Trésors de Lorraine

557

Les Émaux de Longwy aux couleurs chatoyantes exaltent l’esprit de Noël. Voyage au cœur de la beauté fine et pure.

La Faïence est intimement ancrée dans l’Histoire de la Lorraine. A Longwy, Cité des Emaux, perdurent une tradition précieuse et une production unique. Depuis deux siècles s’écrit une belle page du patrimoine régional

Une riche histoire

A la rencontre de la genèse des Emaux de Longwy, la remontée dans le temps s’arrête à l’année 1798 au cours de laquelle est fondée la Faïencerie dans l’ancien couvent des Carmes. Ses acquéreurs y trouvent là l’endroit idéal, proche d’une rivière et d’une dense forêt pour y faire vivre un atelier de manufacture. Des pièces d’origine, on sait peu de choses. Cependant, l’une d’elles, exceptionnelle,  a traversé les époques : la Soupière de la Légion d’honneur, qui fait partie d’un service commandé par Napoléon 1er. En 1835, Henri-Joseph D’Huart prend la tête de la Faïencerie de Longwy et la fera entrer dans l’ère industrielle en révolutionnant les techniques de fabrication. Vers 1870, la décoration manuelle est abandonnée, remplacée par l’impression des motifs sur place, dont il existe plus de 200 modèles orientalisant, Renaissance, Néo-Classique. La faïencerie élargit son activité, s’intéressant à la céramique de décoration et d’ornement et prend un tournant décisif de son évolution. Elle intègre la technique des Emaux cloisonnés pour riposter aux importations de pièces d’Asie. L’Italien Amédée de Carenza, par son génie créateur, contribue à la renommée de la manufacture. Les Emaux voient leur réputation aller grandissante, influencés par l’Art Déco. Puis, la crise des années 30, la guerre et le déclin de la Faïencerie traduit par l’abandon symbolique de la production des services de tables amènent à l’inéluctable. A la fin des années 70, elle s’éteint en même temps que la sidérurgie longovicienne. L’originalité de Longwy se caractérise qu’après des années de sommeil, certains ont voulu faire revivre la grande tradition des Emaux cloisonnés, symbole de l’âge d’or. L’arrivée de Michelle Kostka en 1991, correspond à ce renouveau des formes, des décors, des couleurs. Aujourd’hui, les Faïences et les Emaux de Longwy ont retrouvé le chemin des boutiques de luxe en France à l’étranger et participent à des expositions et salons de décoration d’envergure mondiale, animés par cette volonté de ne jamais voir s’éteindre la flamme d’une histoire incomparable.

Une fabrication unique

Depuis plus d’un siècle, Longwy détient l’exclusivité en France des émaux cloisonnés sur faïence. Cette technique délicate consiste à imprimer le décor noir sur le biscuit brut, puis à remplir chaque alvéole ainsi cernée avec un émail coloré. Un savoir-faire manuel exécuté par des artisans chevronnés. Dans leurs gestes, la dextérité est parfaite, leur passion respire à fleur de peau. Toutes les pièces venant de la Faïencerie portent la marque déposée et sont accompagnées d’un Certificat d’origine. La première étape de confection est le moulage. La forme de la pièce est créée par des stylistes, membres de la faïencerie, jeunes prodigues ou designers extérieurs de renom. Un modèle en plâtre est réalisé en atelier. Dans ce moule, on coule la barbotine (mélange de kaolin, d’argile et d’eau) avant de laisser sécher à l’air libre durant 24 heures. Les plans de joint de la pièce sont ébarbés. Elle prend un aspect lisse après avoir été frottée à l’éponge et subit une cuisson à 1050° C durant une nuit. Cette terre cuite blanche est appelée biscuit, ensuite imprimé d’un trait d’encre noir reprenant le décor de la pièce. Chaque alvéole née par le trait est remplie à la main d’émail coloré, goutte par goutte. Une fois la pièce entièrement émaillée, celle-ci est cuite à 750° C. Les ultimes étapes consistent à la retoucher en une cuisson à 750°, à poser de l’or au pinceau et en une dernière cuisson à 600° C. De la terre de sienne est enfin passée sur la surface émaillée pour rendre visibles les craquelures de l’émail. Le vase jungle, datant de 1931, se négocie de nos jours à 10 000 euros. Les Emaux de Longwy sont exportés en Europe, aux Etats-Unis, au Japon, en Russie, au Moyen et Extrême Orient. Aujourd’hui dirigées par Arnold Kostka, les Faïenceries ont évolué et se sont éloignées du fameux décor fleurs de pommier avec ses petites fleurs sur fond bleu pour ne présenter quasiment que des collections contemporaines.

Deux mille merveilles

Pousser la porte de la fabrique à Longwy, c’est s’imprégner de deux siècles d’histoire. Flâner dans  l’une des boutiques des Emaux, à Longwy, à Metz ou Nancy, c’est pénétrer dans un univers d’émerveillement. Deux mille pièces, boules, vases, chats, lampes, boîtes, œufs, vide-poches irradient de beauté. Emaux célèbres pour leurs fleurs aux multiples facettes, émaux marbrés d’or, émaux aux variantes de couleurs, émaux créés au XIXe siècle aux plus contemporains, avec chacun, ce trait d’origine : chaque variation est bordée par ce légendaire cerne noir à l’encre de Chine, signe distinctif des Emaux de Longwy. Rien que les noms des quelque 150 collections incitent à l’évasion et témoignent de ces talents conjugués au travers de prouesses artistiques sorties d’une réalité qui a rejoint soudainement l’imaginaire. Chaque émail semble être une ode aux voyages par ciel, terre et mer, au sentiment d’amour, aux beautés du monde, à la nature animale et florale : Africa, Amsterdam, Aurore, Belle de Jour, Bucolique, chemin de lumière, coquelicots à bédouin, éternité, jardin d’Eden, soleil d’or… Les faïences sont empreintes de la même délicatesse et de douce poésie ailée. Elles sont aussi  harmonie, calme, luxe : bulles décorées, clématites, cœurs, la bonne étoile, Vénus, Versailles… Dans leur écrin de légèreté, les Emaux de Longwy semblent avoir été conçus pour apaiser les hommes. Découvrez-les, appréciez-les. La période de Noël est idéale pour pleinement aimer cet art du beau, si élégant. L’œuf Nancy Stanislas – tirage limité à 500 exemplaires – est une pièce unique visible à la boutique de Nancy.

Pour en savoir plus : Longwy (3 rue des Emaux, 03 82 24 30 94) • Nancy (14 rue Gambetta, 03 83 35 26 46) • Metz (03 87 66 97 20) • www.emauxdelongwy.com