Un été à Épinal

582
Épinal © Christophe Voegelé
Épinal © Christophe Voegelé

Capitale vosgienne, Épinal se cache trop souvent derrière sa frange d’arbres et de végétation. Christine Tavernier, directrice de l’Office de tourisme de la ville, et Élisabeth Del Genini, sa présidente, nous dévoilent ses précieux secrets.

Quelle image souhaiteriez-vous que les touristes aient d’Épinal après leur séjour ou visite ?

C. T. : J’aimerais que les visiteurs repartent avec l’image d’une ville facile et agréable à vivre mais aussi d’une capitale sportive.

E. D. G. : On nous dit souvent que c’est une ville surprenante et finalement j’aime que les gens aient cette impression. Épinal est une ville d’équilibre. Elle est à la fois riche de son passé et remarquable en termes d’offre touristique moderne et dynamique.

Christine Tavernier Elisabeth del Génini © JF Hamard

Les objectifs que l’Office de tourisme s’est fixés ont-ils été atteints ? L’image d’Épinal a-t-elle évoluée ?

C. T. : Nous avons mis l’accent sur trois axes de développement : le patrimoine, les offres pour les cyclistes et celles pour les randonneurs. Aujourd’hui notre stratégie porte ses fruits. Mais il n’y a pas que l’Office de tourisme qui y travaille. La Ville, la Communauté d’Agglomération, le Pays et de nombreuses associations locales organisent des manifestations toute l’année. Grâce à cela, on entend de plus en plus parler d’Épinal.

E. D. G. : L’image de la ville a beaucoup évolué. En vingt ans, elle est sortie d’une image marquée par les problématiques de la fin de l’industrie textile. Elle a su rebondir grâce à ses atouts économiques et touristiques. Dans le même temps, elle a été complétement modifiée grâce à des embellissements multiples et toutes sortes d’aménagements favorisant la pratique du sport, dans une nature privilégiée.

Si vous deviez qualifier votre cité en trois mots ou formules ?

C. T. : Je dirais qu’elle est avant tout à taille humaine. Et puis, j’ajouterais « proche de la nature » et très « animée » : personnellement, je peux faire quelque chose de différent presque chaque soir.                                 

E. D. G. : Je parlerais d’une qualité de vie à partager, de son dynamisme grâce à toutes ses animations tout au long de l’année et puis de la nature omniprésente.

La voie verte dite « Charles le Téméraire » concrétise le rêve de ce dernier de relier les actuels Pays-Bas à la Bourgogne en passant par la Lorraine. Elle longe aussi le canal des Vosges et transite par Épinal. Dans ce cadre l’idée de voir la ville se transformer en capitale de la nouvelle région ALCA est-elle si saugrenue ?

C. T. : J’ai peur que la compétition soit féroce et que nous ne faisions pas le poids car souvent les grosses villes sont privilégiées. Après, pourquoi pas ? Si bien sûr la taille ou le nombre d’habitants n’est plus déterminant. Je serais déjà contente de voir la voie verte arpentée en vélo par des touristes venus de loin, Flamands, Bourguignons ou autres. Mais déjà on sent une différence : nous avons plus de cyclistes itinérants la prenant de bout en bout.                                                                             

E. D. G. : Nous éliminerions Nancy, Metz et Strasbourg ? Nous allons devoir prendre les armes ! (rires) Notre reconnaissance, nous allons la devoir à ce que nous proposons : équilibre et qualité de vie. C’est sûr que nous n’avons pas la taille de Strasbourg mais nous avons une nature merveilleusement préservée qui correspond aux exigences de pratiques du vélo et de la randonnée.

_MG_0178 © Jean-François HAMARD - Marche Nordique Bouzey

Aujourd’hui, la cité des Images a fait bien du chemin et peut se réclamer à la fois de son patrimoine historique et culturel mais aussi de ses magnifiques espaces naturels. Pendant l’été, partez l’explorer, à pieds ou à vélo.

Épinal, terre de rando

À pied, Épinal se laisse apprivoiser et délivre les secrets de son histoire et de son patrimoine. Entre espaces urbains et verts, elle est aussi le point de départ pour une découverte d’un territoire alentour riche de possibilités.

Posée en équilibre sur la Moselle, Épinal s’est développée sur une identité double avec sa Rive Droite, le centre historique, et sa Rive Gauche, plus contemporaine et véritable porte d’entrée vers la nature environnante. Pour les passionnés d’anciennes pierres, la visite démarre dans la vieille ville sur les ruines de l’ancien château, détruit en 1670 à la demande de Louis XIV. Surplombant la ville, le lieu est devenu un espace de vie de 26 hectares avec un jardin médiéval et un petit parc animalier, où l’on vient se ressourcer été comme hiver. La basilique Saint-Maurice, bâtie entre les XIe et XIIIe siècles et le quartier du Chapitre, sur les restes de l’ancien cloître, sont aussi à découvrir. À quelques pas, les remparts ressurgissent tout près du musée du Chapitre.

image003

Les deux villes

Après s’être arrêtés place des Vosges pour admirer ses arcades et la maison « du bailli », les visiteurs pourront se diriger vers le quai de Dogneville et l’incontournable Cité de l’Image. Coincée entre le canal et la Moselle, l’île de la cité spinalienne propose d’autres chemins d’exploration avec le musée d’art ancien et contemporain, le pont du 170e R.I., tout en verre et métal, sans oublier le marché couvert situé quai Jules Ferry. Rive Gauche, la Maison romaine et sa roseraie dotée de plus de 500 variétés donnent un petit air italien à la ville. La nature vient doucement s’immiscer dans cette balade, au travers des parcs et jardins. Balisant l’espace urbain, 29 balades sont proposées et permettent de cheminer dans la ville et ses abords, sans jamais se perdre grâce au travail de signalisation effectué par le club vosgien de randonnée.

Bouzey vu du ciel

Portail vers la nature

Pour les randonneurs aguerris ou amateurs, la commune d’Épinal et celles avoisinantes sont aussi les points de départ de promenades au long cours dans un écrin de forêt, parsemé de lacs ou plans d’eau. Le lac de Bouzey constitue le centre d’un réseau de différents itinéraires vers le verdoyant vallon Saint-Antoine Les Forges ou la Source de l’Avière. En direction de Bains-les-Bains, les marcheurs exploreront le site de la Manufacture royale, ancienne ferblanterie, et déambuleront près de la Voie Romaine pour un voyage dans le passé. De la pierre aux étendues de hêtres, le pays d’Épinal offre un dépaysement à deux pas de chez vous.

Tous les itinéraires de randonnée sont disponibles sur le site epinalrando.fr avec les traces GPS ainsi que toutes les informations sur les évènements randonnée.

FJDV-1002 © JF Hamard

Épinal, terre de vélo

Avec son Bike Park, ses 1000 km de parcours VTT, sa véloroute de 73 km et ses circuits de vélotourisme, Épinal est sans conteste la capitale lorraine du vélo. Sur des sentiers forestiers ou dans ses ruelles, elle se livre sans compter aux visiteurs, qu’ils soient des sportifs aguerris ou des cyclistes amateurs.

Drapée d’un voile de verdure, Épinal est une promesse de voyages merveilleux en territoire vosgien car, de la cité des Images, partent de nombreuses balades. Sur ces routes de terre ou de béton, un véhicule est roi : le vélo. Mais si les rayons de ses roues ont presque remplacé ceux du soleil, aucun bicycle n’a vraiment le monopole et, du VTT athlétique à la bicyclette flâneuse, il existe des parcours pour chacun.

VTTBouzey-1151 © JF Hamard

VTT attitude

Les VTTistes trouveront leur bonheur à travers la vaste étendue forestière qui entoure la ville. Plus de cent parcours zèbrent la zone allant du Nord-est au Sud-ouest d’Épinal, de Bruyère à Bains-les Bains. Au total, plus de 1000 km de circuits ont été signalisés et catégorisés selon leur difficulté, du vert « très facile » au noir, plus ardu. Les experts longeront les Roches d’Olima ou prendront la route des Forts, un itinéraire d’environ 100 km encerclant Épinal. Les débutants ou amateurs pourront se diriger vers la Grotte de l’Ermite, près de Beauménil, ou la Manufacture royale de Bains-les-Bains. La cité des Images a aussi prévu un terrain d’entraînement  avec un Bike Park et elle met en place des offres d’accompagnement de VTTistes souhaitant améliorer leurs compétences en compagnie de moniteurs.

Cyclotourisme

Une virée tranquille en bicyclette, un instant hors du temps en famille ou entre amis, tels sont les objectifs de l’Office de tourisme spinalien avec sa dizaine de circuits de cyclotourisme. Là encore, toutes les envies seront assouvies. Au lac de Bouzey, l’effort sera récompensé par une baignade. Les marins d’eau douce pourront emprunter des parcours le long du canal des Vosges. En direction de Raon-aux-Bois, les promeneurs trouveront de quoi se faire gentiment les mollets sur des routes vallonnées, allant de village en village. Après une journée sur deux roues, comme dans la chanson d’Yves Montand, les visiteurs repartent « fourbus » mais « contents ». Il faut croire que la magie spinalienne a opéré.

Tous les circuits VTT ou de cyclotourisme sont à consulter sur le site epinalvelo.fr

Des séjours à la carte

Forêts - IMG_8042 © JF Hamard

Un week-end au vert, à abreuver ses yeux de beaux paysages ou à goûter les plaisirs de la table ? Grâce à l’offre de séjours de l’Office de tourisme spinalien, les touristes peuvent organiser un voyage sur-mesure. En cela, la collaboration avec le club hôtelier d’Épinal a été déterminante. Elle permet notamment de se concocter des forfaits en fonction de son budget avec l’hébergement, une location de vélo et un pass pour le musée de l’Image. Selon leurs goûts, les visiteurs pourront privilégier  les excursions culturelles, les randonnées ou une pause détente aux Thermes de Bains-les-Bains. En famille, la promenade est prise en main par l’Office de tourisme avec ses fascicules ludiques qui permettent de découvrir la ville en s’amusant. L’Office de tourisme a aussi réalisé une sélection des différents lieux de restauration. Pourquoi se priver ?

Toutes les offres détaillées sur tourisme-epinal.com ou au 03 29 82 53 32.

Le patrimoine à vélo, c’est plus rigolo !

Dès cet été, les promeneurs à deux roues pourront partir explorer le département des Vosges grâce à quinze itinéraires de cyclotourisme, balisés avec des bornes en hêtre « 100 % made in Vosges ». Fruits d’une collaboration entre le  département, la région, le syndicat de commune du Pays d’Épinal Cœur des Vosges et les Voies Navigables de France, ces parcours permettent de découvrir les richesses naturelles, historiques et artistiques nichées le long du canal des Vosges et dans ses alentours.

Borne signalétique insolite inauguration port d'Epinal

Des papillons étranges se sont déployés autour de la véloroute « Charles le Téméraire ». Cette voie verte, baptisée en 2009, a été dessinée sur les anciens chemins de halage, en bordure du canal des Vosges. Quinze itinéraires de cyclotourisme ont été balisés à proximité de cette ligne verte et bleue de 73 km et ils offrent aux touristes des expériences variées, du défi sportif à la promenade familiale. Jalons de ces véloroutes, des bornes signalétiques en hêtre, le bois vosgien par excellence, ont été inaugurées en avril dernier. Pour le syndicat mixte Pays d’Épinal Cœur des Vosges, labellisé « Pays d’Art et d’Histoire » en 2014, cette réalisation collaborative est une nouvelle réussite et un bel outil pour accroître l’attraction du territoire.

Installés de manière éphémère au port d’Épinal, les panneaux ont désormais rejoint leur destination finale, sur le tracé des itinéraires.

Les Maisons du Vélo

VTT 0339 © Christophe Voegelé

La première se trouve sur les rives du Lac de Bouzey et propose toute la saison estivale la location de 80 vélos, VTT, Vélos à assistance électrique et même fatbike. Il est possible de prendre des cours avec un spécialiste, Lionel Ledocq, animateur sportif diplômé d’Etat. Tarif et infos sur sportvosgesnature.fr

La seconde est en construction au Port d’Epinal, (inauguration en avril 2016). Un point de location est disponible en attendant !

Alain Roussel : « Les itinéraires de cyclotourisme sont un symbole fort »

Président du Pays d’Epinal Cœur des Vosges, Alain Roussel se réjouit de l’inauguration des signalétiques insolites des itinéraires de cyclotourisme. Pour ce syndicat mixte réunissant 13 Communautés de communes,  ces parcours pour deux roues marquent l’accomplissement de deux ans de travail. Une reconnaissance de toutes les actions réalisées pour la valorisation du territoire.

Alain Roussel © JF Hamard

Que représente la mise en place de ces signalétiques insolites pour le pays d’Épinal ?

C’est un symbole fort pour nous. La réalisation de ces bornes en hêtre est le fruit d’une collaboration entre différents acteurs du département, de la région et même de l’Europe. Depuis ses débuts, le Pays d’Épinal Cœur des Vosges s’est efforcé de permettre une ouverture économique de son territoire. Les voies pour vélo sont des axes touristiques importants, porteurs de développement. L’idée était d’allier aussi promenades en deux roues et découverte du patrimoine.

Clair Arthur : « Le canal et son univers est un sujet de rêverie »

Auteur, illustrateur, réalisateur, l’artiste Clair Arthur a plus d’une couleur sur sa palette. Imagier au pays des Images, il a laissé son imagination voyager autour du canal des Vosges, axe central des itinéraires de cyclotourisme fraîchement inaugurés. Sur les trente-cinq panneaux jalonnant ces parcours, il a réalisé une vingtaine d’illustrations pleines de fantaisie et douces comme un soleil de printemps : des marins d’eau douce sirotant un cocktail étrange, où les glaçons ont été remplacés par des navires majestueux, un paquebot puzzle composé de maisons… En quatre mots, il dessine son univers. Quatre, trois, deux, un…

Clair Arthur © JF Hamard

La matière

« J’ai travaillé à l’encre et réalisé des collages. Pour ces images, j’ai commencé par les crayonnés puis j’ai continué en recouvrant de papiers de soie. »

La commande

« D’habitude je n’aime pas travailler à la commande : ça me bloque. Mais là le sujet du canal et, plus généralement, de l’eau m’a beaucoup inspiré. J’aurai pu exécuter cinquante dessins sans soucis. »

Signalétique2 © JF Hamard

Le canal

« C’est un lieu que je conjugue au passé et au présent. Je me promène souvent le long de ce canal et je venais pêcher ici quand j’étais enfant. Cet univers, avec la proximité de l’eau, des bateaux et de la nature, a toujours été un sujet de rêverie. »

La réalité

« Elle ne m’intéresse pas tellement. Je préfère puiser dans l’imaginaire, la poésie… même si forcément, je suis obligé de conserver des éléments du réel dans mes dessins. Malgré tout, je préfère quand le résultat offre une échappée vers le rêve. »

Retrouvez les images de Clair Arthur sur les bornes des itinéraires de cyclotourisme de la véloroute du Pays d’Épinal Coeur des Vosges. Les originaux en format 50×70 seront exposés à la Maison du vélo d’Épinal.

Les Folles Journées du Vélo, les 19 et 20 septembre à Épinal

follesjlogo

En juin 2014, le « Moustache Épinal Tour » avait entraîné une centaine de cyclistes sur les routes, sur les selles de « Moustache Bikes » (vélos à assistance électrique) fabriqués à Golbey. Le défi était alors de relier Metz-Nancy-Épinal en deux jours. Cette année, la ville va vivre de nouveau sur le braquet avec les Folles Journées du Vélo. Les 19 et 20 septembre 2015, les bicycles seront au centre de toutes les préoccupations : itinéraires de cyclotourisme accompagnés et guidés à partir du port d’Épinal, un village dédié avec plusieurs stands vélo, des essais gratuits de « Moustache Bikes », animations artistiques et sportives, expositions et ateliers de réparation. Le samedi 19 à 17h, sur la place des Vosges, un concours du plus beau vélo se déroulera et verra sacrer les spécimens aux décors les plus fous. En récompense, il y aura de nombreux prix à gagner : un vélo à assistance électrique « Moustache Bike », une draisienne enfant « Moustache », un VTT GIANT garçon/fille 10/14 ans, un vélo fille 10 ans, des équipements pour vélo et des repas au restaurant.

Le dimanche 20, à partir de 9h30, départ du Port d’Epinal pour 7 balades du patrimoine à vélo avec pique-nique insolite.

Le programme complet des Folles Journées du Vélo sera mis à jour sur epinalvelo.fr tout l’été jusqu’aux manifestations. Renseignements et réservations au 03 29 82 53 32.

Publi-reportage