À la Manufacture : un acte IV enthousiasmant

3637
Misericordia scritto e diretto da Emma Dante luci Cristian Zucaro con Italia Carroccio, Manuela Lo Sicco, Leonarda Saffi, Simone Zambelli coproduzione Piccolo Teatro di Milano– Teatro d’Europa, Atto Unico / Compagnia Sud Costa Occidentale, Teatro Biondo di Palermo Piccolo Teatro Grassi dal 14 gennaio al 16 febbraio 2020 foto © Masiar Pasquali

Alors que l’Acte III de sa programmation s’achèvera en beauté fin janvier,  le Théâtre de la Manufacture prépare activement son Acte IV, volet résolument connecté à son temps.

Succès du dernier festival d’Avignon, Sans Tambour sera présenté du 10 au 12 janvier. Le spectacle coréalisé par le Théâtre de la Manufacture et l’Opéra national de Lorraine dresse, sur fond des Lieder de Schumann, le portrait et l’histoire de vie des occupants successifs d’une maison écroulée. Nous ne dévoilons rien : l’effondrement a lieu au début du spectacle, laissant apparaître de ses décombres des instruments de musique. Sur scène, les acteurs et musiciens font dès lors exister le récit de concert, la musique permettant à l’histoire de se recomposer.

Partenaire régulier du Théâtre de la Manufacture, la compagnie associée Babel présentera, du 1er au 4 mars, Les Moments Doux. Fidèle à sa méthode participative – elle procède par enquête auprès des habitants du bassin de création –, elle déclinera cette fois le thème de la violence. Cette création inspirée notamment de l’affaire des chemises arrachées d’Air France interroge notre rapport à la violence institutionnalisée, et révèle, ce faisant, les visions contradictoires cohabitant au sein de notre société.

Dans Misericordia d’Emma Dante, il est aussi question de violence ; violence de l’abandon, violence à l’égard des femmes. La pièce, jouée du 9 au 11 mars, dresse le portrait d’un petit garçon orphelin, recueilli dans la rue par trois femmes qui se prostituent. Se noue entre l’enfant et ces femmes une relation de protection, de transmission mutuelle, d’affection réciproque, de responsabilité partagée. De ce terreau naît un sentiment jubilatoire de joie pure, que vient renforcer une esthétique simple brillant par son dynamisme.

Projets partagés, spectacles itinérants

Partisan du collaboratif et de l’immersif, le Théâtre de la Manufacture encourage, sous la houlette de Julia Vidit et de l’auteur Guillaume Cayet, des personnes éloignées des planches à monter sur scène. Après Fracas, projet participatif conduit l’an dernier, Climato quoi ? explore la question écologique en cherchant à comprendre comment l’humain a engendré le désordre planétaire que nous vivons. Projet hybride recourant à 90 % de comédiens amateurs, le spectacle encore en construction sera présenté les 13 et 14 mai au sein du Théâtre de la Manufacture.

Conformément à la politique de l’équipe du Théâtre, laquelle milite pour un théâtre accessible au plus grand nombre, plusieurs spectacles seront joués en itinérance dans des lieux autres que des théâtres. Ainsi Longueur d’ondes, spectacle déroulant l’histoire de la naissance de la radio, présenté en septembre dernier dans le cadre de Micropolis, sera repris du 3 au 8 avril sur différents sites du territoire du Grand Nancy. Citons également Canines de lait (de Charlotte Lagrange), spectacle créé, hébergé et joué en avant-première à Pulligny, et qui sera également présenté à Nancy en avril.

Théâtre de la Manufacture • 10 rue Baron Louis à Nancy • Tél.  03 83 37 42 42 • Retrouvez l’ensemble de la programmation sur theatre-manufacture.fr

Publireportage - photos © Masiar Pasquali, Jean Louis Fernandez, Gavin Roberts, DR