Le safari sauvage

19

A partir du 6 avril, les grands gorilles s’invitent au zoo d’Amnéville. Ici, 2000 animaux présentent un panorama naturel exceptionnel.

Le Parc Zoologique d’Amnéville accueille chaque année 600 000 visiteurs qui sont, dès l’entrée, séduits par ce lieu unique. Félins, ours, zèbres, primates, loups… suscitent une réelle curiosité du public qui regarde avec admiration, le nez collé aux vitres des immenses aquariums du Vivarium, anacondas et autres iguanes. Poussons les portes de cet endroit qui est comme un pont avec l’enfance de chacun. .

Dans les coulisses

Le Parc Zoologique d’Amnéville est né de la passion de Michel Louis (voir par ailleurs) avec cette idée : implanter un zoo de renommée au cœur du bassin sidérurgique lorrain. La structure  est devenue l’une des plus réputée d’Europe : 2000 animaux de cinq continents (300 espèces) y vaquent. Pénétrer en ce lieu situé rue… du tigre, c’est plonger à l’intérieur d’un livre aux mille couleurs. Les fauves défiant votre regard, la plaine africaine avec ses rhinocéros, éléphants, girafes…   : ces 17 hectares, aménagés avec harmonie, ont un charme déroutant et distillent des informations surprenantes : la longueur d’une incisive d’un hippopotame (50 cm), le sprint d’un guépard (110 km/h), le bond d’une panthère (5m). Il est agréable de flâner le long des allées boisées, bercées de plans d’eau, de regarder la grâce des flamands roses, les petits singes s’échapper dans les arbres, la sinuosité des crocodiles. Tous ces pensionnaires sont de gros gourmands. Chaque jour, ils consomment 600 kg de viande de bœuf et de poulets, 300 kg de poissons, 600 proies décongelées, 1 tonne de foins et de fourrages, 200 kg de céréales, 700 kg de fruits et légumes, 100 pièces de salade, du lait, des œufs, de la confiture, du miel… Pour faire face à ces appétits, une chaîne est mise à contribution : grossistes, éleveurs, coopératives, paysans… Dans ce cadre bucolique, le long des bananiers, des palmiers himalayens, des bambous, les visiteurs discernent des humains fondus dans le décor. Une trentaine de corps de métier cohabite ici : administratif et commercial, soignant, corporations artisanales, paysagiste, cuisinier, cinéaste… Le Parc Zoologique d’Amnéville emploie  105 permanents. Nombre doublé à la pleine saison. Ici, l’objectif tend avant tout au bien-être et à la bonne santé des bêtes.

Gare aux gorilles

Annuellement, le Parc Zoologique d’Amnéville voit naître sur ses terres 200 nouveaux-nés. Ces derniers mois,  47 rapaces ont vu le jour densifiant l’une des plus grandes voleries au monde (300 aigles). Ils s’ajoutent aux tigres de Sibérie, lions de l’Atlas, léopards de Perse, panthères des neiges, chats du désert, loups de l’Arctique, loutres cendrées, kangourous wallabies, ouistitis, zèbres, bisons, manchots de Humboldt, perroquets, tortues de Madagascar, serpents des blés…  venus agrandir cette imposante famille animalière.  Le parc acquiert aussi des animaux nés dans d’autres parcs zoologiques ou établissements d’élevage, n’opérant aucun prélèvement en milieux naturels comme ces trois rhinocéros blancs venus d’Afrique du Sud qui rejoignent trois autres cornés déjà au zoo. A partir du 6 avril, huit gorilles mâles, dans le cadre de la campagne « Sauvons les grands singes » –  vont prendre place. Venus des Iles anglo-normandes de Jersey, de Stuttgart, de Barcelone et de Tel Aviv, ces mammifères vont voyager avec toutes les précautions d’usage. Ceux arrivés d’Israël arriveront par avion à l’aéroport de Liège pour rejoindre la Lorraine en camions spéciaux.

Des missions essentielles

Si le Parc Zoologique d’Amnéville demeure un lieu de loisir pour le public, l’un de ses axes vise à faire aimer, respecter les animaux. Des spectacles alliant bonne humeur et pédagogie sont  organisés autour des otaries, perroquets, loups, manchots, tigres, ours polaires, hippopotames et  rapaces. Dans le cadre des missions européennes dévolues aux parcs animaliers, il est ainsi impliqué dans 60 plans d’élevages sur notre continent et fait partie des meilleurs parcs mondiaux dans cette volonté renouvelée au quotidien de sauvegarde des espèces menacées. Il est aussi un endroit qui sert aux scientifiques dans le développement de leurs connaissances. Au cœur de cet écrin de verdure règne une atmosphère intemporelle. On se sent ici léger, en osmose entre flore et faune. A apprécier. Sans aucune modération. Pour la simple beauté de cette nature si fragile.

 

Horaires : D’avril à septembre de 9 h 30 à 19 h 30 (20 h les dimanches et jours fériés), d’octobre à mars de 10 h à la tombée de la nuit. Tél. : 03 87 70 25 60.

Dites-nous… Michel Louis
Directeur du Zoo d’Amnéville

D’où remonte votre passion des animaux ?

Quand j’avais 4 ans, mes parents m’ont emmené voir la ménagerie d’un grand cirque. Tout a débuté là, comme une révélation. C’était magique pour moi ! A 10 ans, j’avais l’ambition d’ouvrir un zoo. A cette époque, je traçais les plans de mon futur projet. La passion du monde animal a toujours été en moi (NDLR : Michel Louis a réalisé en 1992 une étude sur la Bête du Gévaudan, devenant un défenseur des loups blancs.  En 2011, il écrit l’histoire de deux lions mangeurs d’hommes en Afrique et se penche sur la protection de l’environnement sur ce continent.

Ainsi naquit le zoo d’Amnéville !

Ce ne fut pas si simple. J’ai lancé cette idée folle, avec mon ami Jean-Marc Vichard. Beaucoup d’hostilité nous a fait face au début. Un homme y a cru : le docteur Jean Kiffer (alors maire d’Amnéville). Le zoo a ouvert en juin 1986 avec 155 animaux. Il demeure privé, indépendant et sans subvention. C’est aujourd’hui l’un des plus beaux d’Europe, associé aux grands programmes de conservation des espèces.

Vous avez réalisé votre rêve ?

On peut le dire. L’aventure se poursuit. Le zoo propose des nouveautés, comme cette année la venue de gorilles. Nous avons grandi mais avons à cœur de préserver l’essentiel : le plaisir du public, le bien-être des animaux en alliant découverte et pédagogie. Ici, les animaux sont heureux !