L’Opéra national de Lorraine ouvre son musée des histoires d’amour nancéiennes !

465
Avoir 15 ans bientôt 16 – Arrêt bus Villers © Johannes Wagner

Le 25 mars dernier, l’Opéra national de Lorraine a dévoilé son opéra numérique « Êtes-vous amoureux ? », produit dans le cadre du Nancy Opera Xperience. Douze histoires d’amour nancéiennes, interprétées en musique et filmées comme des courts-métrages, sont à découvrir gratuitement sur une plateforme dédiée.

Sur la carte interactive du projet « Êtes-vous amoureux ? », si l’on clique sur le numéro 2, une vidéo de 12 minutes intitulée « Digital Love » se lance sur notre écran : il s’agit d’une histoire d’amour de deux jeunes gens qui se sont rencontrés grâce à Tinder. Le numéro 4, « En couple depuis + de 30 ans », aborde l’histoire d’un remariage entre un coiffeur et une prof de gym, les querelles et la routine du quotidien. Les bons moments, aussi. « Avoir 15 ans et bientôt 16 », en numéro 8, met en scène deux adolescentes et leurs questionnements face à la drague et à l’engagement. Enfin, le numéro 12 est « Un amour unique », cette histoire que l’on ne connaît qu’une fois dans sa vie… 

De l’été 2019 à l’hiver 2020, la réalisatrice sonore Chloé Kobuta est allée à la rencontre des Nancéiennes et Nancéiens pour recueillir leurs histoires d’amour. Drôles, tristes, tragiques, tendres, passionnés, banals ou extraordinaires… ces récits ont été la matière première du premier projet de création contemporaine du Nancy Opera Xperience, un laboratoire lyrique mis en place par l’Opéra national de Lorraine pour cette saison 2020-2021. « Très vite, j’ai compris qu’il nous fallait partir, avec le compositeur Paul Brody et l’étudiante en anthropologie Alexandra Levinger, à l’assaut de la ville, micro en main. Nous avons commencé par le parc de la Pépinière. Je me souviens être allée interviewer sans scrupule un couple d’amoureux en train de s’embrasser, m’être incrustée dans un premier rendez-vous, avoir dansé avec des personnes âgées sur la piste de danse d’une guinguette » explique Chloé Kobuta. « Nous avions à cœur de réaliser un instantané de la ville avec des gens aux profils variés : jeunes ou vieux, Nancéiens depuis toujours ou Nancéiens d’adoption, ancrés dans la ville ou de passage, issus du centre-ville ou de banlieue. »

En couple depuis plus de 30 ans – Piscine © Johannes Wagner

Scénarii de la vie réelle

Ces interviews enregistrées ont ensuite été mises en musique par le compositeur américain Paul Brody, qui a fait de la voix parlée son terrain de jeu : « L’idée de cette création était que la ville de Nancy écrive son propre opéra. Parmi les innombrables interviews que nous avons menées avec Chloé, nous en avons sélectionné quelques-unes qui, selon nous, pourraient être intéressantes à mettre en scène. » Ainsi, douze histoires d’amour ont tiré leur épingle du jeu : Kevin Barz, le metteur en scène, a choisi douze lieux métropolitains (musées des Beaux-Arts, centre commercial des Nations à Vandoeuvre, cinéma Royal à Saint-Max, supermarché Auchan de Laxou, brasserie Le Grand Sérieux à Nancy… ) pour rejouer et filmer ces scénarii de la vie réelle. Quatre solistes font leurs premiers pas à Nancy dans cet opéra : Guillaume Andrieux, Lionel Peintre, Pauline Sikirdji et Léa Trommenschlager. « Ils ont été choisis pour leur capacité à expérimenter, à explorer les possibilités de la voix. Il n’était pas aisé de trouver de grands interprètes d’opéra prêts à utiliser leur voix d’une manière aussi inhabituelle. Je dirais que leurs rôles ressemblent à ceux de conteurs qui se seraient égarés dans un monde musical… Quant au chœur, d’une certaine façon, il joue les rôles de Chloé et d’Alexandra : il pose des questions comme elles l’ont fait lors des interviews. C’est ce que j’appelle le “chœur des questions”. Et je ne voulais pas qu’il soit interprété par un ensemble de voix d’hommes ou de femmes. Je souhaitais qu’il mêle les genres : qu’il soit un chœur “multi-genre”… » souligne le compositeur Paul Brody. 

« Êtes-vous amoureux ? » est l’accomplissement d’un projet en temps de crise sanitaire : pensé comme un spectacle déambulatoire, il a été adapté en création digitale, accessible gratuitement, jusqu’au 31 août. « En se promenant sur les différents lieux de tournage, les curieux pourront aussi flasher les QR codes affichés pour retrouver les vidéos correspondantes » indique Matthieu Dussouillez, directeur de l’Opéra national de Lorraine. Ce « musée des histoires d’amour nancéiennes », un projet inédit et atypique, nous reconnecte avec le monde de la culture, en attendant de pouvoir retrouver le chemin des salles de spectacle. L’occasion, aussi, de se remémorer nos plus belles histoires d’amour. 

Digital Love – Parking © Johannes Wagner
Un amour unique – Auchan Sapinière © Johannes Wagner

Un dossier de Pauline Overney

Pour découvrir les courts-métrages, rendez-vous sur : opera-national-lorraine.fr/fr/nox-1

Entretien avec Matthieu Dussouillez

Directeur de l’Opéra national de Lorraine 

©Vincent Arbelet 

Comment est né le Nancy Opera Xperience et quel est son but ? 

Le NOX est un laboratoire lyrique de création où les artistes s’expriment librement. C’est un clin d’œil au « Jimi Hendrix Expérience » fondé dans les années 60 par l’artiste. Nous l’avons mis en place pour cette saison 2020-2021 dans le but de porter des projets novateurs : la création contemporaine est centrale à l’Opéra National de Lorraine. Elle permet de s’emparer des questions de notre époque, de réfléchir aussi sur le fond et la forme d’une création et sur son mode de production.

« Êtes-vous amoureux ? » est le premier projet de ce NOX. Pourquoi avoir choisi ce thème central de l’amour ?

L’amour, c’est un thème qui parle à tout le monde ! (rires) Au sein même de l’opéra, c’est une thématique qui revient régulièrement avec ces histoires d’amour souvent tragiques… mais pas que ! Dans ce projet NOX#1, ce sont les Nancéiennes et Nancéiens qui écrivent et racontent leurs expériences amoureuses. Chloé Kobuta, qui vient du monde de l’opéra et de l’influence, a longuement arpenté les rues nancéiennes en posant cette question très directe qui donne son nom au spectacle : « Êtes-vous amoureux ? ». Elle a un don pour entrer dans l’intimité des gens. D’ailleurs, elle a suscité beaucoup d’intérêt puisqu’elle a recueilli près de 50 histoires différentes. 

Vous avez choisi Paul Brody pour mettre en musique ces histoires d’amour. 

Nous sommes très fiers de ce projet car c’est une première mondiale. Nous l’avons réalisé avec l’Il est la personne idéale pour ce projet car il a déjà travaillé sur des créations autour de témoignages d’anonymes. Dans « Êtes-vous amoureux ? », la musique composée par Paul Brody est indissociable du projet. C’est même son travail qui a nourri ce projet et non le projet qui a nécessité son concours. Sa musique vient porter le récit de ces histoires singulières tout en faisant corps avec la mise en scène. Toutes les générations et toutes les catégories de population sont représentées dans ce projet, c’est ce que nous voulions. 

Pas de visites à l’hôpital – Laverie © Johannes Wagner

Ce projet devait être un spectacle déambulatoire mais vous avez dû vous adapter à la situation sanitaire : comment s’est passée cette transition vers un projet digital ? 

Notre objectif : transformer les menaces en opportunités. J’ai tout de suite appelé le metteur en scène Kevin Barz pour lui demander s’il avait une idée. Très vite, il nous a proposé cette version digitale, entièrement gratuite, en utilisant le numérique comme nouveau support d’écriture. Il a, en fait, conçu un grand musée de nos histoires d’amour aux dimensions de la ville en filmant dans des espaces divers tels qu’un parc, un café, une laverie, un supermarché désert… 

Ancrer le projet au sein même du territoire nancéien et plus généralement du territoire métropolitain était essentiel ?

Oui, c’est l’un des piliers du NOX : associer davantage les habitants et la création et, surtout, ancrer les projets dans la ville. On parle souvent de la fonction politique du théâtre et de l’opéra, mais je pense qu’il est nécessaire de revenir au sens premier de ce mot : « polis », en grec, c’est la cité. Et il est important pour moi de concevoir des projets qui s’inscrivent au cœur de la cité et permettent de renouer des liens avec ses habitants.

« Êtes-vous amoureux ? » a été mis en ligne le 25 mars dernier. Avez-vous des retours des spectateurs ? 

À l’heure de cette interview, le 31 mars, nous enregistrons déjà plus de 10 000 vues sur notre plateforme interactive. C’est un très bon résultat pour de la création contemporaine. Le premier court-métrage « Cantate interrogative » a été regardé plus de 4 500 fois. Si l’on compare, quatre représentations à l’opéra réunissent 4 000 spectateurs. On voit ici la force du numérique : c’est un spectacle qui est, certes, moins vivant mais qui rassemble les amoureux de l’opéra et aussi les néophytes qui découvrent notre univers.

Comment envisagez-vous l’avenir pour l’Opéra National de Lorraine ? 

Bien sûr, j’espère que la situation actuelle va s’améliorer le plus rapidement possible. Nous sommes prêts à rouvrir notre institution avec un protocole sanitaire stricte. À la réouverture des magasins dits « non essentiels », nous pensons qu’il sera temps pour les lieux de culture de pouvoir accueillir du public à nouveau également. En attendant, nous pensons à la suite en continuant nos répétitions et en commençant un nouveau projet dans notre Nancy Opera Xperience qui aura plusieurs phases de travail entre 2021 et 2022.

Pour découvrir les courts-métrages, rendez-vous sur : opera-national-lorraine.fr/fr/nox-1

Photos ©  Johannes Wagner