Silence on bouquine !

270

Nivôse – An X  

Une enquête historique glaciale. L’histoire vraie d’un jeune soldat de retour des guerres révolutionnaires.

De Olivier Chartier, un ouvrage né à partir d’un extrait des actes d’Etat civil de l’année 1802 de la commune de Dieulouard, il  relate l’histoire singulière d’un soldat de retour des guerres napoléoniennes.  . La trame historique et « policière » en font un roman grand public.  

Le 09 Nivôse de l’An X, de retour des guerres révolutionnaires, ce tout jeune homme a pénétré dans une forêt dont il n’est jamais ressorti… On ignore toujours pourquoi les hypothèses s’enchevêtrent encore. A travers la voix et les yeux de ce jeune soldat, on revit ses dernières heures, ses rencontres probables et des fragments de son parcours existentiel : sa « disparition est une énigme qui invite le lecteur à formuler des hypothèses jusqu’au terme du récit.

«Il gèle à pierre fendre. À mesure que la nuit approche, s’empare de la forêt, enveloppe arbres et bêtes, elle vient à lui. À l’aveugle, il poursuit, sans fil. La fine pellicule de gel craquelle sous ses talons, frappant pierre et terre. » Nivôse An X : quel est le secret de la disparition de Pierre François sur les sentes enneigées de cette forêt de Moselle ? A partir d’archives exhumées, le lecteur plongera dans un univers trouble : rumeurs et batailles des guerres révolutionnaires où s’exaltent la fureur des sabres et la folie humaine, errances dans des provinces inhospitalières. Pas de hauts faits, mais des pans de la grande Histoire, des fragments de vie d’un jeune homme luttant pour s’émanciper d’un destin trop tracé, d’acolytes ambigus et d’un loup. Autant de tableaux déclinant les songes de Pierre… Mais ce lointain aïeul, n’est pas un seul « héros » de cette bio fiction historique ; il est aussi une énigme à résoudre : aux interrogations de l’officier de police judiciaire devront se joindre les hypothèses du lecteur pour recomposer cette histoire vraie.

Olivier Chartier, « Nivôse – An X » • Editions-exaequo.com • en librairies depuis le 21 Avril 2021 •  Format broché de 138 pages • Tarif : 13 euros

500 jours à vélo

De Vincent TREUSSIER & Céline DUBOURG TREUSSIER

Une formidable aventure familiale en slow travel, un voyage alternatif et tendance.

Pendant un an et demi, Céline et Vincent Treussier ont parcouru les routes, quittant la France pour l’Asie en compagnie de leurs deux jeunes garçons : Émile, 4 ans, et Fernand, 2 ans. Le couple a choisi le vélo comme mode de transport alternatif pour faire une pause et découvrir le monde avec leurs enfants. Ce périple au long cours, ils l’ont minutieusement préparé, de l’itinéraire à la trousse de secours en passant par le matériel photographique, indispensable pour documenter leur expédition, ou encore l’achat de leurs deux vélos, montés de toutes pièces, avec porte-bagages et carriole pour voyager à quatre. Ainsi, d’Annecy à Berlin, de Moscou à Tokyo, de Bangkok à Saint-Brieuc… ils ont parcouru 13 000 kilomètres et traversé 18 pays.

Ce récit de voyage, très richement illustré, retrace leur parcours, pays par pays. Il revient sur leurs rencontres, leurs difficultés, leurs découvertes. Une invitation à voyager différemment. 

Vincent Treussier & Céline Dubourg Treussier, « 500 jours à vélo » • Format :  220 x 285 • 256 pages  • Tarif : 29,90 €  • www.editionsdelamartiniere.fr

L’AUBE DU DIABLE

De Arnaud Zuck, un roman inspiré de l’affaire du curé d’Uruffe.

Un récit glaçant qui décrit les évènements qu’une paroisse a connus en 1956.

L’Église catholique découvre, révulsée, le crime de sang hors norme commis par l’un des siens, jeune curé d’une trentaine d’années. Revivez de l’intérieur ce drame humain authentique et bouleversant, enfin romancé !

Jeune prêtre charismatique au charme inimitable, l’abbé Henri Breger, est vénéré par ses fidèles. Avec son style moderne, il réveille, dans une presque idylle, la vie de la paroisse encore meurtrie par les récentes blessures de la guerre achevée une décennie auparavant. Mais… dans l’ombre de son dévouement, entre les prônes et les confessions, le rock’n’roll et les fêtes du village, le père Henri partage avec ses paroissiennes éperdues bien d’autres plaisirs.

Pris à son propre piège, l’abbé va s’acharner à étouffer un secret qui le dévore, susceptible de le conduire à sa perte… Il s’apprête à commettre l’horreur insoutenable, proche de le mener à l’échafaud. L’Aube du diable ravive, dans ses moindres détails, un souvenir déchirant qui continue de glacer le sang, 65 ans après. On assiste, impuissant, à la dérive de la raison jusqu’à l’éclosion du mal…

Plongez-vous dans ce roman, à cheval entre la fiction et le fait divers et comprenez enfin ce qu’il s’est réellement passé en 1956.

Arnaud Zuck, « L’Aube du diable » • Ex Aequo