fils rouges en cailloux semés. C’est en 2015, au lendemain des attentats, que Julie Peiffer, entre sentiment d’urgence et impératif de vivre, commence à photographier Paris la nuit. En parallèle, elle fait de la femme son sujet de prédilection. Des comédiennes et danseuses invitées à prendre la lumière, (les séries Panic Spaces et Chair Terre ont été réalisées en collaboration avec Aurélia Jarry), la photographe cherche la nature profonde en les faisant « passer d’objets à sujets ».

Autoportrait en filigrane 

Sur le plan personnel, elle vit une période charnière. Elle divorce, déménage, est confrontée à la maladie. Alors elle se questionne, veut comprendre qui elle est, de quel bois elle est faite. Déclinées en séries, ses œuvres évoquent tour à tour le confinement (et l’emprisonnement), la séparation (et la fin de l’emprise), la recherche d’identité (qu’est-ce qu’être adulte ? Être femme ?). Des clichés qui exhalent la créativité pure d’une artiste en recherche de sens, en recherche du beau ; et qui dessinent, en filigrane, ce que leur autrice s’est finalement résolue à y voir : un autoportrait. « Il m’a fallu du temps pour admettre que ces photos, prises de manière spontanée, parlaient de moi, de mes émotions à différents stades de ma vie ».  

La beauté en accroche 

Armée de cette lucidité nouvelle, Julie Peiffer livre au public, avec Celebrate women, sa vision de la femme en une cinquantaine d’œuvres mêlant intime et sensibilité, trouble et sensualité. 

« Je n’ai jamais été aussi vulnérable qu’avec cette exposition. Enfin, je ne me définis plus comme l’enfant de, ou la femme de. En photos et en mots, j’affirme qui je suis, et la façon dont je vois la femme : mystérieuse, puissante et libérée ». La photographe exploite, là encore, la beauté des corps. « J’utilise le beau comme une première approche. Le regard de celui qui regarde ainsi capté, le dialogue peut s’enclencher ». 

Quant au choix des sujets – des comédiennes, des danseuses –, il n’est pas anodin. « J’aime observer les femmes, où qu’elles se trouvent et qui qu’elles soient. Mais je ne fais poser que des femmes qui connaissent et maîtrisent leur corps, ce qui me permet d’aller chercher l’émotion, l’authentique ».

Qu’ils apparaissent au cœur d’une forêt, d’une machine à laver ou derrière une vitre, qu’ils se dévoilent toniques ou abandonnés, les corps féminins sont ici regardés, la puissance de la femme, célébrée. Quid de l’après ? Julie Peiffer continuera à mettre ses émotions en images, à s’interroger, à s’engager. Série après série, exposition après exposition, elle confirmera ce que cette exposition nous permet d’entrevoir : une photographe puissante, doublée d’une femme inspirante.

Jusqu’au 12 mars 2023 • Galerie Château de Madame de Graffigny , Rue Albert 1er, 54600 Villers-lès-Nancy • Visite de l’exposition du mercredi au samedi de 14h à 18h30, et le dimanche de 14h à 18h • Entrée libre et gratuite • www.villerslesnancy.fr • 03 83 90 15 56. 
Photos © Julie Peiffer Photographies, DR